Billet de blog 8 oct. 2020

2022, contre l'abstention un gouvernement d'union de la gauche

En 2022, pour convaincre les abstentionnistes, la Gauche doit nous proposer, avant l'élection, un ticket gagnant programme-gouvernement-candidat. Seuls un programme commun défendu par l'ensemble des futurs ministres et un chef d'équipe consensuel peuvent mobiliser les déçus de la démocratie. Ensemble construisons une 6ème République démocratique sociale et écologique.

Pourlavenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains prônent l'abstention comme moyen de dire non à notre société anti-démocratique, en fait ils lui disent oui. Ne pas voter, c'est donner un chèque en blanc aux manipulateurs de l'opinion (y compris en promouvant l'abstention) à travers leurs médias aux ordres. Ne pas voter, c'est donner un chèque en blanc aux démolisseurs de notre modèle social. S'abstenir, ce n'est pas exprimer de la colère, dont les puissants se foutent, c'est exprimer sa soumission aux injustices que ceux-ci nous imposent.

Devant le mépris de toute expression populaire d'opposition (Gilets Jaunes, manifestations, désobéissance civile...). Devant les  violences policières et la répression judiciaire, reste le bulletin de vote ou sinon nous devrons en venir à la résistance clandestine et violente visant les oligarques tireurs de ficelles du pouvoir.

Il ne nous reste plus que les urnes pour nous exprimer sans violence, alors ne gaspillons pas cette dernière chance, mobilisons nous tous. Forçons la Gauche à s'unir, malgré ses désaccords. Sauver notre avenir vaut bien de s'unir en partageant l'essentiel et laissant les rancoeurs derrière. Gagnons d'abord le pouvoir contre la dictature en marche (extrême-droite ou droite extrême ou extrême-libéralisme macronien), puis construisons ensemble une 6ème RÉPUBLIQUE SOCIALE, ÉCOLOGIQUE et DÉMOCRATIQUE, pour reconstruire le monde qu'ils démolissent toujours plus, jours après jours.

Et pour gagner ensemble, il faut persuader ensemble. Il faut donner un espoir concret aux déespérés des urnes. Pour cela, pour l'élection royale de la 5ème république, pour la présidentielle, il ne faut pas seulement proposer au vote un candidat unique, il faut un programme et un gouvernement d'union proposés avant le vote. Un gouvernement où tous les ministres participeront à la campagne électorale en défendant les mesures concrètes qu'ils mettront en oeuvre dès le lendemain de l'élection. Un gouvernement qui pourra immédiatement réagir aux attaques et sabotages que les oligarques, pour sauver leurs privilèges, organiseront dès que leurs marionnettes seront dégagées du pouvoir. 

Avec un choix clair de programme et la certitude qu'il sera mis en action dès le lendemain de l'élection, les citoyens pourront enfin s'exprimer par les urnes, confiants dans les hommes et femmes qu'ils auront élus (indirectement avec le président) pour les servir.

Lire mon billet :

pour-2022-un-gouvernement-dunion

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss