L'écume du Tour (10). Frère Schleck, mon ami

Qu'est-ce qu'un frère Schleck? Un frère Schleck est un athlète du XXIe siècle pratiquant le cyclisme. Le frère Schleck pédale généralement de conserve sauf les années paires où il cingle solitaire vers les crêtes.

Qu'est-ce qu'un frère Schleck? Un frère Schleck est un athlète du XXIe siècle pratiquant le cyclisme. Le frère Schleck pédale généralement de conserve sauf les années paires où il cingle solitaire vers les crêtes. Il exerce son métier en toute saison et sur toutes les voies car il est aussi consciencieux que luxembourgeois mais ne cache pas un faible pour les premières semaines de juillet et les cols classés hors catégorie. Selon certains anthropologues, tel Cyrille Guimard, le frère Schleck serait l'avenir du sport cycliste. On reconnaît le frère Schleck à sa grande taille, son nez aquilin, ses bras interminables et son maillot blanc qui est jaune depuis mardi 13 juillet, jour où il est devenu Conducator du 97e Tour de France au terme de la 9e étape Morzine-Avoriaz-Saint-Jean-de-Maurienne (204 km).

Il y a, sur la route, deux sortes de frères Schleck: Andy (1985), qui gagne, et Frank (1980), qui aurait pu. Quand Frank est là, Andy est rassuré et il va vite. Quand Frank n'est pas là, Andy est mélancolique et, alors, il va encore plus vite pour retrouver Frank. Les autres tirent la langue, surtout Lance Arsmtrong et Denis Menchov. Ils dépêchent un émissaire à sa hauteur pour négocier une trêve. «Et ta soeur!», lui répond Andy en luxembourgeois de cuisine avant de visser la poignée, histoire de. Des fois, il a l'impression que Frank est quand même là, derrière lui, et il se retourne. Mais non, c'est Alberto Contador. Andy est super mélancolique et la meule en prend un coup. Le peloton s'allonge, s'allonge, s'allonge et, paf, vole en éclats: il y a des coureurs partout et plus que quarante-deux kilomètres avant l'arrivée. Le commentateur de la télévision s'égosille.

Il existe une troisième sorte de frère Schleck. Le Schleck de bureau, qui fait de la politique. Steve (1977). Ancien cycliste quand même. Deuxième échevin de Mondorf-les-Bains (sud-est du Luxembourg, 4.559 habitants dont 11 de plus 95 ans) chargé de la jeunesse, des sports et loisirs, de l'environnement et de la politique sociale. En cas de maillot jaune définitif, il pourrait faire campagne pour la création d'une avenue Frères-Schleck - entre le stade John-Grün («l'homme le plus fort de la terre», 1868-1912) et le Casino 2000 (hôtellerie, restauration, jeux à gogo). Ca aurait une de ces gueules. Encore faut-il qu'Andy parvienne à semer Alberto Contador, qui, comme par hasard, est le seul à ne jamais lui demander de ralentir. Entre faux jeton et faux-frère. Le genre d'Espagnol à vous ruiner un destin.

Notons que tous les Schleck ne sont pas frères. Johnny Schleck (1942), par exemple, est père. C'est lui qui a conçu Steve, Frank et Andy avec madame Schleck, qu'on appelle maman. Johnny Schleck a été cycliste au XXe siècle. Il a étudié la danseuse entre 1965 et 1974 dans les Pyrénées, les Alpes (les vraies et les mancelles), le Jura, les Vosges et puis aussi du côté de Saint-Côme-d'Olt (Aveyron). Il a été l'équipier de Jan Jansen, de Walter Godefroot mais surtout de Luis Ocana auquel il pense souvent sans en parler à personne. Ensemble, ils ont gagné le Tour de France 1973. Johnny Schleck a également pédalé en compagnie de Jean-Marie Leblanc, qui n'est plus patron de la Grande boucle depuis 2007. Papa Schleck est très fier de ses trois garçons mais il aurait bien aimé avoir une fille avec laquelle il ne parlerait pas de cyclisme. Une soeur Schleck, pour changer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.