Comme Pénélope ou bien comme Europe ?

Le Forum Mondial de la Démocratie a commencé en mode Off. Le matin du 23 novembre se posait à l'Aubette la question : "Avons-nous encore besoin de l'Europe ?" Certes, le débat avait changé de lieu comme d'interlocuteurs et la réponse est nuancée vu le nombre des intervenants ; mais c'est résolument OUI.

Simplement, il faut sans tarder changer l'Europe, et d'abord dans la vision qu'en ont ses quelque 500 citoyens, donc par une courageuse visée politique.  Nous sommes en effet, sans en avoir conscience, en guerre contre un nouvel ennemi : la misère locale et mondiale. Or nous avons les moyens de réenchanter l'Europe en profondeur, énergie et réalité : la salle de l'Aubette résonne encore de cette affirmation.

Ajoutons qu'à quelques encablures se déroulent dans la même ville les Semaines Sociales de France : le pôle strasbourgeois est relié par la magie de la technique au pôle directeur de Lyon comme au centre parisien. En traduction simultanée, en crevant les écrans pour mieux coordonner la synergie, dans un Palais universitaire brassant les âges et les professions, ces rencontres invoquent très concrètement l'alchimie de la paix qu'on peut observer dans les réalisations plus ou moins retentissantes de l'Union Européenne. Précisément, le 22 novembre est placé sous le signe de Cécile protectrice de la musique et sous celui de la première libération strasbourgeoise : l'orchestration juste et la libre participation l'ont à leur manière célébré dans ce cadre largement centenaire, mais encore capable de s'ouvrir et de s'adapter aux besoins de notre époque. D'ailleurs, l'émotion s'est faite palpable dans les Ateliers proposés hier aux participants : ils leur ont permis l'échange et le témoignage pour mieux REINVENTER LE TRAVAIL, surtout sous l'affectueux reproche de jeunes venus d'autres continents assoiffés des sources européennes, et même avec des yeux brûlant de voir plus clair au-delà des larmes.

Puisque nulle pratique magique ne tirera les Européens du désespoir, veillons à ne pas suivre l'exemple, implicite dans le débat de l'Aubette, de Pénélope en détricotant méticuleusement et dangereusement la construction européenne de paix : inscrivons-nous plutôt dans le sillage de la jeune Europe qui, par sa résilience, transforma son propre rapt légendaire en faisant réellement naître l'EurOpe. La lente évolution de ce nom mystérieux nous montre le permanent passage et le sursaut continu du Crépuscule à de plus Larges-Vues, depuis l'antiquité jusqu'à l'actualité, par-delà même notre myopie, notre sclérose et nos peurs. L'Europe ? Le rêve à portée de mains et d'esprits fraternels ! Par les moyens évolutifs dont nous disposons depuis qu'ils quittèrent le Proche-Orient à l'instar de la mythique Europe et qu'ils enracinèrent de proche en proche les valeurs de l'Occident, retissons en Europe la démocratie avec une détermination digne de ses Pères fondateurs : réaliste autant qu'audacieuse. Nous souhaitons que la suite et le mode In du Forum Mondial de la Démocratie sachent indiquer en ce sens, puis élargir, les pistes espérées.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.