Gilets jaunes, avec qui sautera la soupape FI RN ?

Les “gilets jaunes” sont plus qu’une indignation sur les carburants, c'est une révolte populaire contre Macron. Après le 17/11 la FI ne doit pas laisser l'OPA du RN le poser en 1er opposant. Elle doit encourager un mode d'action citoyen, concret, efficace, utilisable par tous, en informant et soutenant la PÉTITION-PRÉAVIS DE GRÈVE DES ACHATS, pour une RÉSISTANCE ÉCOLOGIQUE et non violente.

La cocotte-minute explosera-t-elle avec le RN ou la FI ?



Les Français sont excédés d'être assommés de réformes et de taxes au bénéfice exclusif des ultra-riches. Ils ont trouvé un moyen de s'exprimer et de peser concrètement sur le gouvernement en se mobilisant pour bloquer les routes le 17 novembre. L'augmentation des carburants est la goutte de pétrole qui fait déborder leurs porte-monnaies.

 

Ils ont compris que le gouvernement se fout des manifestations classiques et donc qu’il ne sert à rien de descendre faire trois petits tours dans la rue et d’y risquer le tabassage à la Bénalla. Ils ont compris que seul le blocage de l'économie est efficace pour peser dans le rapport de force avec un gouvernement autiste à leurs besoins. Malheureusement aucuns des contre-pouvoirs institutionnels, syndicats, partis politiques, ne leur proposent un mode d'ACTION crédible. Alors ils se saisissent des modes d’expressions que des citoyens ordinaires réussissent à faire passer par les réseaux sociaux.

 

La révolte des “gilets jaunes” est sur la route, elle est la réaction épidermique à l’injustice de la punition financière pour une faute dont les automobilistes ne sont pas coupables. La société voulue par Macron c'est l’individualisme. Les services publics sont démantelés les un après les autres et notamment la mobilité devient de plus en plus indispensable et individuelle. Moins de transports en commun (notamment avec les fermetures de lignes SNCF) OBLIGE tous les ruraux à dépendre de l'automobile (c’est bon pour les profits des premiers de cordée, sponsors de Macron : constructeurs automobiles, pétroliers...). Pour l'environnement les salariés doivent se sacrifier, mais par contre, les riches partiront toujours en vacances dans des avions au KÉROSÈNE NON TAXÉ.

 

Devant la rébellion contre cette injustice, les partis politiques doivent s'exprimer. Pour faire passer ses mauvais coups, le gouvernement prétexte de la juste cause de la défense de l'environnement. Mais en fait, ces taxes ne vont nullement servir pour l'environnement, mais seulement pour compenser les cadeaux aux riches et aux entreprises (suppression ISF, CICE…) dans le budget. Donc la sensibilité écologique ne doit pas bloquer la soupape de la cocotte-minute. Ce n'est pas parce que l'extrême-droite soutient ce mouvement que la Gauche devrait systématiquement s'y opposer, c'est à chacun de s'exprimer selon sa sensibilité.

 

Par contre la Gauche ne doit pas laisser retomber le soufflé de la révolte une fois que le gouvernement, pour calmer la grogne, aura lâché quelques miettes sur les carburants,. La Gauche doit proposer à tous les RÉVOLTÉS DU MACRONISME, un mode d'action efficace pour enrayer les “réformes” antisociales (sur le travail, le chômage, les retraites, la santé…), antidémocratiques (réformes de la justice, de la constitution, de l’audiovisuel public…), réformes ANTI-ÉCOLOGIQUES (attaques contre les services publics, autorisations du glyphosate ou des recherches pétrolières et exploitation aurifère en Guyane, ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE ex : CETA…). Ce mouvement des gilets jaunes démontre que les citoyens veulent AGIR CONCRÈTEMENT, à la Gauche de leur proposer de nouveaux modes de “RÉSISTANCE”.

 

Or ces nouveaux modes d'actions, sont proposés par d'autres que les syndicats ou les partis politiques, qui se sont discrédités par leur incapacité à stopper le bulldozer de l’ultralibéralisme. Donc c'est en soutenant des modes d'actions proposés par des inconnus que la GAUCHE et tout spécialement la FRANCE INSOUMISE, doit permettre aux citoyens d'AGIR SUR LEUR AVENIR.

 

Dans notre société de consommation, c'est par leur poids économique de CONSOMMATEURS que les citoyens peuvent AGIR. Donc c'est par leurs actions de consommation que la révolte actuelle doit continuer. Si il y a bien un mode d’exprimer notre BESOIN D'ÉCOLOGIE qu'aucune répression ne peut arrêter, c'est bien le refus de participer aux gaspillages de notre société du toujours plus.

 

Si la FI ne veut pas que le RN (ex FN) récupère cette révolte, en proposant des actions de plus en plus violentes et réactionnaires, la FI doit soutenir l’ACTION ÉCONOMIQUE NON VIOLENTE qu'est la GRÈVE DE LA CONSOMMATION. En INFORMANT et en DONNANT LE CHOIX à tous les citoyens d'AGIR, INDIVIDUELLEMENT MAIS TOUS ENSEMBLES, par leurs choix de consommation la FI mettrait réellement la SOCIÉTÉ EN MOUVEMENT. Tout comme JL Mélenchon, au meeting de Pau, soutien les actions individuelles des gilets jaunes qui veulent bloquer ensembles l'économie sur les routes, il doit soutenir les citoyens qui individuellement, mais tous ensembles, veulent BLOQUER L'ÉCONOMIE PAR LES HYPERMARCHÉS.

 

La gauche (syndicats, partis politiques) devrait se saisir d'un appel existant déjà, et qui, venant de la société sera moins ressenti comme dicté et manipulé par en haut (donc plus rassembleur par les temps qui courent). Les formations de gauche devraient promouvoir la PÉTITION-PRÉAVIS DE GRÈVE DE LA CONSOMMATION, qui, sans publicité, à déjà recueillie 1400 signatures. Avec une visibilité accrue, cette mobilisation, qu'absolument tout le monde peut suivre, prendrait le relai sur la mobilisation des gilets jaunes. Largement diffusée, cette pétition d'engagement à une GRÈVE GÉNÉRALE d’un nouveau genre, pourrait obtenir autant, sinon plus, que les centaines de milliers de signatures de la pétition sur les carburants. Le poids des GRÉVISTES DE LA CONSOMMATION deviendrait PERMANENT jusqu'à obtenir leur prise en considération par le gouvernement.

vers la pétition-préavis sur Change.org

vers mon billet d'explications

 


Pour qu'après le 17 novembre les Français puisse exprimer leur ras le bol de la politique de Macron, la gauche doit embrayer par un véritable appel à BOYCOTTER l'ÉCONOMIE ULTRALIBÉRALE (du président pour les multinationales) en soutenant la GRÈVE DES ACHATS. Elle ne peut pas louper le coche et laisser la contestation à l'extrême droite en ne proposant rien de concret et de nouveau pour lutter contre les régressions actuelles. Si elle se contente du suivisme de l'extrème droite, elle perdra toute crédibilité, et ce sera malheureusement le RN qui paraîtra le meilleur opposant à Macron.

 

La cocotte-minute anti-Macron explosera-t-elle avec la gauche (la FI) ou avec l'extrême droite RN=FN) ou la droite extrême (LR) ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.