Nouveau traité, austérité : 29 février "APPEL A UNE JOURNEE D'ACTION EUROPEENNE"

Le 29 février, avec les salariés de toute l'Europe, agissons !

Dimanche dernier, à Athènes, ils étaient plus de 100 000 manifestants devant le Parlement grec pour exiger le retrait du nouveau plan antisocial (baisse de salaire, licenciements massifs dans la fonction publique, augmentation des taxes…) et dénoncer le diktat de la TROIKA (Union Européenne, Banque Centrale Européenne et Fonds Monétaire International).

Voté contre la volonté populaire, il s'agit là du septième « Mémorandum » d'austérité et de destruction de services publics, alors que les six premiers, en deux ans à peine, n'ont fait qu'aggraver la situation ! Cette nouvelle attaque est lourde de menaces pour la démocratie et les droits des salariés, pas seulement en Grèce.

Dans la continuité des politiques de casse salariale déjà engagées, le gouvernement espagnol vient d'adopter une réforme du travail démantelant les droits sociaux et détruisant les emplois. A l'appel des deux principaux syndicats, les travailleurs espagnols descendront dans la rue le 19 février.

Dans le sillage de la Grèce, les salariés Portugais sont eux aussi particulièrement frappés par la crise. En échange du plan de sauvetage de

L'Union Européenne, le programme de rigueur envisagé prévoit des hausses d'impôts, une baisse des prestations sociales et plus de flexibilité du travail. En réaction, 300 000 personnes ont manifesté samedi dernier à Lisbonne. D'autres rassemblements sont prévus le 29 février prochain. En France aussi, nous en sommes au deuxième plan d'austérité. La perte du triple A pourrait constituer un alibi pour en justifier un troisième. Ne nous y trompons pas ! La Grèce et le Portugal servent de test. En l'absence de réaction, la France sera la prochaine sur la liste.

Le projet de traité, élaboré sans véritable débat démocratique, qui sera à l'ordre du jour du Sommet européen de mars 2012 renforcerait l'austérité. Son principal objectif est de réduire au maximum les déficits publics quels qu'en soient les impacts sociaux. Il ne relancerait pas la croissance et ne résoudrait pas la crise de la dette souveraine.

Le besoin de gouvernance économique est utilisé dans beaucoup de pays pour justifier la mise en cause des systèmes de relations sociales et de négociations collectives, pour imposer une pression à la baisse sur les salaires, pour affaiblir la protection sociale, le droit de grève et privatiser les services publics.

Parce qu'il est contraire à l'Europe sociale que nous voulons, avec la CES, nous nous opposons à ce projet de traité. Nous avons besoin d'une nouvelle politique monétaire économique et sociale dans le cadre d'une gouvernance économique forte de la zone euro qui donne priorité aux politiques en faveur de la création d'emplois de qualité.

Pour une Europe sociale fondée sur la solidarité, la justice et la cohésion sociale, les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, UNSA s'engagent dans cette mobilisation en y impliquant largement tous les salariés, partout dans les entreprises et les administrations. Elles appellent à faire du 29 février une puissante journée d'actions passant notamment par des rassemblements et des manifestations interprofessionnelles.

Partout en Europe, des mouvements de résistance se construisent. Le 29 février, la Confédération Européenne des Syndicats appellent les salariés à se mobiliser massivement contre les plans d'austérité. Par l'impulsion d'actions de grève, d'initiatives et de manifestations, les organisations de la CGT ont décidé de tout mettre en œuvre pour assurer la réussite de cette journée et refuser de subir plus longtemps les réformes régressives gouvernementales menées au nom de la sauvegarde des intérêts des marchés financiers.

Plus que jamais la mobilisation reste à l'ordre du jour !

En Ile de France, les organisations syndicales régionales organisent le mercredi 29 février un rendez-vous de mobilisation place de la Bastille :
  12h30 : conférence de presse unitaire
  13h00 : rassemblement et initiative revendicative
  14h00 : départ en manifestation vers Nation
(pour les organisations appelantes).

Premiers signataires de l’appel régional : CGT, FSU, SOLIDAIRES et UNSA

http://www.demosphere.eu/node/28382

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.