Syrie : prés de 3000 disparus depuis la contestation

L'ONG Avaaz nous transmet le message suivant :

 

Le fils de Muntaha, âgé de seize ans, a été enlevé lors d'une manifestation pacifique pour la démocratie par les forces de sécurité syriennes. Sa mère a passé les huit dernières semaines à sillonner le pays pour retrouver son fils, bravant les menaces du régime syrien de faire "disparaître" son autre fils si elle poursuivait ses recherches. Notre action d'urgence aujourd'hui peut aider son fils et les milliers d'autres Syriens disparus.
Depuis le mois de mars, près de 3 000 personnes ont été enlevées par les forces du régime et ont disparu dans des prisons secrètes. La communauté internationale s'est exprimée, mais n'a pas agi suffisamment pour enrayer ces attaques -- or, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud entretiennent des relations étroites avec la Syrie et pourraient obtenir l'envoi d'une délégation internationale pour les droits humains afin de rechercher les disparus et permettre aux familles de retrouver leurs proches.
Notre immense communauté mondiale peut forcer les principaux dirigeants à agir dès maintenant en faisant pression sur la Syrie pour autoriser une délégation internationale à venir enquêter sur les milliers de disparus. Signez la pétition -- elle est relayée en ce moment par les plus grands médias mondiaux dont le Times of India, le Guardian, CNN, Der Spiegel et l'AFP.

 

 

L'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud ont traîné les pieds pour voter une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui aurait permis une action internationale forte contre la Syrie. Pourtant, ils restent attachés à la démocratie et à la paix et ont appelé le régime de Bachar el-Assad à mettre fin aux violences. Nous pouvons leur demander de prendre leurs responsabilités et exiger qu'ils mettent à profit leurs relations étroites avec la Syrie pour protéger les militants pro-démocratie. Une délégation internationale pour les droits humains pourrait parvenir à réunir à nouveau les familles syriennes et mettre fin à la terreur des disparitions pour de bon.
Les médias mondiaux agissent déjà pour relayer notre appel. Aujourd'hui, plusieurs grands journaux lancent une vaste série d'outils web interactifs qui racontent les histoires de personnes disparues telles que le fils de Muntaha, expliquent la crise politique en Syrie et parlent de notre pétition réclamant une action urgente. Ces journaux atteignent non seulement les lecteurs du monde entier, mais touchent aussi directement les leaders d'opinion, les dirigeants mondiaux et tous les décideurs. Notre campagne rend tout cela possible!
Lorsque la vague de protestations pour la démocratie a secoué le monde arabe, Avaaz est passée à l'action. A l'aide de milliers de dons venant du monde entier, nous avons brisé le black-out sur l'information au Moyen-Orient et soutenu les manifestants en Syrie et au Yémen. Depuis lors, notre réseau de journalistes citoyens a généré près de 20% de la couverture télévisée portant sur la Syrie et notre collaboration avec les mouvements démocratiques émergents a contribué à construire une véritable alternative aux dictateurs qui refusent de démissionner. Mais les régimes violents s'accrochent encore au pouvoir et les courageux militants ont besoin de notre aide maintenant.

 

Signez la pétition afin de retrouver les Syriens disparus et parlez-en à tout le monde

 

L'Egypte et la Tunisie ont montré que le pouvoir du peuple peut l'emporter face à l'oppression. Notre mouvement mondial a soutenu ces révolutions démocratiques, permis la diffusion de témoignages des courageux militants sur les violences perpétuées à leur encontre, et contraint nos gouvernements à agir. A présent, si nous nous mobilisons, nous pouvons aider à retrouver les milliers de Syriens kidnappés, et assister à l'émergence de la paix et de la démocratie en Syrie.
Avec espoir et détermination,
Stéphanie, Sam, Wissam, Maria Paz, Rewan, Benjamin, Pascal et toute l'équipe d'Avaaz

 

https://secure.avaaz.org/fr/syrias_disappeared_fr/?cl=1191725778&v=9765

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.