helene duffau
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 410 abonnés

Billet de blog 13 avr. 2020

Au-delà de la pénétration

Le postulat est limpide : « La société bruisse de conversations sur le sexe, et pourtant on n’en dit rien de nouveau. Évoquer la sexualité hétérosexuelle en dehors des clichés est rare et compliqué . »

helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Martin Page est romancier, en littérature générale et de jeunesse. Il écrit parfois sous le pseudonyme de Pit Agarmen et autoédite certains de ses textes chez Monstrograph. C’est dans cette maison d’édition « maison » qu’est d’abord paru Au-delà de la pénétration avant d’être réédité par le Nouvel Attila au début de cette année. L’ouvrage est un manifeste complété de témoignages sélectionnés via les réseaux sociaux de l’auteur.

Martin Page interroge ses conditionneurs éducatifs, sociaux, sa relation hétérosexuelle et dominante d’homme pénétrant, telle que la société l’y a préparé. Pour autant, doit-il nécessairement y avoir pénétration quand un homme et une femme, ou plusieurs d’entre eux, pratiquent leur sexualité ? Pas si sûr…

En 1968, « la pénétration n’est pas une obligation » avait fleuri dans les rues car d’aucun.es avaient déjà posé que la sexualité « à la papa » pouvait être réinventée avec de nouveaux codes, de nouveaux jeux, loin du missionnaire et de la prétendue exaltante finalité de la pénétration — fumeuse consécration après des préliminaires plus ou moins nécessaires. Comme de nombreuses revendications de Mai-68, notamment liées au consumérisme vecteur d’épanouissement — je schématise, c’est forcément réducteur ! —, le slogan est tombé dans les limbes de l’oubli.

  • « La sexualité a cet étrange pouvoir de donner une apparence provocante et branchée au conformisme et à l’obéissance aux normes sociales les plus éculées et coercitives. »

Ben oui… Sauf que les corps sont emplis de capteurs sensoriels, au-delà des seuls champs sexuels, et qu’il serait intéressant d’aller conter fleurette aux zones érogènes trop longtemps ignorées. Bien des femmes et des hommes ne trouvent pas dans l’accomplissement de la pénétration vaginale de quoi atteindre le plaisir ou le partager. Contrairement au postulat freudien, l’orgasme vaginal n’est pas l’accomplissement absolu, mature, de la sexualité féminine. Il est juste rare, voire impossible sans stimulation clitoridienne. Et toc !

  • « Nos histoires de verge et de vagin sont intimement liées à l’histoire des structures politiques dans lesquelles nous vivons et on ne changera pas l’une sans l’autre. Il est temps que la sexualité soit le lieu de l’imagination et de la pensée. »

Alors, pourquoi ne pas jouer avec autre chose que l’emboîtement d’un sexe dans un autre ? Pourquoi ce qui reste pertinent pour la reproduction devrait être l’absolu des jeux sexuels ? Pourquoi passer sa vie sexuelle à tenter de faire semblant de vouloir se reproduire quand tant d’autres possibilités existent ?

Force est de constater que l’imagination manque quand il s’agit de sexualité, sans doute parce que bon nombre des personnes qui couchent ensemble oublient de se dire leurs envies, leurs dégoûts, se forcent ou s’efforcent dans une intimité qui devrait être le lieu de la liberté, de la tolérance, de l’inventivité, tant que chacun.e est d’accord pour partager ce qui est proposé. Et que chacun.e accepte les limites de l’autre, ses impossibles, sans s’en offusquer ou en faire une affaire personnelle.

Les conditionneurs, qu’ils viennent de la pornographie, des clichés sociétaux ou éducatifs, persistent pour bon nombre d’hommes : « Leur angoisse étant de ne pas être assez homme, de ne pas correspondre au cliché viril (…) à tout prix montrer qu’on n’est pas une femme, qu’on n’est pas efféminé, qu’on pénètre et qu’on n’est pas pénétré. »

Finalement, si l’ego reste en dehors de la sexualité, si on arrête de se préoccuper de choses de peu d’intérêt telles la longueur du sexe, sa « durabilité », l’épilation intégrale ou pas… Si partager l’amour se fait en terrain neutre, sans relations de pouvoir ou de domination — sauf si cela est consenti. Si s’aimer est joyeux, ludique, tendre, qu’on y partage des mots et la recherche de plaisirs dans des terrains parfois inexplorés… Si tout cela advenait, il y a fort à parier que la vie en société gagnerait en qualité relationnelles. Attention, je ne dis pas — ni l’auteur — que tout le monde devrait baiser avec tout le monde, mais bien qu’une sexualité autrement que pénétrante peut apporter beaucoup à celles et ceux qui s’y osent.

Allez, chiche ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran