Quand un principal de collège fait du respect de la laïcité un signe d' «islamisme»

Le principal de collège à la retraite Bernard Ravet sort un livre, Principal de collège ou imam de la République ? Il entend alerter sur l'emprise croissante que prendrait un certain islam sur l'école de la Répulique, notamment dans les zones d'éducation prioritaire. Mise au point sur des propos peu respectueux de la laïcité.

petit-manuel-laicite-couverture

Le principal de collège à la retraite Bernard Ravet sort un livre, Principal de collège ou imam de la République ? Il entend alerter sur l'emprise croissante que prendrait un certain islam sur l'école de la Répulique, notamment dans les zones d'éducation prioritaire. La journal La Provence publie un entretien avec ce fonctionnaire à la retraite. Après avoir reconnu que le problème central des établissements qu'il a connus est l'inégalité sociale – ce que nous soutenons nous-mêmes et qu'il réaffirmera ensuite, l'ancien principal enchaine approximations, erreurs et détournements de la laïcité, que nous entendons corriger :

- Interrogé sur la « poussée de l'islam dans les collèges », Bernard Ravet explique qu' « on se retrouve dans une situation comme avant 1905 où l'école devait affirmer sa laïcité ». Or, l'école républicaine avait déjà « affirmé sa laïcité » deux décennies plus tôt. La loi de 1882 avec rendu l'instruction obligatoire et mis fin à l'enseignement religieux dans les établissements. La loi Goblet de 1886 avait laïcisé le personnel de l'Éducation nationale. La loi de 1905 ne fait que poursuivre la laïcisation de la société en mettant fin au régime des cultes reconnus. Par ailleurs, comparer avec l'islam d'aujourd'hui la place et le pouvoir qu'avaient au début du vingtième siècle l'Église catholique et son clergé centralisé, mériterait un peu plus que deux phrases expéditives pour pouvoir convaincre.

- Interrogé sur les signes qui laissent apercevoir une poussée de l'islamisme au collège, Bernad Ravet répond : « Le premier peut être de voir le nombre croissant de gamines arrivant avec un voile sur la tête qu'elles retirent avant de pénétrer dans l'établissement. C'est aussi, en période de ramadan, le nombre d'enfants qui ne mangent plus à la cantine. Et, d'une manière plus générale, tous ces enfants qui refusent de manger parce que la viande n'est pas abattue rituellement. »

Or des « gamines » portant le voile et le retirant avant de pénéter dans l'établissement ne font que respecter le cadre laïque actuel. La loi de 1905 assure la liberté de conscience et n'interdit pas qu'on pratique sa foi de façon visible dans l'espace public. Ces enfants ont donc le droit de porter le voile dans la rue. La loi de 2004 interdit dans l'enceinte scolaire le port de signe par lequel un-e élève pourrait manifester ostensiblement sa religion, et ces élèves ont donc le devoir de retirer leur voile avant de rentrer.

De même, le repect de la liberté de conscience qui est au coeur des lois laïques doit amener à respecter les choix des élèves – par exemple jeûner pendant le ramadan – tant que cela ne perturbe pas le fonctionnement de l'institution.

Enfin, s'il n'est pas laïque de proposer dans les cantines scolaires de la nourriture consacrée et si des choix de menu ne sont pas une obligation légale des collectivités en charge des cantines, l'institution1 recommande des menus de substitution pouvant inclure oeufs, poissons, protéines végétales, notamment pour éviter de manger du porc. Ces menus de substitution, proposés à tous-tes les élèves, recommandés dans le cas du porc et de plus en plus étendus à d'autres situations, permettent aussi de régler la question de la viande consacrée ou les choix végétariens de certaines familles. Que ce chef d'établissement n'ait pas voulu suivre ces recommandations – rien en effet ne l'y oblige - ne signifie pas que ses élèves soient « islamistes » - le principal ni le journaliste ne définiront jamais ce terme.

- Interrogé sur les tensions entre enfants de confessions différentes, Bernard Ravet explique qu'il n'y en a pas. D'une part car les « enfants issus de familles de culture chrétienne » iraient dans le privé. D'autre part car des élèves d'un des collèges où il a exercé ont dit à RFI que « s'il y a [des enfants juifs], ils se cachent ».

Bernard Ravet dispose-t-il d'un fichier d'enfants juif-ves et chrétien-nes, pardon « issus de familles de culture chrétienne » - on attend une définition – pour pourvoir affirmer qu'il n'y en a pas ? Établissait-il un diagnostic sur les tensions entre ces élèves, le niveau de racisme, dont l'antisémitisme, sur la seule base de propos tenus par quelques élèves à la télévision ?

La question est importante. Dans l'extrait de son livre publié par l'Express, Bernard Ravet affirme que c'est à cause de ce reportage qu'il a refusé l'inscription d'un élève dont la famille venait d'Israël pour s'installer en France. Jugeant que son accent le mettait en danger dès que cet enfant aurait répondu à une question sur ses origines, le principal a alors fait tout ce qu'il pouvait pour que cet élève soit inscrit dans une école privée juive, afin de « protéger » l'enfant de l'antismétisme supposé régner au collège.

Si on découvre dans les toilettes d'un collège une inscritption injurieuse envers les personnes handicapées, doit-on refuser les élèves vivant avec un handicap pour les protéger et affirmer que tous les élèves sont handiphobes ou mettre en place les actions pédagogiques appropriées ? Si un élève tient des propos sexistes en cours, faut-il transférer les filles dans une autre classe et dire « tous les gaçons de cette classe sont sexistes », ou bien sanctionner l'élève, lui faire comprendre ses torts et animer par exemple un débat sur le sexisme ? Il est en tout cas étonnant de guider sa politique d'inscription sur l'origine et la religion d'un élève, et sur un constat sur son propre établissement fait à partir d'un simple reportage télé.

- A la question « L'enseignement dispensé est-il contesté », Bernard Ravet répond que « les professeurs de SVT ont des difficutés à aborder les théories évolutionnistes ». Or les « difficultés » ne sont pas de la « contestation ». Le livret de la laïcité, document insitutionnel, rappelle qu'il est de la responsabilité des professeur-es de savoir répondre aux questions suscitées par un objet d'étude, que ces questions soient de nature religieuse ou pas.

Bernard Ravet regrette par ailleurs que pour assurer les séances d'éducation sexuelle, les enseignant-es soient obligé-es de séparer leS filles et les garçons. Or cette pratique n'a rien de systématique, et ne relève pas d'une réponse au phénomène religieux, mais bien aux conséquences des inégalités filles-graçons, de la nécessité de libérer la parole sans être observées chez les filles. La non-mixité des interventionS est parfois pratiquée par le Planning Familial : Bernard Ravet va-t-il les accuser d’ « islamisme » ?

Le principal à la retraite déplore enfin les médecins complaisants qui accordent des certificats aux filles leur permettant de ne pas suivre les cours. Sans justifier, une fois de plus, en quoi cette pratique serait spécifique aux musulmanes, ou aux religions en général.

On ne défend pas la laïcité en accumulant approximations et erreurs sur les textes qui la régissent.

 

Paul Guilibert, Anaïs Flores, Florine Leplâtre et Jérôme Martin sont membres du Cercle des enseignant-es laïques.

 

1Ministère de l'Éducation nationale, Livret laïcité, octobre 2015 page 23 : « Le fait de prévoir des menus en raison de pratiques confessionnelles ne constitue ni un droit pour les usagers ni une obligation pour les collectivités. Pour autant, des mesures pratiques et non spécifiques afin de faciliter le libre exercice des cultes peuvent être prises. »


Circulaire du 16 août 2011 relative au rappel des règles afférentes au principe de laïcité du Ministère de l'Intérieur : « Des demandes particulières, fondées sur des motifs religieux, ne peuvent donc justifier une adaptation du service public. La circulaire du Premier ministre n o 5209/SG du 13 avril 2007 relative à la charte de la laïcité dans les services publics a ainsi rappelé que ''les usagers du service public ne peuvent exiger une adaptation du fonctionnement d’un service public ou d’un équipement public. Cependant, le service s’efforce de prendre en compte les convictions des usagers dans le respect des règles auquel il est soumis et de son bon fonctionnement''. (...)Il n’en reste pas moins qu’en pratique la plupart des cantines proposent depuis longtemps des substituts au porc et servent du poisson le vendredi, permettant ainsi le respect de certaines prescriptions ou recommandations religieuses. »

Pédagogie de la laïcité, A. Bidar, Haut Conseil à l'Intégration et Ministère de l'Éducation nationale, Documentation française, 2012 pages 40 et suivantes : « l’école étant cet espace émancipateur qui éduque l’élève à la capacité et à la dignité de faire ses propres choix, son service de restauration repose précisément sur l’offre de choix : l’élève doit toujours avoir la possibilité de respecter ses convictions religieuses, comme avoir aussi la possibilité de s’en émanciper s’il le désire, en ayant par exemple devant lui deux plats de résistance au moins – pour ne pas être contraint à manger du porc, etc. (...) À travers ce libre choix des collectivités, nous nous apercevons donc que celles-ci ont ici un rôle important à jouer pour permettre à l’école de tenir son engagement laïque dans chacun de ses espaces. Les collectivités locales, étant invitées à faire le choix de donner le choix aux élèves, trouvent ainsi le moyen de participer à la mission laïque de l’école. » Le document précise néanmoins que ce choix de menu n'est pas une obligation légale pour les collectivités.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.