mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Édition du matin

Presse libre! Débat, lundi 15, avec Bayrou, Hamon, Mamère, Mariton, Braouezec, Bensaïd

Mediapart et RSF vous invitent au théâtre du Rond-Point, lundi 15 décembre, pour un débat public sur la liberté, l'indépendance et le pluralisme de la presse. François Bayrou (MoDem), Benoît Hamon (PS), Hervé Mariton (UMP), Daniel Bensaïd (LCR), Patrick Braouezec (PCF) et Noël Mamère (Les Verts) ont répondu à notre invitation. Ce débat sera précédé d'une intervention de Pierre Rosanvallon.

© Mediapart

Mediapart et RSF vous invitent au théâtre du Rond-Point, lundi 15 décembre, pour un débat public sur la liberté, l'indépendance et le pluralisme de la presse. François Bayrou (MoDem), Benoît Hamon (PS), Hervé Mariton (UMP), Daniel Bensaïd (LCR), Patrick Braouezec (PCF) et Noël Mamère (Les Verts) ont répondu à notre invitation. Ce débat sera précédé d'une intervention de Pierre Rosanvallon.

 

Après le succès de la soirée au théâtre de la Colline (vidéos ici), qui a rassemblé près de 700 personnes, et l'Appel de la Colline pour une presse libre et indépendante (déjà plus de 4.500 signataires), nous vous attendons nombreux pour ce nouveau rendez-vous du 15 décembre. De quoi s'agit-il? De poursuivre ensemble le débat lancé depuis notre Lettre ouverte aux états généraux de la presse, le 13 octobre. Nous y dénoncions la procédure pilotée par l'Elysée, simulacre de consultation, au moment où le pouvoir exécutif tente de remodeler l'ensemble du dispositif médiatique.

 

Depuis, la quasi-totalité des organisations et syndicats de journalistes ont quitté ces états généraux. D'autres événements sont intervenus depuis. Protestation de la société des rédacteurs du Journal du dimanche, interpellation par la police de l'ancien directeur de Libération, Vittorio de Filippis, et débat acharné, à l'Assemblée nationale, autour de la réforme de l'audiovisuel public.

 

Lundi 15 décembre à 19 heures, nous vous invitons donc à cette soirée de débat public.

 

Outre la présentation de l'Appel de la Colline, par Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF, et Edwy Plenel, directeur de Mediapart, Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France,introduira cette soirée en rappelant les enjeux d'une pleine liberté d'information pour construire un espace public démocratique.

 

« Aujourd’hui, on réduit le journalisme à ses pathologies, à ses infirmités les plus manifestes (...) A simplement dénoncer, d’ailleurs souvent à juste titre, les dérives de la presse écrite ou audiovisuelle, on ne réfléchit plus au journalisme en tant que fonction d’organisation de l’espace public et donc, au sens large, de la représentation», nous expliquait Pierre Rosanvallon dans un entretien publié au mois de mars (cliquez ici pour lire l'intégralité de cet entretien).

 

Cette introduction sera suivie de plusieurs interventions de journalistes de la presse écrite et de l'audiovisuel, dont celle de l'ancien directeur de Libération, Vittorio de Filippis.

 

Le débat s'engagera ensuite entre les responsables politiques et la salle. Les représentants des six formations politiques, de l'UMP au NPA, répondront aux interpellations et aux questions venues du public mais aussi de représentants d'associations de journalistes, de sociétés de rédacteurs et des clubs de la presse régionaux.

 

Nous vous détaillerons ce programme dans les jours qui viennent. Mais d'ores et déjà, réservez votre soirée du lundi 15 décembre.

Théâtre du Rond-Point, 2bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris, métro Franklin Roosevelt.

Entrée gratuite.

 

Réservation souhaitée au 01 44 83 84 84 ou par mail à: appeldelacolline@mediapart.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
En lisant les commentaires sur les récents billets de cette édition, et les renvois qui y sont proposés, y trouvant les doutes, les incertitudes et parfois les peurs de voir la question de nos libertés - qui est en jeu dans celle plus spécifique mais non moins essentielle de la presse, nous échapper au profit d’un fonctionnement de caste ; je me pose encore cette question que j'ai en tête depuis la soirée devenue cette formule impactante qu’est "L'Appel de la Colline" : comment, dans le délitement organisé qu'est la société française aujourd'hui, comment dans la multiplicité de ces délitements, penser et agir un commun qui ne soit ni la promesse édulcorée d'une Unité Universelle au détriment des singularités qui compose cette même société, ni un ensemble de frondes éparses vouées soit au nihilisme soit aux jeux partisans des pouvoirs (l'un pouvant rejoindre l'autre) ?
On peut certes, jouer des symboles, se les approprier, en faire référence comme éléments de l’histoire pour se situer dans cette même histoire. On peut aussi construire sa propre histoire, créer par échanges et glissements, sorties et entrées, des formules moins prononçables mais plus ouvertes à la création de sens où chacun y trouverait sa place sans y être obligé par des symboles dont le sens ne saurait être aussi axiomatique qu’on pourrait le croire. En lieu de formule même, il pourrait se créer des territoires multiples, où l’agir aurait lieu dans le temps même des rencontres, plutôt que dans celui d’un programme écrit à l’avance.
L’urgence ne doit pas concéder à la valeur « risque » la précarité de ceux qui seront restés hors du symbolique.
Il y a lieu justement d’être là où nous pouvons être, avec ce qui nous est déjà proposé dans l’urgence, de faire que ce déjà-là devienne alors le lieu d’interpellations, de rebondissements, de s’approprier, de détourner, de multiplier ensuite de nouveaux territoires où cette question de la liberté continuera à se rependre et à agir.

«En direct du Théâtre de la Ville» : Dès 20h

Mediapartlive

Profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !
Je m'abonne

L'auteur

Edwy Plenel

Journaliste, président de Mediapart
Paris - France

L'édition

suivi par 52 abonnés

Etats généraux de la presse, le off

À propos de l'édition

Mediapart ouvre le cahier de doléances des lecteurs sur l'information et l'avenir du journalisme. En marge des états généraux de la presse officiels — dont les participants ont été triés sur le volet

et les conclusions tirées avant toute discussion —, nous vous proposons en effet de prendre la parole. Parlez-nous de vos pratiques et de vos attentes en publiant, ci-dessous, vos contributions (appuyez sur «devenir rédacteur», à gauche de l'écran).

Nous vous proposons de reprendre la forme proposée par les états généraux — «Les recommandations en 1 ou 2 lignes chacune; les arguments en 1 ou 2 pages maximum» —, et d'indiquer le thème de votre contribution en choisissant vos mots clés (tags) dans la liste suivante:

Pluralisme (diversité des sources d'information, concentration)Usages (navigation, mode de consultation, zapping)Participation (interactivité, redéfinition du rapport journaliste-lecteur)Métier (perception et évolution du métier, formation, recrutement)Journalisme (logique de marque vs logique de contenu, hiérarchie de l'information, flux vs sélection, séparation information-commentaire)Pouvoirs (rapport aux pouvoirs, à la communication, responsabilité du journaliste et du lecteur-participant)Supports (rôle et avenir de l'écrit -- papier, web --, de l'audiovisuel, complémentarité des supports, disponibilité, distribution)Gratuité (pertinence et limites, modèle publicitaire, mode de financement alternatif)Journaliste: si vous êtes journaliste et que vous voulez témoigner de vos conditions de travail, merci de rajouter ce tag (pour permettre de trier vos contributions) et de signer vos textes en signalant votre qualité et votre mode d'expression habituel (papier, web, radio, photo, télévision).