Billet de blog 20 avr. 2020

D'une épidémie l'autre

En tant qu'associations ACT UP, puis ACT UP-Paris, ce sont constituées par et pour les personnes concernées, à savoir les personnes vivant avec le VIH. L'épidémie comme nous l'avons depuis longtemps considéré est une épidémie politique. Elle l'est à bien des égards car touchant principalement les populations marginalisées et criminalisées en premiers.

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

©Clément Lagouarde © ©Clément Lagouarde

En tant qu'associations ACT UP, puis ACT UP-Paris, ce sont constituées par et pour les personnes concernées, à savoir les personnes vivant avec le VIH. L'épidémie comme nous l'avons depuis longtemps considéré est une épidémie politique. Elle l'est à bien des égards car touchant principalement les populations marginalisées et criminalisées en premiers. Elle s'est étendu à l'ensemble des populations sur toute la planète mais toujours avec le même point d'entrée. Toujours en suivant la pauvreté et la précarité. Aujourd'hui nous sommes face à une nouvelle épidémie. Ce qui est le plus troublant c'est que nous, les militantEs, nous les associations d'autosupport, tirons la sonnette d'alarme depuis des années. On pourrait même dire depuis 30ans. 

Au premier decembre dernier(1), nous annoncions avoir trouvé une solution miracle pour nos soucis, et elle est encore d'actualité. Elle se resume en deux petites phrases que le gouvernement devrait connaitre: DONNEZ NOUS LES MANETTES. NE NOUS ECOUTEZ PLUS, OBEISSEZ NOUS!

35ans de parenthèse libérale ont peu à peu mis à feu et à sang nos services publiques de santé, d'éducation de recherche et tant d'autres. La gestion budgetaire par "projet" a fait baisser peu à peu le financement dans le monde associatif. Alors que nous savons quelles sont les bonnes decisions à prendre, on nous etouffe, on nous utilise, mais on ne nous ecoute jamais. Alors que les politiques publiques menées actuellement ont fait la preuve de leur delire criminelle: 15 milles morts en un mois (et avec des chiffres officiels en dessous de la realité). nous sommes encore rangéEs dans le camps de reveurs et parfois pire des radicaux. Mais la période et ce que l'on peut en conclure montre qu'il faut une critique radicale du systeme. Ce systeme institutionnel qui malgré les demonstrations de son incompétences, continuent de traiter la population comme des enfants bien trop gâté. Mais etre en bonne santé, avoir des hopitau qui tienne le choc d'une grosse epidemie, avoir des etablissement scolaire pouvant fournir du savoir a nos eleves, une université dans cette continuité, tout cela serait etre gâté? Et si. ous sommes des enfants, ce serait donc le gouvernement qui aurait le role de l'adulte. Mais comme dirait la manif pour tous, on ne ment pas aux enfants. 

Nous n'avons pas attendu les institutions lors de cette épidémie pour mettre en ligne les conférence sur le coronavirus tenue à l'IAS de boston, nous n'avons pas attendu Schiappa pour annulé nos manifestations et rassemblement. Nous n'avons pas attendu les appels a solidarité d'un ministre accusé de viol pour aider avec d'autres association communautaire comme acceptess-t le strass qui organisent des ravitaillements pour les plus précaires.Tout ce que le gouvernement actuel a l'instar des gouvernements passés n'a pas mis en place nous avons tenter avec nos moindres moyens de l'etablir. 

Quand le gouvernement ment sur les masques disponible, nous sommes ravitailléEs ou ravitaillons pour aider les précaires à survivre.

Dans nos revendications du 1er décembre 2019 nous avions notamment: 

  • La généralisation de l'acces au depistage anonyme et gratuit dans tout les laboratoires de villes sans besoin d'ordonnance, s'ils nous avaient obéis...
  • L'intégration de l'AME dans le droit commun de la securité sociale, s'ils nous avaient obéis la aussi...
  • L'abrogation de la loi sur la pénalisation des clients de prostituéEs, s'ils nous avaient obéis encore...

Sans oublier aussi nos soutiens, les soignantEs, qui manifestait encore il y a peu contre la casse de l'hopital. 

Mais ils ne changeront pas, nous pouvons en etre certains. Premier indice est donné par M. Lemaire. En effet durant le mandat de M. Sarkozy, Bruno Lemaire sevissait déjà et promettait au sortir de la crise des subprimes qu'ils allait changer le capitalisme . Quel ne fut pas notre surprise quand il reprend durant ce confinement soit 10ans plus tard le même refrain de changer le capitalisme. A l'heure ou ces lignes sont rédigées le President Macron (anciennement participant de la comission Attali sous Sarkozy et ministre de l'economie sous Hollande) prepare une intervention "historique" qui va surement nous rappeler le front populaire juste avant la guerre, nous intimant de ne pas critiquer les reculs sociaux qui sont mis en place actuellement. Apres la casse de l'assurance chomage, la privatisation de la SNCF, l'ouverture a la concurrence des chemins de fers, l’abrogation du statut de fonctionnaire a vie et la destruction avortée (heureusement pour nous) de l'assurance retraite, comment croire que les mêmes qui ont allumés les feux, sortent la lance à incendie. Ils sont tres silencieux au bout de la 3eme semaine de confinement et de foutage de gueule. Mais ils cherchent une nouvelle stratégie pour pouvoir justifier les démantellements. Vous verrez qu'au sortir de la crises, ils nous annonceront que nous devons nous serrez la ceinture et que les 60h/semaine vont devenir la norme pour relancer l'économie... Vous allez voir qu'avec l'arret des cotisation sociales, la securité sociale va se retrouver en déficit et son marché devra etre ouvert à la concurrence.

La seule question qui vaille c'est que ferons-nous pour qu'ils partent, car ils ne partiront pas d'eux-même, et quand ils retenteront le coup du mensonge que feront nous? Grève? Greve du respect des directives peut-etre?  Et comme on le dit on peut tromper une fois mille personnes mais on peut pas tromper mille fois mille personnes,... non on peut tromper mille fois une pers... 

Pierre, Pédé, Séropo, Chomeur intermittent

(1)https://www.actupparis.org/2019/12/01/act-up-paris-a-trouve-la-solution-miracle-pour-resoudre-la-crise-actuelle/

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal