Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

École et laïcité

Suivi par 72 abonnés

Billet de blog 29 août 2019

Le mot «islamophobie» est clair et désigne une forme de racisme

Alors qu'une nouvelle polémique lancée par Henri Peňa-Ruiz et certain-es responsables de la France Insoumise tend à faire croire que le mot «islamophobie» viserait à empêcher la critique de l'islam, nous publions le passage du Petit Manuel Pour une Laïcité Apaisée que nous y avons consacré.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En France, le terme d’islamophobie continue de faire débat alors qu’il est largement accepté dans le monde anglo-saxon, dans les instances internationales et dans le milieu universitaire. Le concept d’islamophobie est critiqué pour plusieurs raisons. D’abord, utilisant le terme « islam », ce mot entretiendrait la confusion entre lutte contre les discriminations et critique légitime d’une religion. Ensuite, le terme « phobie » aurait tendance à transformer un fait social en pathologie. Enfin, en focalisant l’attention sur l’islam, il enfermerait les personnes racisé.e.s dans une identité religieuse.

Si le terme islamophobie est évidemment critiquable, ces objections le sont tout autant. La première se renverse aisément : la critique de la religion, tout à fait légitime, ne doit pas servir comme c’est souvent le cas de paravent à la discrimination. Le mot « islam » sert souvent de métonymie, procédé qui remplace un concept par un autre, pour rendre « acceptable » la stigmatisation des « musulmans », voire des « Arabes ». Oui, la critique de l’islam, comme de toute religion, est possible dans un cadre laïque, et non, le terme « islamophobie » ne vise pas à restaurer un délit de blasphème. La laïcité vise à assurer la liberté de conscience de chacun.e, non-croyant.e.s, athées, anticléricaux ou croyant.e.s. On peut y critiquer la religion, on peut aussi y critiquer la critique de la religion.

D’autre part, celles et ceux qui émettent des réserves sur le suffixe -phobie oublient qu’il a pris un sens spécifique, marqueur d’une discrimination, d’abord dans les discours militants, ensuite dans les sciences sociales et qu’il s’est normalisé dans les débats publics. En dehors de quelques cas très isolés, plus personne n’utilise cet argument contre le mot « xénophobie » ni même contre le mot « homophobie », pourtant très fortement critiqué dans ces termes il y a encore vingt ans.

Enfin, relever l’existence d’une discrimination ou d’un racisme visant spécifiquement celles et ceux qui sont identifié.e.s comme « musulman.e.s » ne signifie pas que le racisme ne mobilise pas d’autres prétextes pour stigmatiser les mêmes personnes ou d’autres groupes sociaux. Cela ne signifie pas non plus que l’on réduise ces personnes à un seul élément, leur religion supposée, pas plus que la lutte contre l’homophobie ne réduirait des personnes à leur orientation sexuelle. Il s’agit dans un cas comme dans l’autre de désigner le noyau d’une discrimination, ce qui pose problème pour une partie de la société. Comment lutter contre la stigmatisation si on n’en désigne pas l’origine ?

« Islamophobie » désigne l’ensemble des discours et des pratiques qui essentialisent et stigmatisent les personnes perçues comme musulmanes. L’essentialisation implique de réduire des individus ou un phénomène complexe à une de leurs dimensions en la rendant naturelle, évidente et éternelle. L’essentialisation n’apparaît pas toujours directement comme de la stigmatisation (« la femme est douce ») mais, en figeant une personne ou un phénomène social, elle en est un vecteur important.

Dans le cas de l’islamophobie, l’essentialisation est accompagnée d’un processus de racialisation, c’est-à-dire de construction sociale d’un groupe supposé homogène en fonction d’un certain nombre de critères, dont l’origine supposée, l’accent, la couleur de la peau, etc. En ce qui concerne l’islam, l’essentialisation revient à imaginer une communauté musulmane monolithique, identifiée aux immigré.e.s des anciennes colonies, et à expliquer des comportements et des habitudes avec le seul prisme du dogme réduit à un discours unique, à l’exclusion de tout autre facteur social.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Accusé d’agressions sexuelles, le candidat instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage d’Éric Zemmour tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal
Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes