Billet de blog 22 sept. 2020

Du garde-à-vous à la garde à vue

Trois semaines après la rentrée, les esprits ne se sont pas refroidis quant au port du masque dans les établissements scolaires. Les enfants, les parents, les profs, tout le monde se plaint et parmi les fonctionnaires, certains abusent de leurs pouvoirs pour se protéger. Visite à Bain-de-Bretagne.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quinze jours, dans Touchez pas à nos gosses, je racontais les premiers émois de cette rentrée sous haute surveillance avec la police armée devant les collèges et les lycées. Plus rentable, la verbalisation a depuis remplacé l’intimidation et les troupes ont désormais loisir de sévir où bon leur semble, à raison de 135 euros par tête de pipe. Les parents n’avaient pas encore testé la garde à vue pour raison de santé de leur enfant, c’est fait !

Les petits mots échangés dans les carnets de liaison entre des enseignants chargés de faire régner les ordres, ou les dictées des commandements en vigueur, n’y suffisaient plus pour faire entendre raison à ces inconscients de parents. La Gendarmerie est entrée en scène pour régler les différends, et c’est comme ça que Jennifair s’est retrouvée en garde à vue toute la journée du 18 septembre. Son fils est asthmatique, mais le collège ne voulait rien entendre des certificats médicaux fournis pour l’exempter du port du masque. Ils finissent par convenir d’une visière, mais il est mis à l’écart, au fond de la classe, et empêché de participer aux travaux de groupe. Il craque et ne veut même plus de cette visière qui lui fait mal aux yeux. De désagréments en péripéties, le collège a donc fait appel à la Gendarmerie comme Jennifair le raconte dans cette vidéo :

Live de Jennifair le 19 septembre (extrait) © Street live indépendant

Le parquet du tribunal judiciaire de Rennes a statué immédiatement et Jennifair a écopé d’un rappel à la loi, mais le diable se cachant dans les détails, les voici :

Rappel à la loi © Tribunal judiciaire de Rennes

 Voilà ce qu'est un rappel à la loi pour avoir respecté le protocole sanitaire, tenté de concilier les maux avec les mots, assuré la protection de la santé de son enfant, pour être entrée dans l’enceinte du collège en sa qualité de parent d’élève, de surcroît inscrite sur la liste des représentants pour les élections des 9 et 10 octobre : six ans avec sursis et risque d’un an d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende en cas de récidive !

Le but de cette mère d’élève aurait donc été de « troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement » et elle aurait pénétré ou se serait maintenue dans l’enceinte de l’établissement sans y avoir été autorisée. Quand on connaît les procédures de filtrage aux entrées, on peut se demander ce que fait la police, ou plus sérieusement considérer qu’il n’est rien de plus normal que de laisser entrer un parent dans le collège de son enfant.
On peut aisément imaginer la condition difficile d’une (future) élue au Conseil d’établissement sous la menace permanente d’une accusation de trouble risquant de lui valoir un retour au tribunal correctionnel. Ne parlons pas d’une grève, d’une occupation ou de la moindre revendication, elle pourrait alors avoir des circonstances aggravantes, et pourquoi pas, être qualifiée de terroriste, voire de Gilet jaune !

Jusqu’à quand croyez-vous, mesdames et messieurs les fonctionnaires et élus dont nous réglons les salaires et les indemnités tous les mois, que nous allons supporter vos abus de pouvoir ? Le Conseil général d’Ille-et-Vilaine en particulier, et les ministères concernés seraient bien inspirés de veiller à calmer leurs troupes. Les gens savent vivre et ne vous ont pas attendus pour savoir ce qu’ils avaient à faire, en particulier pour la santé de leurs enfants. Les gens n’ont pas peur, c’est vous qui êtes en pleine inquiétude, non pas du virus, mais de votre hiérarchie ou de vos électeurs. Craignez plutôt les parents, car vous n’êtes pas sortis des plaintes et recours contre vos décisions arbitraires.

Vidéo complète du live de Jennifair, le vendredi 19 septembre

© Jean-paul Van der Elst

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat