Claude Nougaro, 10 ans déjà

Bonjour à tous, 10 ans déjà que le petit taureau des Minimes nous a quitté. Que le temps passe vite. Mais il n'y a pas un jour sans que je ne me souvienne de son accent, de son jeu de scène, de son visage rieur et de ses textes magnifiquement interprétés.

Bonjour à tous,

10 ans déjà que le petit taureau des Minimes nous a quitté. Que le temps passe vite. Mais il n'y a pas un jour sans que je ne me souvienne de son accent, de son jeu de scène, de son visage rieur et de ses textes magnifiquement interprétés.

En cette fin d’hiver toulousain, durant lequel depuis des semaines « la pluie fait des claquettes », il est grand temps de rappeler le génie de ce chanteur de jazz hors pairs et de lui rendre hommage.

De « Armstrong », en passant par « Les Don Juan », « Tu verras », « Cécile », « Bidon ville », « Quatre boules de cuir », « Le jazz et la java » ou « Je suis saoul », il nous a légué une part de son infini talent. Nombreux sont ses succès et difficile à dire vrai d'en sortir du lot. C'est à chacun de choisir.

Pour lui rendre un modeste hommage, c’est la chanson « Nougayork » que je mets ici à l’écoute (http://www.youtube.com/watch?v=bCtSn4sA0Ok), car, à l’époque, nombreux étaient ceux qui le disaient fini. Lorsqu’il a déboulé en 1987 avec cet album, il a montré avec une énergie débordante qu’il n’en était rien. Le talent ne meurt jamais. Qu’on se le dise. Et cette chanson si différente de son répertoire habituel, accompagnée par une orchestration géniale me donne chaque fois que je l’écoute une patate terrible pour toute la journée. Au fond elle n’est pas si éloignée de son hymne à sa ville natale « O Toulouse » dans laquelle il nous apprend que « même les mémés aiment la castagne ». Cette castagne qu’il chantait si bien dans « quatre boules de cuir », façon sans doute de dire qu’il ne faut jamais baisser la garde et la tête.

Et si je regrette que sa superbe chanson « O Toulouse » serve dans l’antre du club de rugby du Stade Toulousain, appelé stade Ernest Wallon, à glorifier les essais des « rouges et noirs », il n’en reste pas moins qu’il a magnifiquement chanté sa ville rose natale.

Alors comme les radios ne passent plus le chanteur des Minimes et son accent qui roule comme un caillou que le soleil arrose, je place ici quelques liens pour ne pas oublier le jazzman des minimes.

 * O Toulouse : http://www.youtube.com/watch?v=jU8Tg1cRZhY

 * Nougayork : http://www.youtube.com/watch?v=bCtSn4sA0Ok

 * Les Don Juan : http://www.youtube.com/watch?v=uKHqZTCJ3XE

 * Armstrong : http://www.youtube.com/watch?v=TqzmrgBU6bE&feature=kp

 * Le Jazz et la java : http://www.youtube.com/watch?v=zmRgXOw1o3A

 * Tu verras : http://www.youtube.com/watch?v=Z11SyE9cvdU

* Il faut tourner la page : http://www.youtube.com/watch?v=gYfStlmc1CU

 Bonne écoute à tous.

Moi, la page je ne la tourne pas. Tant de talent ça ne s'oublie pas. Voilà, c'était un "je me souviens" anniversaire, mais à l'heure des rock stars fabriquées et sans saveur, il n'est pas inutile de réécouter le toulousain des Minimes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.