Evelyne Sagnes
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 442 abonnés

Billet de blog 14 août 2022

Evelyne Sagnes
Littérature et Cie
Abonné·e de Mediapart

Luc Blanvillain, Pas de souci

Histoire loufoque, personnages déjantés, humour corrosif, regard sans concession sur la société... Une lecture absolument réjouissante. Surtout si l'on n'est pas tout à fait dupes.

Evelyne Sagnes
Littérature et Cie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas de souci. Pas de souci ? C’est bien le souci ! Ce n’est pas possible, envisageable, normal,  voire vivable !
L’expression est éculée, utilisée à tort et à travers : le titre est déjà provocateur : écrire un livre intituléPas de souci,est-ce bien raisonnable ?
Pas de souci, c’est aussi une manière rassurante de dire que rien n’est inquiétant…
Le roman de Luc Blanvillain va démontrer le contraire !

« Vous souffrez. » dit la thérapeute à Chloé, dès le premier chapitre du roman C’est donc cela. Un mal de vivre mal-identifié que Chloé va s’employer à comprendre. La famille peut-être ? Un secret bien caché ? En tout cas pas de doute, c’est rassurant, il y a bien un souci. L’enquête commence mais c’est en même temps le déclenchement d’une série d’événements, drôles et/ou tragiques. Pour elle, pour son entourage, proche et plus lointain. Pas de souci, le pire devrait survenir.

On pense à ces installations où l’on voit une bille lancée dans un circuit, donc la trajectoire va provoquer chutes, collisions, mouvements divers d’éléments hétéroclites, sans que jamais elle ne soit arrêtée ou déviée. Une fois lancée, elle ira jusqu’au bout. C’est inéluctable et fascinant. Un peu comme le ressort de la tragédie, qui une fois tendu, ne peut reprendre son état de repos. Luc Blanvillain a l’incroyable talent de tricoter une intrigue, des intrigues (qui se croisent et se compliquent mutuellement) devais-je dire, dont il maîtrise parfaitement les rouages quand ses personnages sont eux finalement emportés au-delà de ce qu’ils imaginaient et croyaient plus ou moins contrôler, comme les lecteurs d’ailleurs.

Pas de souci donc. Sourions. Rions même. Laissons-nous embarquer dans la vie de ces personnages, quelque peu perturbés, dont chacun est inoubliable dans sa singularité, parfois sa folie, ses mauvais penchants souvent. Sous couvert decette histoire loufoque si bien ficelée, il est bien question de nos contemporains (et de nous-mêmes donc !) de leurs travers, de leurs peurs, de leurs pulsions.Un regard sans concession sur la société.

Comme Chloé, à la première ligne du roman,ne soyons pas « tout à fait dupes » mais ne boudons surtout pas pour autant notre plaisir à la lecture de ce roman insolite à l’humour corrosif, qui ne se donne aucune limite.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit