Loïc Céry
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

INSTITUT DU TOUT-MONDE

Suivi par 167 abonnés

Billet de blog 29 avr. 2022

Loïc Céry
Directeur du CIEEG (Centre international d'études Édouard Glissant) et du pôle numérique à l'Institut du Tout-Monde, Directeur des revues « La nouvelle anabase » et « Les Cahiers du Tout-Monde ». VOIR SITE PERSONNEL (fonctions-références-actualités) : www.loiccery.com
Abonné·e de Mediapart

Édouard Glissant : pensée de l'histoire et des mémoires (10 mai, Paris)

Cycle pluridisciplinaire de l'Institut du Tout-Monde « Mémoires et littératures de l'esclavage », séance du mardi 10 mai 2022, 19h Paris, Maison de l'Amérique latine. Conférence de Loïc Céry (CIEEG de l'ITM), avec sélection inédite d'archives d'interventions et d'entretiens avec Édouard Glissant.

Loïc Céry
Directeur du CIEEG (Centre international d'études Édouard Glissant) et du pôle numérique à l'Institut du Tout-Monde, Directeur des revues « La nouvelle anabase » et « Les Cahiers du Tout-Monde ». VOIR SITE PERSONNEL (fonctions-références-actualités) : www.loiccery.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Aborder l’œuvre d’Édouard Glissant sous l’angle de son ample pensée de l’histoire et en particulier, par le prisme de sa vision de l’esclavage ne consiste pas à se cantonner à un « thème » parmi d’autres. Il s’agit plus exactement, d’en considérer à la fois la matrice et le creuset à partir desquels se déclinent une vision des mémoires, une conception spécifique du passé (son appréhension par la « trace »), une projection prospective dans les futurs du monde, et une définition ouverte et dynamique des identités collectives.

C’est dire combien dans le cas de Glissant, la question historique, celle de l’esclavage considéré comme une entité intégrale de la colonisation, ne saurait se restreindre à un répertoire programmatique, quand il est question de la voie par laquelle l’écrivain-poète-dramaturge-essayiste a élaboré dans sa globalité une vision du monde qui, on le constate encore, continue de fasciner par son ampleur et son originalité. Rien, décidément, dans la pensée moderne, ne ressemble à cette parole qui se fait entendre par les voix plurielles des genres, pour épeler l’histoire en polyphonie comme cadre où se déroule le drame humain mais où se jouent aussi les ressorts inattendus de la Relation.

LOÏC CÉRY (directeur du Centre international d'études Édouard Glissant au sein de l'Institut du Tout-Monde et auteur de l'étude critique en deux volumes Édouard Glissant, une traversée de l'esclavage - Éditions de l'ITM, 2020), proposera lors de cette séance de notre cycle « Mémoires et littératures de l'esclavage : écrire la trace, tramer l'histoire », un parcours synthétique de cette ample pensée de l'histoire, de la mémoire et de l'identité, un parcours fondé à la fois sur son étude et sur une sélection inédite d'archives audiovisuelles d'interventions et d'entretiens avec Édouard Glissant. Article du Club de Mediapart concernant les enjeux de la conférence du 10 mai : « Édouard Glissant et nous : la Relation à l'épreuve de notre temps. »

MARDI 10 MAI, 19h. Auditorium de la Maison de l'Amérique latine. Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

CETTE SÉANCE DE L'INSTITUT DU TOUT-MONDE SE DÉROULERA LA VEILLE DU VERNISSAGE DE L'EXPOSITION « MARRONNAGES, L'ART DE BRISER SES CHAÎNES » QUI SE TIENDRA À LA MAISON DE L'AMÉRIQUE LATINE DU 12 MAI AU 24 SEPTEMBRE 2022.

Illustration 2

Objets et photographies issus des collections du musée du quai Branly - Jacques Chirac ; Art (tembe), peinture et photographie contemporaine, textiles. Iconographie.

Commissaires : Geneviève Wiels et Thomas Mouzard.

Artistes et photographes présentés : Sherley Abakamofou, Carlos Adaoudé, Franky Amete, Wani Amoedang, Antoine Dinguiou, Karl Joseph, Antoine Lamoraille, John Lie A Fo, Nicola Lo Calzo, Feno Montoe, Ramon Ngwete, Gerno Odang, Marcel Pinas, Pierre Verger.

Illustration 3

L’exposition « Marronnage, l’art de briser ses chaînes » est proposée par la Maison de l’Amérique latine sur une idée d'Hervé Télémaque.

VOIR SITE DE LA MAISON DE L'AMÉRIQUE LATINE

Elle s’accompagne d’un livre publié en co-édition avec les Éditions Loco, préfacée par Christiane Taubira, et d’un cycle de conférences-projections (voir programme détaillé) de films documentaires pour mettre en valeur l’histoire et les productions plastiques de peuples d’origine africaine transportés de force en Amérique du Sud et qui se sont structurés en sociétés issues de la fuite et du refus de l’esclavage.

En partenariat avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac, la Fondation Livin' Tembé, le Centre d’Art et de Recherche de Mana (CARMA), la Fondation Pierre Verger, le Ministère des Outre-mer, le Ministère de la Culture, Air Guyane Express, la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage, la Collectivité territoriale de Guyane et l'Institut du Tout Monde.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte