Marcuss
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Ecrire pour exister

Suivi par 68 abonnés

Billet de blog 10 juil. 2019

Cesser d'exister trente-cinq heures par semaine

A l'heure où la crise des urgences s'intensifie avec maintenant 95 services en grève, une psychologue nous conte par la poésie la déshumanisation des métiers du soin, prise en otage par la financiarisation.

Marcuss
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cesser d'exister trente-cinq heures par semaine.

Au nom de quoi ? La numérisation des rapports humains.
Dans quel intérêt ? Rentabilité, efficience, et déni de masse.
Pour quel salaire ? L’échelon 1.
A quel prix ? La santé.


D'abord, étudier à l'université, s'investir passionnément, découvrir, apprendre et croître.
Se construire.


Après. Devoir mendier du travail.


Et puis, décrocher Le Poste.
Etre recruté pour son diplôme, mais utilisé à d'autres fins.


Sentir le mépris pour ce que l'on a appris, ce que l'on sait, ce que l'on est, la place qu'il faut tenir.
Se voir sommé à bafouer l'éthique et le savoir de son métier. Il faut gagner du temps, gagner de
l'argent. On est pressé tout le temps, tout le temps, tout le temps.
Un savoir-être qui dérange la rentabilité, les idées reçues, les verrous humains, la folie de certains...


Etre tenu à distance. Et censuré même.
Résister pour sa dignité, pour les personnes qu'il s'agit d'accompagner.
Pour gagner son pain. Et pour l'humanité même.


La commande ? Traiter la souffrance des autres comme une machine, à la chaîne, et dans un coin.
Un coin dont personne ne veut rien savoir. Surtout pas savoir... Et surtout, surtout pas entendre.
Suis-je rémunéré pour penser la parole ou pour étouffer des cris ?


Dans un coin. Comme tout un chacun. Chacun son coin.
On ne peut pas collaborer. On a pas le temps. Mais on doit tout tracer.
Sur logiciel. De l'ordinateur le matin, de l'ordinateur le midi, de l'ordinateur le soir. C'est la prescription.


Tandis que partout des non-dits planent, des silences lourds, des rires nerveux. Agressivités rentrées, agressivités déployées. Des têtes baissées, des regards furtifs, des regards fuyants, des regards d'appel, des regards de détresse, des regards entendus, des regards hautains, des regards
gênés. Des regards méfiants. Défendre l'éthique de sa profession, défendre l'éthique tout simplement.


Défendre son travail, défendre son patient, défendre sa personne.
Tenter de communiquer, d'établir un contact, peut-être une relation.
Tenter de sensibiliser, d'ouvrir un champ, peut-être d'ouvrir à l'autre.
Tenter de travailler, tout simplement.
Persister, persévérer, chercher chez ces autres, ce qui fait d'eux des femmes et des hommes.
Chercher ce qui fait leur beauté. Chercher, pour les aimer.


S'amenuiser beaucoup.
Voir la violence des rapports, voir la violence des clans.
Voir la violence de ces collègues. Voir la violence des soignants.
Voir les coups donnés, les coups rendus. Les coups tordus.
Voir voir voir !
Subir de voir !


Juste voir ! Perversion.
Se sentir piégé, coincé, emprisonné.
Continuer d'avancer. Dialogue de sourds.
Un horizon à plat.
Quel sens à tout ça ?
C'était quoi mon métier déjà ?


Accueillir l'autre. Le porter à porter sa souffrance. Restaurer du sens, humaniser le patient.
Témoigner de lui. Humaniser le soin.


Je suis psychologue et je travaillais là-bas.
J'ai nommé l'innommable, puis j'ai pris mon envol.
Depuis, je fais mon métier.


L'hôpital doit soigner

Mais qui soigne l'hôpital ?

Edition de témoignages « Ecrire pour exister »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP