Billet de blog 6 mars 2020

Depuis Mexico, merci, Adèle Haenel

Chère Adèle, je veux que tu saches que je marcherai dimanche, lors de la grande marche pour les droits des femmes à Mexico, avec une affiche «Merci Adèle Haenel». Ce que tu fais est si important pour nous, partout dans le monde — et ce ne sera jamais oublié.

Sofia Canales
Runner & swimmer. Financial communication advisor.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chère Adèle, 

Je t’écris cette lettre parce que j’ai besoin de te remercier. Je suis si reconnaissante envers toi, envers ton courage colossal et envers ton audace. 

J’ai 29 ans, je vis à Mexico, et ces temps-ci, la condition des femmes y est terrible. 

Je voulais te remercier parce que par tes actions, tu redonnes leur dignité aux femmes partout dans le monde. Savoir qu’il existe des femmes dotées d'un tel courage nous rend capables de se sentir plus fortes et plus vaillantes. 

Je sais que ces temps-ci, tu dois recevoir des tonnes de messages de la part des médias et de personnes du monde entier. Mais j’espère que tu liras ce texte. 

En tant que femme, j’ai été victime de nombreuses formes de harcèlement depuis mon adolescence. Des actes dont je ne savais pas qu’ils étaient des abus jusqu’à ce que je grandisse et devienne plus consciente. C’est grâce à des personnes comme toi que beaucoup de femmes dans le monde se sentent plus fortes.

J’ai une petite amie. Nous sommes ensemble depuis presque six ans maintenant. Nous nous aimons tellement ; mais être en relation homosexuelle à Mexico n’est pas simple — c’est peu de le dire. Chaque jour, il faut se battre pour notre existence. C’est comme vivre une double vie : cacher des choses aux autres, à notre famille ou aux personnes qui pourraient réagir négativement parce qu’elles sont ignorantes. 

Aussi, je veux te remercier parce que connaître l’existence de quelqu’un comme toi, qui se bat pour la vérité, pour la justice, pour l’égalité dans le monde, pour que les agresseurs rendent compte de leurs actions, est si rafraîchissant : cela nous donne de l’espoir. Et rien n’est plus important ces temps-ci que l’espoir. Parfois, je me dis que c’est tout ce qui nous reste. 

J’ai eu la chance de voir Portrait de la jeune fille en feu lorsque le film est sorti, récemment, à Washington, et le film a changé ma vie. Je me suis tant reconnue dans les personnages, les situations, dans le regard posé sur elles, et dans cet amour — l’amour dans sa forme la plus pure. Le film, et votre travail d’actrice, ont créé en moi quelque chose que j’avais rarement ressenti auparavant: cela m’a fait sentir profondément heureuse d’exister et d’être qui je suis. Le film m’a rendue heureuse, fière de moi et de celle que j’aime. Et il n’y a pas de prix à ça. 

J’y ai retrouvé des principes qui m’ont aidé dans ma vie de tous les jours, parce que je m’en sens proche et parce que ma propre relation amoureuse est fondée sur ceux-ci. Des principes grâce auxquels nous nous aimons depuis longtemps déjà : être en relation avec quelqu’un, c’est faire équipe, être dans un rapport d’égalité. Etre ensemble pour créer, collaborer, grandir ensemble, s’élever mutuellement. 

La pancarte que je brandirai lors de la marche féministe du 8 mars à Mexico

Je dois dire que je n’ai jamais écrit de lettre à une actrice auparavant. Mais c'est parce qu’aucun film, aucun mouvement social, aucune audace, aucun courage, n’avait eu le pouvoir de m’émouvoir comme tu l’as fait. Merci d’être si valeureuse, et sois assurée que de nombreuses personnes de par le monde se sont senties mieux grâce à toi et ton courage. Tu inspires une génération entière de jeunes femmes, inspiration dont l'impact dans le futur sera probablement immense, nous donnant l’espérance d’un monde meilleur. 

Je ne sais pas quelle est l’actualité en France mais dimanche prochain, le 8 mars, il y a une manifestation massive des femmes pour lutter contre les féminicides et les violences sexistes et sexuelles. Lors d’une manifestation précédente en France, j’avais vu des femmes qui brandissaient des pancartes te remerciant. Je veux que tu saches que je marcherai dimanche, à Mexico, avec une affiche « Merci Adèle Haenel », parce que ce que tu fais est si important pour nous — et ce ne sera jamais oublié.

Au revoir, 

Sofía  

La version anglaise est à retrouver ici
[Traduction Livia Garrigue] 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin