Chronique de l'exil en Calaisis

La Marmite aux idées est l'un des groupes de soutien aux migrants à Calais. Elle est à l'initiative, entre autres, du Jungle tour en juillet 2010. Neuf étapes à bicyclette à travers la région Nord – Pas-de-Calais de camps de migrants en squats.

La Marmite aux idées est l'un des groupes de soutien aux migrants à Calais. Elle est à l'initiative, entre autres, du Jungle tour en juillet 2010. Neuf étapes à bicyclette à travers la région Nord – Pas-de-Calais de camps de migrants en squats.

Nous présentons ici leur brochure décrivant l'état des droits des exilés qui hantent le Calaisis.

Martine et Jean-Claude Vernier

 

ÉTAT DE DROIT DROITS DES PERSONNES CALAIS Les exilés quittent leur pays pour un ensemble complexe de raisons. Ils ont souvent l'information selon laquelle demander l'asile pourrait être pour eux un moyen de rester légalement en Europe. Mais le lien entre la demande d'asile et leur parcours personne est souvent bien lien d'être clair, et la représentation du réfugié quittant son pays en toute conscience en raison de son opposition au régime fausse trop souvent notre regard sur les motivations des personnes arrivant en Europe en quête d'une vie meilleure. On peut ainsi se trouver en toute incompréhension devant une personne en danger et persécuté dans son pays d'origine – celui-ci étant en guerre depuis des décennies, situation rien que normale – et venant en Europe pour subvenir aux besoins de sa famille – justiciable du statut de réfugié, mais venu pour une autre motivation.

C'est dire le décalage entre nos représentations et celles des exilés qui arrivent en Europe en demande d'un accueil. Le pays par lequel ils entrent en Europe leur fait mauvais accueil, mais leur prend leurs empreintes digitales. Les suivants, au prétexte de ces empreintes, refusent des les accueillir. Commence alors une errance à travers l'Europe faite de boulots au noir dans des conditions proches de l'esclavage, de renvoi de pays en pays, de tentatives de faire sa vie quelque part emportées comme un fétu par le vent.

Calais est une étape de cette errance, dans la tentative de trouver plus loin ce qui a été refusé jusqu'à présent, tentative parfois aussi de rester, de trouver un droit à rester, se heurtant au déni, déni du droit d'asile, déni du droit des mineurs à une protection, déni des droits élémentaires de la personne humaine.

Lire la suite...

 

Ce document est complété par une Chronologie de la pression policière du 23 juillet 2009 au 16 mai 2010.

Pour mieux comprendre les faits, il faut avoir à l'esprit que des arrestations sur les lieux de vie des migrants, jungles ou squats, signifient l'arrivée d'un effectif plus ou moins important de policiers, un contrôle d'identité plus ou moins agressif, éventuellement poursuite si des migrants s'enfuient. Nous n'avons pas rapporté ici les contrôles d'identité dans les lieux de vie sans arrestation. Ni des faits comme passer plusieurs fois de manière ostentatoire devant un lieu de vie, braquer les phares du véhicule ou des lampes torches sur les abris, sans intervenir, parfois plusieurs fois de plus.

Les dates non documentées ne signifient pas l'absence d'interventions policières, mais l'absence de documentation, ou l'imprécision de celle-ci.

Lire la suite...

 

Réalisé par La Marmite aux Idées

81, boulevard Jacquard,

62100 CALAIS

lamarmiteauxidees@orange.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.