Billet de blog 27 mai 2022

Hoggar irradié, la page déchirée

60 ans après Béryl nous ne disposons d'aucune évaluation des dommages causés à la santé des populations exposées aux retombées du nuage radioactif. Ce bilan humain doit comprendre aussi les traumatismes laissés à ce peuple saharien gardé dans l'ignorance de son sort. Une contribution de l'édition « France-Algérie : une autre commémoration est possible ».

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le New-York Time nous apprend qu'Haïti après avoir obtenu son indépendance en 1803 a été l'objet d'une ordonnance en 1825 de Charles x lui réclamant d'indemniser les colons, obligation à laquelle les autorités de l'île ont dû se soumettre sous la menace des navires de guerre de la métropole. Le prix payé par Haïti est donné entre 20 milliards et 100 milliards d'euros car à la dette s'ajoutaient les intérêts. Ainsi ces remboursements se sont échelonnés jusqu'en 1957 sans qu'aucun gouvernement de la France n'y mette fin.

Cet épisode de la décolonisation à la française ne peut que raviver notre mémoire sur le passé colonial de la France en Algérie qui outre la guerre d'indépendance et ses séquelles de part et d'autre de la Méditerranée a compté pour pertes et profits l'abandon des populations dans un Hoggar irradié par ses campagnes d'essais nucléaires conduites à In Ekker de novembre 1961 à janvier 1966 au nombre de 13 tirs.

Le 1er mai 1962 le tir ayant pour nom de code Béryl a tourné à la catastrophe. Contre toute attente l'explosion n'a pas été confinée dans la galerie de la montagne du Tan Affela d'où s'est échappé un lourd nuage sableux dont la charge radioactive a irradié la troupe présente sur le site et les populations des centres de culture ou nomadisant comme les Touaregs. Les retombées de ce nuage nocif ont contaminé l'ensemble du massif du Hoggar sur un espace au moins aussi vaste que la France.

L'opinion pour peu qu'elle se soit intéressée à cette tragédie a seulement retenu que la France en quittant le champ de ses expérimentations avait laissé aux autorités algériennes un site mal protégé et la porte ouverte aux incursions des villageois en quête de tout ce qu'ils pouvaient récupérer comme métaux dans les galeries ouvertes des tirs sans savoir qu'ils étaient radioactifs. Mais là n'est pas toute l'ampleur du drame car 60 ans après Béryl nous ne disposons d'aucune évaluation des dommages causés à la santé des populations exposées aux retombées du nuage radioactif. Ce bilan humain doit comprendre aussi les traumatismes laissés à ce peuple saharien gardé dans l'ignorance de son sort.

La France et ses présidents de De Gaulle à Macron n'ont jamais reconnu être redevable d'une dette morale et financière envers les irradiés de ce Sahara oublié. Quant aux militaires en majorité les appelés du contingent et qui ont été les premiers exposés le jour de Béryl, ils n'ont fait l'objet d'aucune reconnaissance pour leurs sacrifices de la part d'un État voyou.

Beaucoup aujourd’hui estiment que le passé est le passé et qu'il vaut mieux tourner la page, ce à quoi je réponds comme témoin que la page a été arrachée et que la France se doit d'en payer le prix. 

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone