Les mauvais calculs de Claude Guéant

En affirmant que la France accueille 200.000 immigrés par an, «l'équivalent d'une ville comme Rennes», le ministre de l'intérieur oublie de parler de ceux qui partent, rappelle Aurélie Windels, membre du collectif Cette France-là. Alors que le solde migratoire est en réalité minime.
En affirmant que la France accueille 200.000 immigrés par an, «l'équivalent d'une ville comme Rennes», le ministre de l'intérieur oublie de parler de ceux qui partent, rappelle Aurélie Windels, membre du collectif Cette France-là. Alors que le solde migratoire est en réalité minime.

 

---------

puceinvite.jpgGrâce à Marine Le Pen et Claude Guéant, tout le monde sait maintenant que Rennes compte environ 200.000 habitants. A l'instar de la présidente du FN, le ministre de l'intérieur utilise lui aussi la onzième plus grande ville de l'Hexagone pour frapper les Français d'une image: celle de la masse d'immigrés légaux qui arrivent chaque année sur notre territoire. «Nous acceptons sur notre sol, chaque année, 200.000 étrangers en situation régulière. C'est l'équivalent d'une ville comme Rennes, c'est deux fois Perpignan. (...) Je dis que c'est trop», expliquait-il dimanche 27 novembre à Jean-Pierre Elkabbach qui lui demandait s'il n'était pas préférable «d'accepter une France métissée plutôt qu'une France monocolore». Pour une donnée démographique exacte –il y a bien 206.194 habitants à Rennes–, celle à laquelle elle est comparée est bien plus contestable.

En effet, tout comme il serait absurde d'évaluer la croissance démographique annuelle d'un pays en ne comptabilisant que les naissances, il ne suffit pas de raisonner en termes d'entrées pour jauger l'évolution de la population immigrée «sur notre sol». Le nombre des étrangers qui entrent en France chaque année doit être rapporté à celui des sortants –non seulement les Français qui s'expatrient, mais également les migrants qui vont s'installer dans un pays tiers ou qui rentrent dans leur pays d'origine. Ces derniers, bien que le ministre ait toujours omis de les mentionner, existent bel et bien, et ils sont nombreux. Ainsi, l'Insee estime que le solde migratoire annuel est d'environ 100.000 personnes. De Rennes, nous voilà passés à Nancy.

La mise sous silence des départs

Hervé Le Bras, directeur de recherches à l'Ined, considère toutefois que l'estimation de l'Insee n'est guère fiable, dans la mesure où, en France, «on n'a aucun moyen de calculer les sorties». Tandis que le volume des entrées légales est d'ordinaire mesuré par le nombre des titres de séjour délivrés au cours de l'année, celui des départs ne fait l'objet d'aucune enquête officielle. Il est estimé à partir des données disponibles, à savoir les naissances, les décès et les nouveaux immigrés autorisés à séjourner sur le territoire français, mais selon Hervé Le Bras, sa sous-estimation ne fait aucun doute. «Il y a des insuffisances de la statistique française qui, souvent, nous amènent vers de faux débats, déplore le démographe. Bien sûr, comme on présente en permanence les entrées et jamais les sorties, on a une sorte d'impression que ça s'accumule, mais ce n'est pas le cas» (1).

Dans le cadre de ses recherches, en utilisant les informations fournies par les recensements, Hervé Le Bras a pu calculer que cinq ans après la délivrance de leur premier titre de séjour, seuls 60% des immigrés sont encore présents sur le territoire français. Mais également que l'immigration nette en France serait de l'ordre de 52.000 personnes par an, si ce n'est beaucoup moins, comme il l'explique dans une tribune publiée en 2008 et intitulée En France, le solde migratoire est en réalité quasiment nul. De Nancy, nous descendons donc à Fréjus, voire à Palavas-les-Flots.

Une migration de plus en plus circulatoire

Le travail du démographe Cris Beauchemin, spécialiste des migrations entre l'Afrique subsaharienne et l'Europe, confirme celui d'Hervé Le Bras. En étudiant le parcours des immigrés sénégalais, il a pu observer que, au bout de 10 ans, un tiers de ceux qui étaient partis dans un pays du «Nord» sont rentrés au Sénégal.

Les chercheurs s'accordent à dire qu'au fil des décennies, le mode de migration aurait tendance à changer: bien souvent définitive auparavant, l'immigration devient de plus en plus circulatoire. La qualification croissante des migrants y est pour beaucoup. En France, par exemple, la part des immigrés diplômés de l'enseignement supérieur est passée, entre 1990 et 2007, de 12% à 25%, selon les chiffres de l'Insee. Elle a ainsi rejoint celle des natifs (29% en 2007). Ces migrants, à la recherche d'opportunités professionnelles, bougent plus facilement de pays en pays, s'établissant là où leurs compétences sont le mieux appréciées.

Seulement, cette tendance naturelle à une plus grande circulation migratoire est mise à mal par les politiques migratoires mises en place dans les pays de destination. En effet, l'Ined arrive à un constat sans appel: le renforcement constant des politiques européennes de fermeture des frontières freine davantage les départs que les arrivées. Autrement dit, les migrants rentrent d'autant plus facilement dans leur pays d'origine qu'ils peuvent circuler librement. Les démographes ont fait apparaître qu'en France et dans les pays voisins, les migrations spontanées des étrangers regagnant leur pays étaient beaucoup plus nombreuses et plus rapides avant 2002 qu'aujourd'hui.

Ce constat non seulement relativise l'idée selon laquelle les immigrés ne partiraient qu'à conditions d'y être forcés –les seuls départs scrupuleusement chiffrés sont ceux des étrangers reconduits à la frontière ou bénéficiaires d'une l'aide au retour–, mais elle remet plus généralement en cause l'efficacité de la politique d'immigration du gouvernement français.

Non content de reprendre les formules de Marine Le Pen, Claude Guéant s'en attribue également les idées. Déterminé à ancrer dans la tête des électeurs qu'il y a trop d'immigrés en France et que ceux-ci sont à l'origine de tous leurs maux, il n'hésite pas à adapter les chiffres de manière à appuyer le plus sûrement possible sa thèse. Mais, au même titre que sa politique de durcissement des conditions de circulation a des effets pervers sur le nombre d'étrangers en France et leur durée de séjour, son glissement sans limite à droite rapportera bien moins sûrement des votes à son parti qu'à celui qu'il se plaît à imiter.

 

(1) Voir l'Audition à l'Assemblée nationale, 9 septembre 2010.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.