La question des étrangers : repères (articles perso)

Au moment du (pseudo) débat sur l’identité nationale, j’avais écrit ( sur mon autre blog : http://karlcivis.blog.lemonde.fr/) plusieurs articles sur « la question des étrangers ». Il me semble qu'ils sont toujours d’actualité et qu'ils peuvent contribuer au « bilan » proposé dans la présente édition ( même si l’approche est plus centrée sur le discours que sur les pratiques).

Au moment du (pseudo) débat sur l’identité nationale, j’avais écrit ( sur mon autre blog : http://karlcivis.blog.lemonde.fr/) plusieurs articles sur « la question des étrangers ». Il me semble qu'ils sont toujours d’actualité et qu'ils peuvent contribuer au « bilan » proposé dans la présente édition ( même si l’approche est plus centrée sur le discours que sur les pratiques).


1) chronique prenant appui sur trois débats de l’Assemblée nationale ( infractions racistes/ double peine/droit de vote des étrangers) :
La question des étrangers (trois débats/ fin 2002)

1.Le consensus républicain antiraciste
2. le consensus à l'épreuve de la double peine
3. Le droit de vote des étrangers
4. L’intégration, voilà le vrai sujet !
5. Nationalité, citoyenneté et intégration : deux conceptions radicalement différentes
2) une série d’articles mettant en évidence certains points évoqués dans cette chronique
un montage de citations [ pour le lecteur pressé !]
- « On est français ou on ne l'est pas ! »
plusieurs études autour d’un mot :
[ qu’est-ce qui est] « français » / « national » / « républicain » ?
« modèle français »
« Être français », c’est …
Étranges étrangers …
Intégration, citoyenneté :méli-mélo de mots en « ion » et en « té »
3) diverses contributions
Retour sur le droit de vote des étrangers : lettre à mon ami(e) étrange(é)r(e)
Identité nationale : autour d’un débat à l’Assemblée nationale (8 déc. 2009)
il n'est de nation qu'Assemblée
4) récemment (suite à LOPPSI 2)
À propos de l’interdiction du territoire et de la double peine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.