Édition suivie par 19 abonnés

Ecrire pour ne pas mourir

1 rédacteur

À propos de l'édition

Regards de séropoEs au temps du Covid, Act Up-Paris ouvre une page d’accueil de témoignages, d’expressions sans barrière, sans directive, pour laisser la place en liberté aux ressentis des unEs et des

autres avec en toile de fond, d’une épidémie l’autre, 30 ans de lutte contre le VIH/sida. Toutes les créations sont attendues pour faire de ce moment de confinement, de contrôle, si particulier et sinistre, une marque temporelle dans l’histoire d’Act Up-Paris.

  • Édition Ecrire pour ne pas mourir

    On achève bien les associations

    Par | 2 commentaires | 8 recommandés
    Act Up-Paris, association de lutte contre le VIH-sida, est dans la tourmente financière depuis 2013. Après l’arrêt des dons de M. Pierre Bergé, les soucis financiers sont arrivés les uns après les autres. Aujourd'hui c'est notre financeur public principal, Santé Publique France, qui s'en va et avec lui une perte de 35 000€ soit quasi la moitié de notre budget annuel.
  • Édition Ecrire pour ne pas mourir

    D'une épidémie l'autre

    Par | 2 recommandés
    En tant qu'associations ACT UP, puis ACT UP-Paris, ce sont constituées par et pour les personnes concernées, à savoir les personnes vivant avec le VIH. L'épidémie comme nous l'avons depuis longtemps considéré est une épidémie politique. Elle l'est à bien des égards car touchant principalement les populations marginalisées et criminalisées en premiers.
  • Édition Ecrire pour ne pas mourir

    Coup de gueule d'une jeune lesbienne

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    30 ans déjà, 30 ans que nous nous battons sans relâche et pourtant nous sommes toujours là. 30 ans qu'on hurle, 30 ans qu'on marche dans les rues, 30 ans qu'on compte nos morts.es, s'en est assez ! Etant une jeune lesbienne fraîchement arrivée à Act Up Paris, il y a des situations qui m'indignent encore aujourd'hui.
  • Édition Ecrire pour ne pas mourir

    J'ai survécu au sida, c'est pas pour crever sous Macron

    Par | 15 commentaires | 39 recommandés
    Nos vies sont pendues à 30 ans d'austérité budgétaire de Bruxelles via Paris. Cette prédation financière dont nous sommes constamment la cible nourrit les paradis fiscaux. Elle s'insinue continuellement à travers des politiques publiques de démembrement des biens communs. Emmanuel Macron, ses traine-savates et porte-flingues d'hier et d'aujourd'hui en portent l'entière responsabilité.