helene duffau
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 438 abonnés

Billet de blog 10 mars 2022

Nathalie Yot - Tribu

Ce qui embarque d’emblée, dans cette histoire, c’est l’écriture singulière de Nathalie Yot. À la fois poétique et fictionnelle. Une écriture dépouillée. Sans joliesse ni fioritures mais débordante de trouvailles. D’associations culottées qui fonctionnent et interpellent.

helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Elle n’a pas d’avis. Ça la repose de ne pas avoir d’avis, d’être neutre. Et la neutralité fait son effet habituel. Celui de laisser les gens en paix cinq minutes. »

Elvire est en relation amoureuse avec Yann. Il vit d’un travail ou d’un autre, s’accommode.

Elle est violoncelliste soliste et rejoint un orchestre de quarante personnes à Rouen, pour jouer en groupe cette fois, parmi les cordes. Juste avant son départ, Elvire confie à Yann son désir de manger de la chair humaine. Un désir un peu fou, pas très normal peut-être. Mais elle voulait le lui dire, partager cette envie avec lui. Elle est en confiance pour le lui dire.

Ils croisent Mina dans un bar. Mina est femme de ménage. Elle pourrait s’occuper de Yann pendant qu’Elvire travaille avec l’orchestre et la tournée. C’est difficile pour lui sans Elvire. Il pourrait mal tourner, qui sait.

« Elle regarde le dessus de ses mains. Elle lit sa vie sur le dessus de ses mains. Pas à l’intérieur comme les gitanes. Non, dessus. La vie c’est dessus. Et elle répète deux mots en boucle, comme un mantra. Mes mains. Mes mains. »

Elvire semble avoir du talent pour se rendre détestable et ses débuts avec l’orchestre sont calamiteux. Elle se met le chef à dos et une partie des musicien.nes.

Pendant ce temps, Mina pense s’être bien fait rouler par le couple et son souhait qu’elle veille sur Yann. Elle est sans nouvelle d’eux. Lui est devenu gardien d’un domaine du Bordelais : maison immense, peu de travail, il erre de pièce en pièce, en complet désœuvrement.

Mina le croise dans le bar où elle avait rencontré le couple. Il se joue d’elle, boit trop, l’attire dans la maison bourgeoise et tente de la tuer. Mina ne se laisse pas démonter et rend les coups au point de blesser gravement Yann. Elle le rafistole comme elle peut et voit bien qu’elle ne sait pas faire. Le ménage elle connaît. Mais ça, réparer le corps meurtri, ça ne se fait pas comme ça.

La maison du Bordelais est remplie de victuailles, Mina mange à sa faim, tente de nourrir Yann afin de le maintenir en vie. L’homme dépérit de jour en jour.

Pendant ce temps, Elvire essaie de s’acclimater au groupe, au chef, à Rouen. Tout cela lui demande beaucoup d’ajustements. Les autres la dérangent, l’envahissent parfois, la troublent. Comme si elle ne savait pas faire avec. Comme si elle ne disposait pas des codes sociaux pour interagir sereinement.

Sans nouvelles de Yann qui ne peut évidemment plus répondre au téléphone, elle prend un taxi et rejoint le domaine dans lequel il est supposé s’être installé. Elle découvre son amant au bord de la mort. Demande des explications à Mina qui lui en donne. Elvire nettoie la plaie et la recoud. Cependant, Mina l’observe grignoter quelques bouts de peau de Yann.

Elvire veille sur Yann qui reprend des forces et sort de cette vilaine affaire, avant de reprendre la direction de Rouen. Ils partent tous les trois cette fois. Mina veillera sur Yann pendant qu’Elvire répétera avec l’orchestre. Scènes tendues avec le chef dans une sorte de rivalité de deux asociaux.

Et puis, dans cette folie ambiante, Yann veut absolument faire plaisir à Elvire en lui procurant de la chair humaine. Alors, il prend le temps de convaincre Mina afin de l’embarquer dans une quête qu’il ne peut accomplir seul.

« En même temps, elle perçoit la beauté incomparable de cet amour, la dévotion dans ce geste à vouloir assouvir l’insensé, ça ne m’arrivera pas deux fois qu’on m’aime autant, pense-t-elle. Puis elle replonge dans l’idée délirante de Yann et commence à en douter. »

Au fil des pages, ces trois-là — et les autres — tentent l’aventure de vivre ensemble. De se frotter les un.es aux autres. De faire tribu tout en dépassant les limites. Et ça n'est pas si simple on dirait.

Tribu, de Nathalie Yot, est paru aux éditions la Contre-Allée. Le texte a été révisé en orthographe réformée et cela est parfois troublant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Palestine
Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé
En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
par Sarah Benichou
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO