Temps de paroles: les journalistes opposent le «devoir d’équilibre» politique aux règles du CSA

Les journalistes de Radio France ne veulent plus jouer les «comptables». Et ils le disent, via l'intersyndicale (CFDT, CFTC, SPC-CGC, SNJ, SNJ-CGT, SNJA-FO, SUD) et la société des journalistes, qui, dans un communiqué, «constate que la règle des trois tiers que le CSA a décidé d’imposer à nos rédactions bafoue la plus élémentaire déontologie, en institutionnalisant une gestion comptable des temps de parole politique. Aucune injonction, d’où qu’elle vienne, ne peut nous contraindre à bafouer le devoir d’équilibre qui s’impose à chacun d’entre nous.»

 

Déjà, en décembre 2008, ils s'étaient insurgés contre un rappel à l'ordre en ce sens du Conseil supérieur de l'audiovisuel. C'est que, depuis la loi Léotard de 1986, les autorités successives ont eu, légalement, la charge du «respect de l'expression pluraliste des courants de pensée et d'opinion dans les programmes des services de radio et de télévision», mais sans plus de précision. Tout au plus est-il fait obligation au CSA de communiquer «chaque mois aux présidents de chaque assemblée et aux responsables des différents partis politiques représentés au Parlement le relevé des temps d'intervention des personnalités politiques dans les journaux et les bulletins d'information, les magazines et les autres émissions des programmes.»

 

En l'absence de règles précises, l'Autorité a donc fixé sa propre règle qui «vise à rendre compte de la réalité de la vie politique et de ses rapports de forces dans une logique ternaire (gouvernement, majorité, opposition)». Autrement dit, il s'assure qu'un tiers du temps de parole est dévolu à chacune de ces catégories, le président de la République, supposé au-dessus des partis, étant exclu du décompte, le majorité, généralement de la même sensibilité politique que le gouvernement, s'assurant deux-tiers du temps de parole, et l'opposition comptant aussi bien la critique de gauche que celle de droite, sans distinction. Le tout devant en théorie s'équilibrer pour chaque catégorie de programme: l'information (les journaux réalisés par la rédaction), les magazines d'actualité (les débats, les émissions de reportage) et les programmes (tout le reste).

 

Dans la pratique et hors période électorale, cette règle n'était donc pas appliquée autrement que dans le cadre d'un traitement équilibré de l'information, l'opposition et la majorité s'adjugeant la parole à peu près à part égale, dans les seules émissions parlant de l'actualité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.