GérardCollomb RÈGLE SES COMPTES par contrôle d’identité

Avec la nouvelle loi-d'ex-état-d’urgence, le Ministre de l’Intérieur utilise le CONTRÔLE D’IDENTITÉ comme moyen de RÉGLER SES COMPTES. Après avoir apostrophé B. Lemaire aux JÉCO, j’ai été suivie puis contrôlée dans le métro. Mais en fait, ce contrôle d'identité était un GUET APEN prémédité par G.Collomb pour intimider une gênante manifestante “d'extrême gauche” qui l’embête depuis des années.

Les nuits portent conseils, plus je réfléchis à mon contrôle d’identité et plus je pense qu’il n’a rien à voir avec Bruno Lemaire et tout à devoir à Gérard Collomb (lire le récit que j’en est fait précédemment : https://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/091117/le-dialogue-la-bruno-lemaire-le-controle-d-identite  ).



En fait mon contrôle d’identité est un RÈGLEMENT DE COMPTE, à postériori, de l’ex maire de Lyon, contre une empêcheuse de mentir en rond qui le gêne depuis des années. Suis-je parano? C’est bien présomptueux de penser qu’une vieille manifestante à pancartes ironiques puisse préoccuper le ministre de l’intérieur ! Et pourtant examinons les faits.

 

Le 9/11/17, sur la scène de la bourse du travail de Lyon le Ministre de l’Économie a vanté, la suppression de L’ISF et la flat taxe sur les valeurs mobilières (actions), puis il a terminé son discours sur la priorité du gouvernement pour la lutte contre les inégalités. Quand il a fini, j’ai lancé “LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS, C’EST DONC PRENDRE AUX PAUVRES POUR DONNER AUX RICHES ?”. A peine avais-je parlé, qu’une main soulevait le rideau de la scène sur le côté droit, et j’ai vu les deux policiers, qui me connaissent le plus, me regarder (me surveiller) jusqu’à la fin de la conférence. L’un (en uniforme) supervise les défilés lyonnais (il me connaît bien par ma façon de manifester, lire dans ce billet : https://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/130917/bloquer-les-manifs-des-le-depart-tactique-de-macron-pour-provoquer-la-c   ). L’autre est le policier (en civil) qui me connaît le mieux. Il me connaît exactement depuis 20 ans, depuis le mouvement des chômeurs, qu’il surveillait déjà pour les Renseignements Généraux. Et nous nous voyons depuis à chaque manifestations lyonnaises puisqu’il les surveille toujours. Je ne lui avait jamais spécialement parlé jusqu'à récemment, où il m’a demandé le nom de mon blog. J’étais surprise qu’il ne le connaisse pas (était-ce vrai ?), mais il est possible que l’information ne passe pas entre la surveillance de terrain et la surveillance informatique (qui assurément connaît mon blog puisque tout un chacun peut le connaître en visionnant sur internet la vidéo du yaourt d’octobre 2015 sur BFMTV). Je lui ai donné mon pseudo “Pourlavenir”, pour qu’il lise mes arguments. A la manif suivante il m’a répondu l’avoir lu. J’espère qu’il a lu le billet qui s’adresse aux policiers des renseignements généraux (quel que soit le nouveau nom des ex RG) que j’ai écris en mai 2015 pour le vote de la loi de surveillance généralisée :

http://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/010515/lettre-un-flic-avez-vous-signe-pour-la-stasi

Donc, deux policiers, spécialisés dans la surveillance des manifestations, et qui peuvent parfaitement m’identifier, surveillent une conférence où il n’y a aucun manifestant mais une seule opposante très gênante.

 

Mais pourquoi donc le ministre de l’intérieur a-t-il donné l’ordre que ce soit justement ces deux policiers qui soit là, sur la scène de la bourse du travail pour les Journées Économiques de Lyon (JÉCO) qui fêtent leur 10ème anniversaire cette année ? Pour comprendre cela, il faut faire un flash-back de deux ans. En octobre 2015 le ministre de service pour intervenir aux JÉCO était Emmanuel Macron, notre actuel Président de la République n’était alors que Ministre de l’Économie. C’est devant une belle brochette de personnalités assises sur la scène de la bourse du travail, dont Gérard Collomb (qui l'avait invité) qu’il fit son discours. Il l’a commencé en vantant les mérites des bourses du travail, alors même que sa loi Macron commençait la casse du droit du travail qu’il termine aujourd'hui.

J’étais dans la salle, j’ai été tellement outrée de son hypocrisie sur ce lieu des luttes pour les droits des salariés, alors même qu’il cassait ces mêmes droits par sa loi, que j’ai lancé mon dessert (qui me restait de mon déjeuner) sur la scène, à ses pieds. Et j’ai crié “vous souillez la bourse du travail … vous êtes un ASSASSIN DE CHÓMEURS…”. J’ai de suite été sortie manu militari par les videurs de la salle. Cette scène à été filmée et est passée dans les médias, la vidéo est encore visible à ce jour et j’ai, à l’époque, écris un billet (dans l’édition de Médiapart : Póle-emploi-mon-amour) racontant ces faits.

http://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-chahute-lors-d-un-discours-a-lyon-922139.html

https://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/131015/macron-ose-souiller-la-bourse-du-travail-ca-ne-peut-pas-passer-sans-reaction

 

Ce n’était pas la première fois, ni la dernière, que nos chemin se rencontrait Gérard Collomb et moi. La première fois fut lors d’un débat de sa campagne de futur maire de Lyon, où je lui avait posé une question embarrassante. L'empêcheuse de mentir en rond, que je suis, sévit souvent. C’est justement déjà aux JECO, en 2011, que nos chemin se sont encore croisés. Après que je sois intervenu G. Collomb prévint sa voisine Mme Laurence Parisot que j'étais “d’extrême gauche”. Poutant c’est très courtoisement et économiquement, que j’ai posé une question sur le financement social et la démondialisation (ma question est entre 32mn42et 33mn43, la réponse de François Baroin, alors ministre de l’économie, de 38mn30 à 39mn30 et la réponse de la présidente du MEDEF d’alors, de 1h08 à 1h13, de la vidéo 2.3 de ce lien : http://www.touteconomie.org/index.php?arc=bv1&manif=156. ). La réponse de la patronne de l’IFOP ne m’ayant pas convaincue, j’ai réfléchis à une contre proposition à la TVA “sociale” comme financement de la Sécurité Sociale. Pas de réponse de Mme Parisot, qui n’a certainement jamais reçu ma “PROPOSITION DE FINANCEMENT ALTERNATIF DE LA PROTECTION SOCIALE ET DE L'INVESTISSEMENT ECOLOGIQUE” :

http://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/300714/sauvons-la-secu-cotisations-patronales-sur-le-capital-au-lieu-de-sur-le    travail

Ensuite j’ai rassemblé dans mon blog “POURLAVENIR” (https://blogs.mediapart.fr/pourlavenir) mes différentes propositions pour réduire le chômage et mon “lobbying citoyen” fait auprès des politiques :

- Contre le chômage : 3 solutions par le partage du travail : http://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/121014/contre-le-chomage-le-partage-du-travail-et-non-la-persecution-des-chomeurs-la

- mon lobbying citoyen :  http://blogs.mediapart.fr/blog/pourlavenir/130912/historique-dun-lobbying-citoyen-ou-comment-tenter-dameliorer-la-societe

- les références de mes principaux articles : https://blogs.mediapart.fr/pourlavenir/blog/290416/mon-best-liens-vers-mes-principaux-billets-0

 

Depuis, nous nous sommes encore retrouvés, Gérard Collomb, Emmanuel Macron et moi, quand le probable futur candidat à la présidentielle est venu faire sa promo chez son grand supporter, le maire de Lyon, en juin 2016. Je l’ai exposé dans ce billet :  https://blogs.mediapart.fr/pourlavenir/blog/030616/lettre-ouverte-e-macron-chiche-debatons-sur-la-loi-medef-et-sur-le-chomage  . J’étais la seule manifestante devant l’école d’apprentissage du MEDEF où j’ai crié “NON À LA LOI-MEDEF”. E. Macron est venu discuter avec moi et je lui ai exposé mes propositions. Pendant tout ce dialogue, filmé par FR3, G. Collomb m’a coupé la parole, en répétant “venez m’en parler à la mairie” pour me clouer le bec. Ça l’embêtait vraiment que je parle à son poulain. Ne cherchez nulle part les images de ce débat, elles n’ont jamais passé la censure. Les infos de FR3 évitent systématiquement de publier les slogans trop ironiques sur mon porte-parole à 4 pattes ou sur sa maîtresse, manifestante sandwich récidiviste, même si le caméraman les a filmés.

 

Aujourd'hui Gérard Collomb est Ministre de l’Intérieur. Des policiers, qui peuvent m’identifier et savent que je viendrais et que certainement j’interviendrais, me surveillent de la scène de la bourse du travail dès que j'ai parlé. Puis ils me suivent dans le métro et contrôle mon identité. Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions ! Malgré cette intimidation, je ne renoncerait pas à manifester le 16/11/17, avec les syndicats luttant encore contre la casse du droit du travail. Comme d’habitude j’exposerais pacifiquement mes slogans, sur moi et sur mon porte-parole à 4pattes qui portera : MACRON PÈRE NOËL DU CAC40 et MACRON PÈRE NOËL POUR SES SPONSORS. S’il devait y avoir des violences policières comme le 12/09/17 à Lyon et que mon chien ou moi-même les subissions, les lecteurs de ce billet seraient témoins et juges du responsable de ces ordres.


CE BILLET EST MON ASSURANCE TOUS RISQUES

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.