Depuis Mexico, merci, Adèle Haenel

Chère Adèle, je veux que tu saches que je marcherai dimanche, lors de la grande marche pour les droits des femmes à Mexico, avec une affiche «Merci Adèle Haenel». Ce que tu fais est si important pour nous, partout dans le monde — et ce ne sera jamais oublié.

Chère Adèle, 

Je t’écris cette lettre parce que j’ai besoin de te remercier. Je suis si reconnaissante envers toi, envers ton courage colossal et envers ton audace. 

J’ai 29 ans, je vis à Mexico, et ces temps-ci, la condition des femmes y est terrible. 

Je voulais te remercier parce que par tes actions, tu redonnes leur dignité aux femmes partout dans le monde. Savoir qu’il existe des femmes dotées d'un tel courage nous rend capables de se sentir plus fortes et plus vaillantes. 

Je sais que ces temps-ci, tu dois recevoir des tonnes de messages de la part des médias et de personnes du monde entier. Mais j’espère que tu liras ce texte. 

En tant que femme, j’ai été victime de nombreuses formes de harcèlement depuis mon adolescence. Des actes dont je ne savais pas qu’ils étaient des abus jusqu’à ce que je grandisse et devienne plus consciente. C’est grâce à des personnes comme toi que beaucoup de femmes dans le monde se sentent plus fortes.

J’ai une petite amie. Nous sommes ensemble depuis presque six ans maintenant. Nous nous aimons tellement ; mais être en relation homosexuelle à Mexico n’est pas simple — c’est peu de le dire. Chaque jour, il faut se battre pour notre existence. C’est comme vivre une double vie : cacher des choses aux autres, à notre famille ou aux personnes qui pourraient réagir négativement parce qu’elles sont ignorantes. 

Aussi, je veux te remercier parce que connaître l’existence de quelqu’un comme toi, qui se bat pour la vérité, pour la justice, pour l’égalité dans le monde, pour que les agresseurs rendent compte de leurs actions, est si rafraîchissant : cela nous donne de l’espoir. Et rien n’est plus important ces temps-ci que l’espoir. Parfois, je me dis que c’est tout ce qui nous reste. 

J’ai eu la chance de voir Portrait de la jeune fille en feu lorsque le film est sorti, récemment, à Washington, et le film a changé ma vie. Je me suis tant reconnue dans les personnages, les situations, dans le regard posé sur elles, et dans cet amour — l’amour dans sa forme la plus pure. Le film, et votre travail d’actrice, ont créé en moi quelque chose que j’avais rarement ressenti auparavant: cela m’a fait sentir profondément heureuse d’exister et d’être qui je suis. Le film m’a rendue heureuse, fière de moi et de celle que j’aime. Et il n’y a pas de prix à ça. 

J’y ai retrouvé des principes qui m’ont aidé dans ma vie de tous les jours, parce que je m’en sens proche et parce que ma propre relation amoureuse est fondée sur ceux-ci. Des principes grâce auxquels nous nous aimons depuis longtemps déjà : être en relation avec quelqu’un, c’est faire équipe, être dans un rapport d’égalité. Etre ensemble pour créer, collaborer, grandir ensemble, s’élever mutuellement. 

La pancarte que je brandirai lors de la marche féministe du 8 mars à Mexico La pancarte que je brandirai lors de la marche féministe du 8 mars à Mexico

Je dois dire que je n’ai jamais écrit de lettre à une actrice auparavant. Mais c'est parce qu’aucun film, aucun mouvement social, aucune audace, aucun courage, n’avait eu le pouvoir de m’émouvoir comme tu l’as fait. Merci d’être si valeureuse, et sois assurée que de nombreuses personnes de par le monde se sont senties mieux grâce à toi et ton courage. Tu inspires une génération entière de jeunes femmes, inspiration dont l'impact dans le futur sera probablement immense, nous donnant l’espérance d’un monde meilleur. 

Je ne sais pas quelle est l’actualité en France mais dimanche prochain, le 8 mars, il y a une manifestation massive des femmes pour lutter contre les féminicides et les violences sexistes et sexuelles. Lors d’une manifestation précédente en France, j’avais vu des femmes qui brandissaient des pancartes te remerciant. Je veux que tu saches que je marcherai dimanche, à Mexico, avec une affiche « Merci Adèle Haenel », parce que ce que tu fais est si important pour nous — et ce ne sera jamais oublié.

Au revoir, 

Sofía  

 

La version anglaise est à retrouver ici
[Traduction Livia Garrigue] 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.