Denis Meriau

retraité

Paris

Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Le Front national a-t-il changé ?_Point-séquence 2 (du 20 mai au 1 juillet 1986)

    Par
    1) l’attitude des députés FN au sein de l’Assemblée ; 2 et 3) positionnement du groupe FN par rapport à la majorité RPR/UDF ; 4) rapports du FN avec la gauche ; 5) l’objectif d'une « Restauration » nationale ; 6) la France de 1986 vue par le FN (une France décadente qui doit faire face - avec le terrorisme - à une troisième guerre mondiale qui ne dit pas son nom).
  • Le FN à l’Assemblée_II-09_de l’application des peines et de la «décadence» (1986)

    Par
    « Notre société souffre d ' un cancer qui la ronge de l'intérieur, c 'est la décadence. » Nous sommes fin juin 1986 ; l’Assemblée débat d’un projet de loi relatif à l’application des peines-sujet de prédilection pour le Front national qui va envoyer ses ténors à la tribune. Laxisme et décadence : tel est le constat. Les remèdes : en numéro un … la peine de mort !
  • Le FN à l’Assemblée (1986-1988) _II-08_terrorisme, peine de mort et sûreté de l’État

    Par
    « Le terrorisme, c'est la guerre » : tel est le constat que fait le FN en 1986). De là découle une praxis : « alors, aux grands maux, les grands moyens, et vite ! ». Le cadre est tracé pour ce débat sur le terrorisme, auquel vont participer 5 députés FN (sur 35). Pour eux, « les grands moyens », c’est - d’une façon prioritaire et incontournable - la peine de mort.
  • Le FN à l’Assemblée (1986-1988)_II-07_de la "fonction sacerdotale" de la presse

    Par
    "Ce qui est inquiétant dans cette histoire, c'est qu'il n'y ait pas plus de Robert Hersant dans ce pays !" De ce débat sur la presse, trois idées à retenir : 1) pour le FN, la liberté de la presse, c’est la liberté des entreprises de presse ; 2) il faut mettre fin à l’emprise de l’État … et des syndicats; 3) il faut "responsabiliser" les journalistes dans leur fonction "presque sacerdotale".
  • Le FN à l’Assemblée_II-06_un débat sur "les véritables origines du fascisme"

    Par
    « Ce qui est honteux, c’ est de faire croire que les racines du fascisme sont à droite alors qu’elles sont à gauche. » [BRIANT/FN]. De nouveau [voir II-05] une excroissance du débat. Mais, cette fois-ci, le sujet est davantage digne d’intérêt, puisqu’il s’agit d’un débat - impromptu - sur « les véritables origines du fascisme ». Débat lancé par le FN.
Voir tous
  • Édition Immigration: la contre-expertise

    À propos du droit de vote : lettre à mon ami(e) étranger(ère)

    Par
    La question du droit de vote des étrangers venant d’être relancée ( proposition de loi au sénat/ discours de N.Sarkozy devant les maires), il me semble utile de publier à nouveau cette « lettre à mon ami(e) étranger(ère) » qui prend appui sur le débat de 2002 à l’Assemblée nationale ( à ce jour, les arguments des uns et des autres n’ont pas du tout évolué.)
  • Édition Immigration: la contre-expertise

    La question des étrangers : repères (articles perso)

    Par
    Au moment du (pseudo) débat sur l’identité nationale, j’avais écrit ( sur mon autre blog : http://karlcivis.blog.lemonde.fr/) plusieurs articles sur « la question des étrangers ». Il me semble qu'ils sont toujours d’actualité et qu'ils peuvent contribuer au « bilan » proposé dans la présente édition ( même si l’approche est plus centrée sur le discours que sur les pratiques).
  • Édition Retraites, le grand débat

    Le Parlement "au piquet" ou quelques leçons sommaires du débat sur les retraites

    Par
    Pourquoi, sur cette question des retraites - question d’une portée symbolique et politique évidente, N.Sarkozy a-t-il voulu réduire le débat parlementaire à la portion congrue ( Prolongeant une réflexion de C.Guéant, je dirai qu'il a mis le Parlement "au piquet") ?Comment s’y est-il pris ?Cela aurait-il changé quelque chose si le débat s’était déroulé normalement ?Quels enseignements tirer, de cette séquence peu glorieuse de la vie parlementaire ?Quatre questions qui n’en forment qu’une. Quatre questions qu’il est important de traiter à chaud car, tant les medias que les citoyens ont la mémoire courte en la matière. Quatre questions à propos desquelles je me contenterai – au risque que l’analyse paraisse un peu sommaire - de poser quelques jalons … pour prendre date.C’est ce que j’ai tenté de faire dans les deux chroniques qui viennent d’être publiées sur lemonde.fr et que je reproduis ici.
  • Édition Retraites, le grand débat

    La retraite à 62 ans : instantanés du débat à l’Assemblée nationale (5)_à la façon d'un forum

    Par
    Première séance du vendredi 10 septembre 2010 : les députés discutent de l’âge légal auquel il sera possible de partir à la retraite. Avant de passer au vote, une trentaine de députés vont prendre la parole.Pour marquer la solennité ( ?) de l’évènement, j’en rends compte sous une forme particulière : un peu à la façon d’un échange de messagerie instantané …Les extraits reproduits ici le sont dans l’ordre du débat ; mais ce ne sont que des extraits, qui n’épuisent pa la pensée de l’orateur !
  • Édition Retraites, le grand débat

    Instantanés du débat à l’Assemblée (4) : l’allongement de la durée de cotisation. (désaccord à gauche)

    Par
    Troisième séance du 9 septembre.L’article 4 fixe de nouvelles procédures permettant de modifier ( toujours dans le sens de l’allongement) la durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d’une retraite à taux plein.Les députés communistes, Verts, Parti de gauche ont déposé un amendement de suppression de l’article(ce que n’ont pas fait les socialistes; ces derniers ne voteront pas ledit amendement).Le débat fait donc apparaître un désaccord entre :- les socialistes (qui acceptent à certaines conditions, l’augmentation de la durée de cotisation et qui, par là-même légitiment un axe essentiel de la réforme de 2003 - alors qu’ils avaient voté contre à l’époque)- et les autres députés de gauche ( qui sont résolument opposés à tout allongement de la durée de cotisation - et demandent l’abrogation des mesures prises en 1993 et 2003).Ce qui fera dire à Patrick BROUEZEC : « contrairement à ce qui se dit et à ce qui s’écrit ici ou là, ce ne sont pas deux projets qui s’opposent, mais au moins trois »Je reproduis ici les temps forts de ce débat. Pour le Compte rendu intégra, se reporter à :http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2009-2010-extra2/20102007.asp#P55_27