mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 26 sept. 2016 26/9/2016 Dernière édition

RFI: la voix de la Françafrique?

La direction de RFI a fait le choix délibéré de consacrer ce mardi trois heures d'émission spéciale en direct aux obsèques d'Omar Bongo, après deux heures et demie de spéciale mardi dernier à l'annonce de son décès. Record battu !

La direction de RFI a fait le choix délibéré de consacrer ce mardi trois heures d'émission spéciale en direct aux obsèques d'Omar Bongo, après deux heures et demie de spéciale mardi dernier à l'annonce de son décès. Record battu ! Bongo, mieux que Jean-Paul II, Senghor ou Aimé Césaire qui n'ont eu droit, en leur temps, qu'à une heure ou deux de spéciale en direct. De Phnom Penh à Lima, d'Erevan à Oslo, aucun auditeur n'a pu échapper à cette bongomania pour laquelle les deux antennes Afrique et Monde ont été réquisitionnées, alors même que les salariés étaient dans la rue et que la radio entrait dans sa sixième semaine de grève : comme si la direction voulait donner à Nicolas Sarkozy, présent à Libreville, l'illusion d'une antenne qui fonctionne normalement.

Cela dit, sans porter de jugement sur le contenu de l'émission, est-il pertinent de donner une telle ampleur à l'événement ? Est-ce parce que deux présidents français ont fait le déplacement pour enterrer celui qui fut le symbole de la Françafrique, que RFI doit leur emboiter le pas ?

Après avoir refusé pendant des décennies d'être la voix de la France, acceptons-nous d'être aujourd'hui la voix de la Françafrique ?

Qu'avons-nous enterré ce mardi? Omar Bongo ou l'ambition d'une radio généraliste et universaliste qui parle au monde de la France et du monde. A-t-on assisté en ce 16 juin à l'esquisse du programme final du couple dirigeant, Pouzilhac-Ockrent : faire de RFI l'appendice africain de France 24 ?

Paris, le 17 juin 2009

L'INTERSYNDICALE RFI


 

SNJ FO SNRT-CGT SNJ-CGT

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 58 abonnés

Etats généraux de la presse, le off

À propos de l'édition

Mediapart ouvre le cahier de doléances des lecteurs sur l'information et l'avenir du journalisme. En marge des états généraux de la presse officiels — dont les participants ont été triés sur le volet

et les conclusions tirées avant toute discussion —, nous vous proposons en effet de prendre la parole. Parlez-nous de vos pratiques et de vos attentes en publiant, ci-dessous, vos contributions (appuyez sur «devenir rédacteur», à gauche de l'écran).

Nous vous proposons de reprendre la forme proposée par les états généraux — «Les recommandations en 1 ou 2 lignes chacune; les arguments en 1 ou 2 pages maximum» —, et d'indiquer le thème de votre contribution en choisissant vos mots clés (tags) dans la liste suivante:

Pluralisme (diversité des sources d'information, concentration)Usages (navigation, mode de consultation, zapping)Participation (interactivité, redéfinition du rapport journaliste-lecteur)Métier (perception et évolution du métier, formation, recrutement)Journalisme (logique de marque vs logique de contenu, hiérarchie de l'information, flux vs sélection, séparation information-commentaire)Pouvoirs (rapport aux pouvoirs, à la communication, responsabilité du journaliste et du lecteur-participant)Supports (rôle et avenir de l'écrit -- papier, web --, de l'audiovisuel, complémentarité des supports, disponibilité, distribution)Gratuité (pertinence et limites, modèle publicitaire, mode de financement alternatif)Journaliste: si vous êtes journaliste et que vous voulez témoigner de vos conditions de travail, merci de rajouter ce tag (pour permettre de trier vos contributions) et de signer vos textes en signalant votre qualité et votre mode d'expression habituel (papier, web, radio, photo, télévision).