L'évaluation comme seul critère de la valeur (Roland Gori)

Roland Gori (psychanalyste) propose une analyse des répercutions de l'évaluation du "faire" dans tous les domaines d'exercice professionnel au détriment de la valeur de "l'humain" où la quantité efface la qualité. Des citations de Jaurès, de Simone Veil, de Karl Marx viennent étayer son approche pragmatique de la "chosification" de l'individu et des répercutions sur la culture, l'éducation..

La norme de l'évaluation est basée sur les chiffres non seulement dans le domaine économique mais elle imprègne les comportements individuels par prescriptions répétées dans un contexte néolibéral de performance qui n'échappe pas aux domaines de l'information, de la rencontre entre individus.

Roland Gori ici essaie de déconstruire "cette civilisation cinique"... "Nous ne sommes plus dans une société de la parole mais dans celle de l'information"

Que devient la parole si elle n'est pas nourrie du coeur et de l'esprit ? "Ne perdons pas la naïve joie d'exister"

 

Le néolibéralisme vécu comme traumatisant, un néofascisme ou une obligation de parler, d'agir selon une seule norme, une rationalité pratico-formelle éthique, religieuse, morale tout le contraire de la laïcité démocratique. 

En conclusion, cf la transmission des idéaux et des "monstres" issus des intérêts géopolitiques qui ont entraîné les actes terroristes que nous vivons,  "ce serait la pire des choses si notre civilisation fabriquait le terrorisme comme le XIXe siècle a pu fabriquer le bovarisme"

ITV ROLAND GORI INTEGRALE © Nicolas Bertrand

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.