Evelyne Sagnes
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 442 abonnés

Billet de blog 19 août 2022

Evelyne Sagnes
Littérature et Cie
Abonné·e de Mediapart

Lucas Belvaux, Les Tourmentés

Un roman dont la construction est parfaite, l’intrigue inattendue et pour le moins surprenante  (quoique avec Lucas Belvaux, on ne devrait pas finalement tant s’en étonner) et une écriture précise, forte, inspirée qui épouse de manière quasi mimétique les développements de l’histoire. Alma Editeur, 19 août 2022. 

Evelyne Sagnes
Littérature et Cie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’entrée en matière est brutale. L’écriture mime la violence de l’expérience vécue par ce soldat. Pas de fioritures, Phrases très courtes. Nominales souvent. Ne laissant aucune échappatoire. La réalité en face, sans détours ni concessions. Le soldat Skender évoque sa vie (et/ ou sa mort ?) et le lecteur reçoit le texte comme un coup de poing dès la première page. Quitte ou double. Double bien sûr. On est pris tout de suite. Car dès ce premier chapitre, est posée la lancinante question du soldat qui s'interroge sur le "comment vivre" avec cette expérience.

« La vie. La mort. La même chose. L'une et l'autre liées. Imbriquées. Solidaires.
Je connais les deux. Je vis. J'ai vécu.
J'ai vu mourir des hommes et, je dois l'avouer, j'en ai tué. Des hommes, oui. De sang-froid. Presque. En toute connaissance de cause en tout cas. J'étais soldat. Au début, j'étais soldat. Plus que ça, même. La quintessence. Légionnaire. Képi blanc. L'élite depuis le 30 avril 1863 à Camerone, Mexique. Admiré par tous ceux qui se battent quelque part dans le monde. Légionnaire. Respect ! Mercenaire, ensuite. Soldat de fortune. Contractant comme on dit aujourd'hui. Blackwater. En Irak, un peu. Pas que. Ailleurs. Avant. Pas que des bons souvenirs. Pas que des mauvais, non plus. La vie, quoi. Et la mort, aussi. Oui. Plus que pour le commun des mortels. Une partie du boulot. Tuer. Se faire tuer. Ou pas. Sans foi. Sans passion. Sans raison, non plus, sinon le salaire. L'argent. La guerre pour nourrir ceux qu'on aime. Un métier comme un autre. On mourait sans gémir. On tuait sans frémir. Comme ça. Ni chaud ni froid. On en parlait le soir en jouant aux cartes, en buvant de la bière. Pas normal, ça. Ça laisse des traces. Pas tout de suite. Après. Longtemps après. Quand ceux qu'on a tués viennent nous parler la nuit. Les spectres. Ceux qui marchent en traînant leurs boyaux, la tête sous le bras, ou qui la cherchent sous nos lits et la réclament. C'est leur vengeance. Ils y ont droit. Normal. Et nos nuits durent plus longtemps que leur agonie. »

Deux amis qui ont partagé cette vie se retrouvent dix ans plus tard et Max, au service d’une riche veuve passionnée de chasse, propose à Skender à la demande de Madame, un contrat. Lui qui a tout perdu, sans un sou et incapable de s’occuper de ses deux fils, gagnerait trois millions en devenant le « gibier » que cette femme terrifiante chasserait, armée et accompagnée de ses chiens. Un mois de traque, et vraisemblablement la mort de Skender à la fin. Tout est minutieusement préparé et la chasse aura lieu en Roumanie, sur un immense domaine que la châtelaine possède.

Dans six mois. Et c’est là le sujet du roman : que va-t-il se passer pour les personnages pendant ce temps ? Comment vit-on quand on connaît la date de sa mort et ses circonstances ? Comment va se dérouler cette attente ? Ils sont trois tourmentés par un passé trop lourd.

Lucas Belvaux analyse leurs sentiments, leurs peurs, leurs questionnements. Il donne la parole aux membres du trio, mais aussi à la femme de Skender, à l’un de ses fils, ignorants du fameux contrat. Ils sont du côté de la vie, de la lumière. En regard, les pièces du puzzle d’un passé terrible composent peu à peu  le paysage intérieur plein de zones d’ombres de chacun des trois protagonistes, les « tourmentés ». Peut-on échapper à ses fantômes ? Donner la mort, qu’est-ce ? Comment comprendre ? La violence, l’horreur, le plaisir qu’on peut y prendre… Et la vie dans tout ça ?

L’écriture de Lucas Belvaux change au long du récit et perd peu à peu de sa hargne. La phrase s’allonge, se déploie plus largement. Signe d’apaisement ? Durable ? Je n’en dirai rien, évidemment, car l’auteur maintient jusqu’à la fin un suspens, qui pour une fois, mériterait vraiment son qualificatif habituel – « insoutenable ».

Un roman dont la construction est parfaite, l’intrigue inattendue et pour le moins surprenante (quoique, avec Lucas Belvaux, on ne devrait pas finalement tant s’en étonner) et une écriture précise, forte, inspirée qui épouse de manière quasi mimétique les développements de l’histoire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost