Affaire Pérol: L'association anti-corruption Anticor soutient Mediapart

L'asociation anti-corruption Anticor, qui, depuis 2002, rassemble «élus et citoyens pour qui il est possible de faire de la politique autrement, sans pratiquer le clientélisme, sans tricher, en parlant vrai et en éliminant de la scène politique tous ceux qui ont commis des délits dans l’exercice de leur fonction élective», a publié, jeudi 14 mai, un communiqué de soutien à Mediapart, face à l'offensive judiciaire dont nous sommes la cible après les révélations sur ce qui devait devenir l'affaire Pérol.

Anticor est à l'origine de la première plainte de l'affaire contre François Pérol lui-même pour «prise illégale d'intérêts», remise, le 17 mars, via l'avocat Me Jérôme Karsenti, au procureur de Paris, Jean-Claude Marin.

Dans son communiqué, l'association écrit:

«Mediapart fait l’objet de poursuites judiciaires pour diffamation, de la part de François Pérol et des Caisses d’épargne.
En réalité, Mediapart n’a fait que son travail de contre-pouvoir, qui est celui d’informer en toute indépendance. Apparemment, Mediapart gêne et fait l’objet d’attaques pour tenter de le déstabiliser et de le couler financièrement. En effet, les procédures, même si elles concluent que vous n’avez pas commis de délits, coûtent cher, surtout lorsqu’elles sont en cascade, comme c’est le cas ici.
L’association Anticor, qui tient à rappeler qu’elle a déposé la première une plainte contre Monsieur François Pérol, réaffirme qu’elle apporte tout son soutien à Mediapart et qu’elle est solidaire du combat que ce jeune media mène contre vents et marées.
Ces nouvelles pressions à l’encontre de la liberté d’expression et d’information sont révélatrices des pratiques actuelles, de plus en plus anti-démocratiques.»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.