Combat pour une presse libre. Mediapart publie son «manifeste». Un livre qui reprend plusieurs contributions de notre équipe sur ce qui est au cœur de notre projet: la construction d'un média d'information indépendant ne devant rendre compte qu'à ses lecteurs. Emmanuelle Collas, directrice de la maison d'édition Galaade, explique ci-dessous pourquoi ce texte lui a paru «nécessaire».

 

 

« Combat pour une presse libre. Le manifeste de Mediapart : pourquoi publier un tel texte sinon parce qu'il m'est apparu nécessaire. Un petit livre qui rappellerait quelques-uns des principes fondateurs de la liberté de parole et du projet collectif d'une démocratie comme la France.

 

Que dire de plus sinon que je n'ai jamais fait de politique au sens où je n'ai jamais pris la carte d'un parti quel qu'il soit. C'est plus en tant que citoyenne que j'ai eu le désir de ce texte. Une citoyenneté vue, selon la définition d'Aristote, comme la participation de tout citoyen au pouvoir de délibérer, de juger et de commander. Et, même si la démocratie du IVe siècle avant notre ère n'a rien à voir (et fort heureusement) avec nos démocraties contemporaines, il n'empêche que chaque citoyen se doit d'être responsable, de participer au débat démocratique autant que possible et de voter et que, pour pouvoir le faire, il a le droit à l'information, à la libre expression et à la libre critique. Les fragiles piliers de toute démocratie.

 

Or l'appel lancé par Mediapart et Reporters sans frontières au théâtre de la Colline le 24 novembre 2008 commence ainsi : « La liberté de la presse n'est pas un privilège des journalistes, mais un droit des citoyens. »

 

Dans le contexte politique, économique et social actuel, il est un risque pour chacun, celui de tomber dans la résignation, la déprime et la solitude. Mais, à l'inverse, l'on peut aussi être tenté de dire non, de rêver de se réinventer une ligne d'horizon, un espace des possibles. Il suffit alors sans doute d'un peu d'audace et d'insoumission, sans oublier le désir et l'indépendance. Enfin, il existe des voies multiples où l'on se trouve poussé autant qu'on les a choisies, des pérégrinations, des détours insensés. Et c'est ainsi que j'ai créé Galaade il y a un peu plus de trois ans. Fiction et non fiction sans cloisonnements stériles, une politique d'auteur, des convictions.

 

Du souci de rigueur et de cohérence aux rencontres nées du hasard - sauf qu'on ne va jamais tout à fait au hasard et que ce que l'on appelle parfois le « hasard » peut aussi résulter d'un choix -, sont alors nées des collaborations exceptionnelles et des amitiés ancrées dans la confiance et dans le temps, dont sont issus notamment La Chasse aux évidences de Maurice Olender, Les Tribulations d'un idéologue de Victor Leduc, préfacé par J.-P. Vernant, Quand les murs tombent. L'identité nationale hors-la-loi ? ou L'Intraitable beauté du monde. Adresse à Barack Obama d'Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau, enfin Combat pour une presse libre. Le manifeste de Mediapart d'Edwy Plenel.

 

A plusieurs reprises, j'avais évoqué avec Edwy Plenel le désir d'une collaboration au sein de Galaade. Sans succès. J'ai suivi l'aventure de Mediapart, journal numérique d'exigence camusienne. Et j'ai lu, notamment tout ce qu'avait écrit Edwy Plenel sur la question de la liberté de l'information. Fin janvier 2009, le moment était venu. Il m'a semblé alors que l'actualité demandait un texte de ce type, une parole forte, qui repose les bonnes questions, un texte court mais permettant toutefois de prendre le temps de la réflexion. D'où le projet d'imaginer un livre qui prolonge l'aventure numérique de Mediapart et redonne vie à la parole d'Edwy Plenel sur ces questions qui nous concernent tous.

 

De cette idée est sorti ce livre que je suis très heureuse d'ajouter au catalogue de Galaade et que je vous confie : quelque chose de fort, un nouveau texte dans lequel Edwy Plenel met à plat ses réflexions sur la presse et, plus largement, les médias aujourd'hui en France. Un manifeste sur la liberté de la presse, la démocratie et le vivre ensemble. Une voix, qui nous surprend parfois, déclenchant en nous une étrange mélancolie à voir rappelés nombre d'écrits fondateurs de nos sociétés dont on aurait espéré qu'ils représentaient désormais des acquis.

 

Je pense à Marat, Bailly, Hugo, Jaurès, Bloch, Arendt ou Camus. Enfin, Combat pour une presse libre est non seulement le livre d'un auteur, Edwy Plenel, mais aussi celui d'une aventure collective, Mediapart, à laquelle je suis fière d'être associée au nom des éditions Galaade.»

Emmanuelle Collas
Présidente et directrice éditoriale des éditions Galaade

 

Combat pour une presse libre. Le manifeste de Mediapart. Par Edwy Plenel. Editions Galaade. 8 euros. En vente dans toutes les librairies à partir du 14 mai.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.