L’Europe peut-elle encore changer le monde ?

 

La meilleure manière de comprendre le sens et l’originalité de l’Union européenne est de la replacer dans son cadre historique et de retrouver le contexte qui a conditionné son développement :- L’implantation de l’Islam au sud de la Méditerranée isole l’Europe et l’introvertit sur sa masse continentale.- Le traité de Verdun (843) sépare l’empire de Charlemagne en trois entités qui deviendront la France, la Germanie et l’Italie.- L’Europe du XVIe , XVIIe et XVIIIe siècle se constitue lentement autour d’une véritable union intellectuelle qu’on a appelé « République des Arts et des Lettres ». Malgré de nombreuses guerres, tous les meilleurs esprits de cette période ont conscience d’être européens*.- Au début du XIXe siècle (1812) Napoléon parvient à faire de l’Europe un empire sous domination française. Un an plus tard, le nouvel empire s’effondre avec la retraite de Russie (1813). La tourmente dans laquelle Napoléon a plongé l’Europe est à l’origine de la montée des nationalismes qui nous accompagnera jusqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale (1945).- Les guerres Napoléoniennes ont fait un million de morts, la première guerre mondiale en a fait huit millions, la seconde, cinquante millions. C’est en réaction à la montée de ces horreurs que l’Union européenne est née en 1950.Que reste-t-il au monde de cet héritage historique ?Prenons un livre, dans l’importe quelle bibliothèque au monde ; ouvrons le, à n’importe quelle page. Nous allons y découvrir une idée, un concept, une philosophie, une théorie, une croyance, une doctrine, un mythe, une invention, une vision, un rêve ou un symbole qui nous vient de l’Europe.L’Europe c’est l’invention de la laïcité, de la démocratie, de l’humanisme et les principes sur lesquels sont fondés toutes les Constitutions du monde.Mais il convient de ce souvenir que l’Europe c’est aussi l’esclavage, le colonialisme, les guerres mondiales, l’holocauste… C’est indéniable, l’Europe a, au cours de son histoire, changé la face du monde. Mais peut-elle encore tenir ce rang aujourd’hui ?Une Nouvelle donnée : la mondialisation.Bon nombre de questions qui nous préoccupent se posent désormais à l’échelle mondiale et ne peuvent plus être pris en charges par des politiques nationales. Il en va ainsi pour les problèmes écologiques, pour la raréfaction des ressources en énergie, pour le terrorisme, la diffusion des pandémies, les mouvements des capitaux, les phénomènes migratoires (3% de la population mondiale est en mouvement), fruit à la fois de la pauvreté et des instabilités politiques. L’interdépendance croissante de tous les peuples de la planète est devenue évidente. Mais les systèmes de gouvernance mondiale actuel** sont-ils en mesure de résoudre les problèmes globaux qui transforment notre quotidien ? Non, car toutes les Institutions mondiales, telle que l’ONU et ses multiples agences, souffrent de profondes carences à commencer par leurs manques de coordination et de cohérence. De plus, elles n’ont aucune légitimité démocratique et sont de ce fait totalement invisibles pour les citoyens. L’invention d’Institutions démocratiques dont le pouvoir est inter-national est née avec l’Union européenne. Cette recherche expérimentale ouvre les portes d’une future gouvernance mondiale. En conclusion de ses mémoires, Jean Monnet le disait : « Les nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent. Et la Communauté européenne elle-même n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain.» L’essentiel du message que l’Europe est en droit d’adresser au monde concerne à la fois une nouvelle architecture institutionnelle capable de générer un système de gouvernance mondiale et à la fois l’ensemble de la philosophie qui la sous-entend***. Ce qui est en cours en Europe, certes encore inachevé, c’est l’entrée dans la réalité politique du monde de demain.Et une fois encore, l’Europe aura des implications profondes sur les futurs systèmes de gouvernances mondiales, le dialogue, la paix, la promotion de la démocratie et ses valeurs à travers le monde. Une fois encore, l’Europe changera le monde.* Jean-Jacques Rousseau : « Il n’y a que des Européens, ils ont tous les mêmes goûts, les mêmes passions, le même mode de vie. » Voltaire : « L’Europe est une espèce de grande république partagée en plusieurs Etats […]. »** L’ONU et ses multiples agences comme le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés), l’UNICEF, l’OMS (l’organisation Mondiale de la Santé), l’OIT (l’Organisation Internationale du Travail), l’OMC (l’OrganisationMondiale du Commerce),l’ORD (l’Organe de Règlement des différends) ou le Codex Alimentarius qui gère les problèmes de sécurité alimentaire. Il en va de même pour le Fond Monétaire International, la Banque Mondiale et les centaines d’organisations Internationales tel que l’Union Postale Universelle, l’Organisation Météorologique Mondiale, l’Aviation Civile Internationale, l’Organisation Maritime Internationale etc.*** Un exemple : c’est par sa politique dite de cohésion que l’Europe a sut combler en quelques années l’écart de richesse qui séparait ses membres les plus pauvres de la moyenne européenne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.