Billet de blog 21 sept. 2009

La suppression surprise de l'inéligibilité automatique des élus condamnés

Un amendement PS du 8 septembre permet aux élus corrompus d'être à nouveau élus. Dans la discrétion, l'Assemblée nationale a adopté le 16 septembre 2009 un amendement socialiste à la loi pénitentiaire qui abroge l'article L. 7 du code électoral, lequel prévoyait une peine automatique d'inéligibilité en cas de condamnations à certaines peines qui semblaient incompatibles avec les fonctions d'élus.

Thomas Clay
Universitaire, Professeur agrégé de droit privé, Doyen de la Faculté de droit de Versailles, Arbitre international, Président du club "Droits, justice & sécurités"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un amendement PS du 8 septembre permet aux élus corrompus d'être à nouveau élus. Dans la discrétion, l'Assemblée nationale a adopté le 16 septembre 2009 un amendement socialiste à la loi pénitentiaire qui abroge l'article L. 7 du code électoral, lequel prévoyait une peine automatique d'inéligibilité en cas de condamnations à certaines peines qui semblaient incompatibles avec les fonctions d'élus.

Cet article L. 7 privait automatiquement de leur éligibilité les élus condamnés pour infractions financières et économiques (corruption, prise illégale d'intérêts, violation des règles des marchés publics).

* Pourquoi ? Quelle est l'urgence de cette « amnistie » (cf. les dysfonctionnements de la loi de simplification du droit du 12 mai 2009 dont bénéficie aujourd'hui l'Eglise de scientologie) ? Pourquoi aucun débat public ni aucune explication sur un tel sujet ?

*Comment ? La réforme de la Constitution permet une telle initiative parlementaire puis la discussion sur le seul texte de la commission des lois. Le gouvernement n'a plus qu'à acquiescer. Sans donner aucune explication sur ses intentions.

Cet article sera-t-il maintenu lors de la Commission mixte paritaire ?

1 - Texte actuel de l'article L. 7 du code électoral :

Article L. 7, créé par la loi n° 95-65 du 19 janvier 1995 - art. 10 :

« Ne doivent pas être inscrites sur la liste électorale, pendant un délai de cinq ans à compter de la date à laquelle la condamnation est devenue définitive, les personnes condamnées pour l'une des infractions prévues par les articles 432-10 à 432-16, 433-1, 433-2, 433-3 et 433-4 du code pénal ou pour le délit de recel de l'une de ces infractions, défini par les articles 321-1 et 321-2 du code pénal ».

2 - Texte actuel de l'article 132-21 du code pénal :

Article 132-21, modifié par la loi n° 2005-1549 du 12 décembre 2005 - art. 3 (JORF 13 décembre 2005) :

« L'interdiction de tout ou partie des droits civiques, civils et de famille mentionnés à l'article 131-26 ne peut, nonobstant toute disposition contraire, résulter de plein droit d'une condamnation pénale.

Toute personne frappée d'une interdiction, déchéance ou incapacité quelconque qui résulte de plein droit, en application de dispositions particulières, d'une condamnation pénale, peut, par le jugement de condamnation ou par jugement ultérieur, être relevée en tout ou partie, y compris en ce qui concerne la durée, de cette interdiction, déchéance ou incapacité, dans les conditions fixées par le code de procédure pénale ».

3 - Le débat sur ces articles (notamment au moment de l'affaire Juppé) porte sur leur application dans le temps et leur compatibilité :

- le premier date du Code pénal et met fin en 1992 à l'automaticité des peines annexes sur les droits civiques, civils et de famille ;

- le second (loi spéciale postérieure au code pénal) crée une automaticité d'exclusion des listes électorales, et prive de l'éligibilité, dès que la condamnation porte sur des faits limités par la loi et précis (corruption, prise illégale d'intérêts, concussion, ...) ;

- le débat, pour les juridictions judiciaires, a été tranché par la Cour de cassation par un arrêt du 1er mars 2001 dans l'attendu de principe suivant :

"Qu'en statuant ainsi, alors que les dispositions de l'article L. 7 du Code électoral, dans sa rédaction issue de la loi du 19 janvier 1995, dérogent au principe antérieurement posé par l'article 132-21 du Code pénal, le Tribunal a violé le texte susvisé".

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007042779&fastReqId=213519833&fastPos=18

- Le Conseil d'Etat réserve l'article L. 7 « à l'application de la loi électorale », c'est-à-dire aux élus et fait échapper les fonctionnaires aux rigueurs de cet article (CE 11 décembre 2006 n° 271.029).

4 - Les débats à l'occasion du vote de la loi pénitentiaire :

- le Sénat en mars 2009, lors de l'examen du texte n'évoque pas ce sujet et le texte issue de cette assemblée ne fait aucune mention de ce sujet: voir ci-dessous le lien vers le texte voté par le Sénat : http://www.senat.fr/leg/tas08-059.pdf

- la question a été "évoquée" en commission des lois de l'Assemblée Nationale (réunion du lundi 8 septembre 2009).

- un amendement CL185 déposé par le Député Jean-Jacques Urvoas député socialiste et le groupe socialiste prévoit la disposition suivante :

Amendement CL185 présenté par M. Jean-Jacques Urvoas et les membres du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche :

Après l'article 12

Insérer l'article suivant :

« L'article L. 7 du code électoral est abrogé. »

- l'adoption de cet amendement ne donne lieu à aucun débat en commission des lois : pas d'exposé des motifs par l'auteur, avis favorable du rapporteur et silence du Gouvernement. Cet amendement devient l'article 12 bis A (nouveau) du projet de loi texte de la commission. Extraits des débats en commission :

Article additionnel après l'article 12 (art. L.7 du code électoral) : Abrogation d'une peine de privation de plein droit des droits civiques :

La Commission adopte, après avis favorable du rapporteur, l'amendement CL 185 de M. Jean-Jacques Urvoas.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-cloi/08-09/c0809075.asp

http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rapports/r1899.pdf

- en séance publique cet article, issu du texte de la commission, ne fait l'objet d'aucun débat (pas d'orateur inscrit, pas d'amendement : vote formel à l'unanimité). Voir extraits des débats joints :

Article 12 bis A

(L'article 12 bis A est adopté.)

http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009-extra2/20092005.asp

5 - Texte voté par l'Assemblée Nationale (le 16 septembre 2009) :

Article 12 bis A (nouveau)

L'article L. 7 du code électoral est abrogé.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/ta-pdf/loi_penitentiaire180909.pdf

Conclusion : les élus condamnés seront rééligibles. C'est une régression sans précédent. Pauvre parlement !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra