Billet de blog 10 avr. 2020

De Loos-en-Gohelle à Darwin éco-système, les chemins de la transition - 11 -

Par ces temps qui stagnent, on parle déjà, et évidemment, du "monde d'après" à reconstruire. Va-t-on repartir comme avant, sur les mêmes modèles de développement ? Ou bien l'électrochoc causé par le virus va-t-il déboucher sur une autre façon de voir et faire le monde ? En France, à Loos-en-Gohelle et à Darwin à Bordeaux, des expériences existent déjà qui ont fait leurs preuves.

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Je m'éloigne un peu, et pour un temps, du confinement de Lacanu Océan, et je fais un petit saut en arrière dans le temps. Il y a quelques années, j'avais débuté une série de livres sur ces villes, ou lieux, qui ont opté pour un "autre développement", souvent après un passé industriel ayant échoué. Anticipant la crise climatique, mettant en avant de nouveaux modèles démocratiques, de façons de travailler, de se déplacer et même de se divertir ou cultiver, ces zones d'expérimentations tracent les chemins de transitions à opérer. A Darwin à Bordeaux et à Loos-en-Gohelle dans le Nord, les processus ne sont pas identiques, mais une même volonté existe pour "refaire le monde". Les deux ouvrages ont été publiés en 2016 et 2017 aux éditions Les ateliers Henry Dougier.

  • Résilience écologique : Loos-en-Gohelle, ville durable

Comment transformer et faire revivre un territoire dévasté par la disparition d'une quasi mono-industrie, celle des mines et de l'extraction du charbon dans le bassin du Pas-de-Calais au sud de Lille entre Lens et Valenciennes, et y développer un nouveau modèle économique, écologique et social estampillé du sceau de "Troisième révolution industrielle"? C'est le pari audacieux, unique en France, et réussi, du maire écologiste d'une petite commune de 7000 habitants, Loos-en-Gohelle, nichée au pied des anciens terrils. Cet "écolo" au pays des "Gueules noires", Jean-François Caron, mène depuis 15 ans le combat pour une "résilience écologique" et a fait de sa commune l'emblème réalisé de la ville de demain : autonomie énergétique, écrin vert, démocratie présentative plutôt que participative, réseaux "intelligents", logements sociaux éco-construits, laboratoire scientifique et citoyen. A tel point que l'économiste, sociologue et essayiste américain Jérémy Rifkin, chantre de cette troisième révolution industrielle, a fait de Jean-François Caron son principal appui en France afin de développer ces concepts à plus grande échelle.

A travers des rencontres, récits, interviews et témoignages de personnalités politiques, chercheurs, chefs d'entreprises ou citoyens ayant travaillé avec Jean-François Caron, ce livre raconte les chemins des convictions, des méthodes de travail et des modes opératoires qui mènent à la ville de demain.

  • Réinventer la ville : les (r)évolutions de Darwin à Bordeaux

Bâtir plutôt que bétonner; partager plutôt que s'isoler; imaginer plutôt que stagner. Mais aussi économiser, recycler, débattre, entreprendre autrement, co-construire... Sur la rive droite de la Garonne, sur  11 hectares de l'ancienne caserne militaire Niel, depuis 2008, la ville se réveille en lieu et place d'anciennes friches. Face à "Bordeaux la sage et conservatrice", une poignée de pirates urbains a pris d'assaut un site quasi en ruine pour en faire le laboratoire d'une cité écolo, vivante, imaginative. Philippe Barre, enfant du pays, fils héritier de grands entrepreneurs de la région, a placé toute sa fortune dans la construction de l'éco-système Darwin. Aujourd'hui l'aventure est collective, partagée, foisonnante. Avec un budget de départ de près de 1,3 millions d'euros, dont seulement 5 % d'aides publiques, le lieu est désormais en mouvement, grignotant peu à peu des terrains abandonnés voués aux promoteurs, et y dessine quotidiennement et patiemment un nouveau genre d'espace urbain. Ici, on trouve des entrepreneurs sociaux ou "verts", 190 sociétés s'y sont installées pour un total de 500 personnes travaillant sur le site, mais aussi le plus grand restaurant bio de France, un "Magasin général" 100 % bio, des salles de conférences, de concerts, d'expositions ou de débats. Et puis d'immenses espaces de co-working, des associations hébergées gratuitement, un skate-park gigantesque... Et demain, une auberge de jeunesse, un campus de 1000 étudiants en numérique, art et marketing, des logements partagés, le bric-à-brac d'Emmaüs, une ferme urbaine. A Darwin, l'électricité est d'origine 100 % renouvelable et 80 % des déchets sont recyclés. Derrière l'attitude cool ou "bobo", l'objectif affiché est d'y "construire une autre ville, plus inclusive".

Grâce à des récits sur la vie à Darwin, à des rencontres avec celles et ceux qui ont imaginé et construits ce lieu, et avec tous ceux qui y travaillent ou simplement y passent au quotidien, ce livre raconte la longue aventure d'entrepreneurs qui veulent réinventer le travail au coeur de nouveaux espaces urbains. Sous le sceau de la transition écologique et sociale pour y édifier un autre modèle de la ville de demain.

 - Les deux livres sont encore disponibles. Pour se les procurer, et pour éviter Mister Amazon, me contacter à gagnebetp@orange.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre