A propos de la dissolution du CCIF

"Nous avons travaillé avec le CCIF pour élaborer des vidéos pédagogiques rappelant le cadrage juridique de la laïcité en sorties scolaires ou à la cantine. La rigueur juridique de nos interlocutrices, la recherche constante du dialogue ou de la médiation avant le contentieux, le respect permanent des droits humains démentent les accusations portées dans le décret de dissolution."

Le Cercle des Enseignant-es laïques condamne la dissolution du CCIF. Il s'agit d'une atteinte extrême à la liberté d'expression. La critique de l'État et l'antiracisme se trouvent criminalisés comme ils ne l'ont jamais été. C'est d'autant plus inquiétant que l'action du CCIF passait par le recours à la loi et à la justice. Le ciblage politique des musulman-es et antiracistes dénonçant trop fortement l'islamophobie institutionnelle doit faire réagir tous les défenseurs des libertés publiques, d'autant que sont aussi en voie d'être criminalisées les études scientifiques sur les oppressions croisées.

Nous avons travaillé avec le CCIF pour élaborer des vidéos pédagogiques rappelant le cadrage juridique de la laïcité en sorties scolaires ou à la cantine. La rigueur juridique de nos interlocutrices, la recherche constante du dialogue ou de la médiation avant le contentieux, le respect permanent des droits humains démentent les accusations portées dans le décret de dissolution. Ces accusations ne sont que le relai de campagnes de calomnies portées par l'extrême-droite et un camp qui n'a d'universaliste que le nom.

Le Cercle des Enseignant·e·s Laïques

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.