Billet de blog 23 oct. 2020

On achève bien les associations

Act Up-Paris, association de lutte contre le VIH-sida, est dans la tourmente financière depuis 2013. Après l’arrêt des dons de M. Pierre Bergé, les soucis financiers sont arrivés les uns après les autres. Aujourd'hui c'est notre financeur public principal, Santé Publique France, qui s'en va et avec lui une perte de 35 000€ soit quasi la moitié de notre budget annuel.

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

          Act Up-Paris, association de lutte contre le VIH-sida, est dans la tourmente financière depuis 2013. Après l’arrêt des dons de M. Pierre Bergé, les soucis financiers sont arrivés les uns après les autres. Les militantEs-salariéEs de l’association se sont autolicenciéEs au fur et à mesure pour permettre à la structure de survivre mais rien n’y fit, la crise entamée par le départ du seul grand donateur Bergé fut le début du stade SIDA pour l’association. Et à chaque petite crise, son effet sur l’association se fait sentir. En effet, la prise en mains par un CA de droite, ne considérant plus l’épidémie de VIH comme politique et refusant de se pencher outre mesure sur une nouvelle population clé que sont les personnes étrangères (les migrantEs, les sans-papiers...), a fait basculer dans l'esprit de beaucoup l’association « poil à gratter » vers une version vide et inoffensive. Puis un nouveau CA est arrivé remettant le politique au cœur du plaidoyer. Plutôt que de timide et incompréhensible « sida, migrant, ne détournons pas le regard! » chuchoté au micro des Césars, le nouveau CA a préféré mettre en avant les TDS lors des manifestations de la fête à Macron. Il a également mis en place un certain nombre de coalition (se rappelant de la signification de l’acronyme éponyme) avec les organisations des populations clé. Mais les subventions ainsi que les complications administratives (calendriers stricts des différents organismes financeurs, projet uniquement financé sur un an etc...) ont eu raison des économies de l’association.

          Ce mois-ci c’est un nouveau choc pour nous, Santé Publique France (SPF), dont on connait bien sur les campagnes efficaces ces dix dernières années qui ont permises aux nouvelles contaminations de diminuer (sic) et qui finançait jusqu’alors de l’ordre de 35k€/an le travail de recherche d’information (dans les publications à revue par les pairs et dans les différentes conférences VIH), de vulgarisation scientifique de ces informations, de la rédaction, du maquettage, de l’impression et du publipostage dans toute la France de la version papier de notre site internet reactup.fr ainsi que de son développement, son alimentation, sa mise en avant sur les réseaux sociaux.

episode de southpark s12 e1 © Comedy central

SPF donc, qui ne finançait en fait qu’à peine 50% ce projet, a décidé que ce site de référence mondiale francophone était passé de mode. Comme pour les MDPH sur l’AAH, SPF nous demande encore et toujours de prouver que notre action est utile et, en attendant des preuves qu’ils ne veulent pas voir, ils arrêtent de nous financer. Voilà où nous en sommes. Alors certes il nous reste les Labos et la dette de sang mais avec le covid, le VIH-sida est passé de mode.

          Seul à répondre présent encore et toujours, la Mairie de Paris, malgré qu’on ne l’épargne pas sur ses pratiques à l’encontre des TDS et des migrantEs, et bien sur Sidaction qui sait que le sida n’est pas une épidémie passée de mode mais juste passée sous silence. Récemment nous avons même eu l’agréable surprise de recevoir les droits de chansons de M. Jean-Louis Aubert qu’on ne remerciera jamais assez non pas pour la sommes mais pour le geste que d’autre groupe nous ont refusé.

          Nous avons 2 salariés payés aux alentours du SMIC, nous sommes une association recevant des TIG, distribuant des produits de prévention aux personnes du quartier de Belleville. Nous avons une permanence Droits sociaux permettant notamment d’aider des personnes séropositives pour la constitution de dossiers administratifs (demande d’AAH, de logements sociaux...) et nous ambitionnons de faire également une permanence en santé sexuelle. Mais comme nous le disions au début Act Up-Paris est en stade SIDA et a besoin du meilleur antirétroviral qui soit : le financement.

 Pour faire un don à ACT UP-PARIS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener