esther heboyan
Abonné·e de Mediapart

Portfolio publié dans

Édition

Espaces et écritures

Suivi par 36 abonnés

Portfolio 29 juil. 2017

Paris détours -- la Butte aux Cailles

La rue Dieulafoy dans le 13ème arrondissement a aussi ses Painted Ladies. Pour apercevoir de jolies maisons d’un autre temps habillées de pastels, nul besoin d’aller à Alamo Square. Les Painted Ladies de Paris sont de sortie. Celles-ci sont plus modestes. Presque inchangées depuis 1921. Un enchantement par soleil couchant.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. E. Heboyan, 2017

    Paris détours – la Butte aux Cailles

     

    Maisons du 13ème arrondissement si près si loin des tours

     

    La rue Dieulafoy a aussi ses Painted Ladies. Pour apercevoir de jolies maisons d’un autre temps habillées de pastels, nul besoin d’aller à Alamo Square. Les Painted Ladies de Paris sont de sortie. Celles-ci sont plus modestes. Presque inchangées depuis 1921. Un enchantement par soleil couchant.

    Le Square des Peupliers. Branchages rieurs, réverbères poesques, volets clos et un chat en son îlot champêtre qui ne daigne poser patte sur le chemin pavé. Un tronçon de rue, ou plutôt de vie? De vie de chat. Sans parenté aucune avec une vie de chien.

    Soudain une fenêtre en encorbellement surmontée d’une autre. Discrétion et fantaisie garanties jusqu’à la tombée du jour. À frise bleu faïence de chez Wedgwood, mais pas tout à fait anglaise. Un pinceau indocile a fouillé les couleurs du temps pour reproduire des enfantillages.

     

     

    Street Art – les graffitis de la rue du Moulin des Prés

     

    De la Cash Machine façon fontaine à sodas d’un motel à Las Vegas il ne reste que la carcasse bleu-papier. L’inventeur ayant oublié d’inventer la notice d’utilisation, les passants, les riverains, la pluie et le vent ont eu raison de cette fable à trois sous.

    Le papillon, la panthère et les nénuphars, lâchés dans la brique urbaine, écouteraient-ils Rêverie pour violoncelle et harpe de Debussy ? Les couleurs s’emparent des sons lorsqu’en été la ville se tait.

    À l’entrée du square, l’homme invisible n’a plus toute sa tête. D’ailleurs, pas de tête du tout. Comme Chevy Chase chez John Carpenter. Celui-ci néanmoins a arrêté de courir. Il fait corps avec le mur. Pour apostropher joueurs de pétanque, oisifs de la terre, pigeons sédentaires, usagers du puits artésien.

     

    Place Paul Verlaine ou la fausse quiétude

     

    V’là-t-il pas que Verlaine, le poète à la mine triste d’absinthe, se retrouve du côté des insurgés ! 1871, la Commune de Paris, c’est lui. C’est lui au bureau de presse à l’Hôtel de Ville. Jusqu’à la Semaine Sanglante en mai. Lui qui écrira : « Les vaincus se sont dit dans la nuit de leurs geôles :/Ils nous ont enchaînés, mais nous vivons encor. »

    De la plaque célébrant le Communard on passe au buste en pierre du sergent Bobillot. Mais qui c’est-q’-ce Jules ? Un autre batailleur. Pour la cause coloniale. Tombé à Tuyên-Quang en 1885 pendant la guerre franco-chinoise. Pour un fleuve et deux empires. Le visage fracassé et suintant, le sergent fait le guet en bon génie du quartier jouxtant le Triangle de Choisy. Ironie de l’Histoire ? Le Temps renversé ? Comprend qui veut.

    Paul Verlaine ! Jules Bobillot ! Mon cul ! dit Zazie en retournant dans le métro.

     

     

     

     

  2. E. Heboyan, 2017

    Square des Peupliers. Chat dans impasse.

  3. E. Heboyan, 2017

    Square des Peuplier. Réverbère.

  4. E. Heboyan, 2017

    Rue du Moulin des Prés. Maison avec fenêtres en encorbellement.

  5. E. Heboyan, 2017

    Butte aux Cailles. Place Paul Verlaine.

  6. E. Heboyan, 2017

    Butte aux Cailles. Buste Jules Bobillot.

  7. E.Heboyan, 2017

    Butte aux Cailles. Fontaine d'eau.

  8. E.Heboyan, 2017

    Pot de fleurs géant et pigeon penseur.

  9. E.Heboyan, 2017

    Piscine de la Butte aux Cailles. Mur latéral.

  10. E.Heboyan, 2017

    Piscine de la Butte aux Cailles. Porte d'entrée.

  11. E. Heboyan, 2017

    Piscine de la Butte aux Cailles. Vue sur bassin couvert.

  12. E. Heboyan, 2017

    Street Art. L'homme invisible.

  13. E.Heboyan, 2017

    Street Art. Le papillon, la panthère et les nénuphars.

  14. E.Heboyan, 2017

    Street Art. Cash-Machine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale