Evelyne Sagnes
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 428 abonnés

Billet de blog 20 janv. 2022

Laurine Roux, L'autre moitié du monde

Une histoire tragique d'amour(s) et de liberté, inscrite dans les années 30 en Espagne, une histoire traversée de fantômes, portée par une écriture puissamment évocatrice.

Evelyne Sagnes
Littérature et Cie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une histoire tragique d'amour(s) et de liberté, inscrite dans les années 30 et le début du franquisme en Espagne, une histoire traversée de fantômes, portée par une écriture puissamment évocatrice.

Le delta, lieu géographique et symbolique
Le récit se déroule dans le delta de l'Èbre. En Espagne donc, dans les années 30. C'est l'histoire de ces hommes et de ces femmes, paysans exploités, qui vivent sur ce morceau de terre et vont tenter de se révolter, Un lieu décrit de manière précise.
mais aussi un symbole : "Les époques se tissent, les destinées aussi, et tout afflue ici, dans le delta." Comme un creuset où se concentreraient les enjeux de l'Histoire et les destins individuels.
Au delà-même, une force d'attraction à laquelle on ne peut résister, comme les anguilles "qui cherchent toujours à revenir là où elles sont nées." Cette affirmation réapparaît plusieurs fois, sonnant comme une sorte de prémonition : c'est écrit, mieux c'est même une loi de la nature, et en effet cela advient...
La dimension tragique du récit tient tout le récit dans une tension permanente ; les situations, les sentiments, les réactions sont poussés au paroxysme. Jamais de pause, de relâche dans l'avancée de l'histoire.
La nature occupe toujours une place immense dans les romans de Laurine Roux. Elle n'est pas seulement un décor, elle entretient un lien organique avec le récit, dont elle est une composante essentielle. Dans chacun de ses romans, on est étonné par la familiarité qu'a l'autrice avec elle, comme si la vie végétale et animale était non seulement connaissance, inspiration, mais présence vitale et elle-même truchement du récit. On pourrait presque dire que c'est elle qui raconte et dit l'important, l'essentiel.
La nature, et les sens en général : Laurine Roux a le grand talent de décrire toutes les scènes avec une attention au détail et une précision qui n'ont pourtant rien de clinique, bien au contraire ! Laurine Roux donne à voir, à sentir, avec une écriture dont la puissance sensuelle et évocatrice est vraiment la "marque", de l'autrice, une écriture que l'on reconnaît dès les premières lignes.

Histoire(s) d'amour(s)
¡Tierra y libertad !
Un cri de toutes les révoltes paysannes.
Juan, Pedro et les autres travaillent une terre qui ne leur appartient pas et qu'ils aiment, exploités par les propriétaires, qui vivent au château (la terrible Marquise et son non moins prédateur de fils, Carlos). Réduits quasiment en esclavage, ils sont terrifiés à l'idée de perdre ce maigre moyen de subsistance. Pilar, la femme de Juan, est cuisinière : elle prépare admirablement les produits du fleuve et de la terre. Elle rentre chaque jour exténuée du Château où elle subit les caprices des maîtres. Entraînés par l'instituteur Horacio et l'avocat José, les paysans se révoltent. En vain. Animés par l' énergie du désespoir, ils sont vaincus, écrasés.
L'amour de la terre, de la liberté, mais aussi l'amour entre mère et fille : Pilar, belle figure féminine et maternelle, dont le destin cruel assombrit la vie de sa fille, Toja. D'autres mères encore, dans le roman, dont on aimerait parler, car ce lien tient une place importante dans le roman, peut-être même la première finalement !
L'amour dans la simplicité du quotidien entre Juan et Pilar, la passion très romanesque, absolue entre Horacio et Toja : Tú eres la vida, la otra mitad del mundo., dit Horacio à Toja.

Une vie, des vies, la vie
Le personnage central est Toja, dont on suit toute la vie, de l'enfance à la mort. Comme le delta est le lieu originel où tout finit par affluer, Toja incarne la destinée d'une enfant, d'une adolescente, d'une femme, elle devient comme un archétype. Un archétype "individualisé" (mais oui, cela existe !), à la fois représentation de toutes les femmes et à nulle autre pareille, . Encore un défi relevé brillamment par Laurine Roux.

Vers le mythe
La dimension tragique, la progression inéluctable (tout en sachant ce qui s'est passé historiquement, on se laisse pourtant entraîner dans le romanesque : comment eux, ces personnages-là, s'inscrivent-ils dans l'Histoire ?), les personnages qui font sens au-delà d'eux-mêmes, comme exemples, tout cela fait aussi du roman une fable, un récit mythique qui raconte au-delà de ce qu'il semble dire.
Un récit où parfois passe "un souffle doux, la caresse d'un fantôme", car les fantômes parfois rassurent et appartiennent à la vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Clara Martot (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum