Quartier lointain - Vivre et désirer au Japon

«Pour le réalisateur que je suis, le travail de Jirô Taniguchi est celui d'un grand cinéaste armé d'un crayon et de papier. Et pourtant, son œuvre est totalement spécifique à la bande dessinée. .../... surtout il fait aimer ses personnages de papier, il leur donne vie et profondeur et nous fait nous demander jusqu'où on peut connaître ceux qu'on aime, ceux que pourtant on aimera toujours. Qui sont vraiment nos parents ? Et dès lors qui sommes-nous pour nos enfants ? .../...»Jaco Van Dormael

images?q=tbn:ANd9GcR94YcO21c1_g6b4caNJsEyj2BzMzAC2GWCSR3So1-ZLIHTJLZcdA

«Pour le réalisateur que je suis, le travail de Jirô Taniguchi est celui d'un grand cinéaste armé d'un crayon et de papier. Et pourtant, son œuvre est totalement spécifique à la bande dessinée. .../... surtout il fait aimer ses personnages de papier, il leur donne vie et profondeur et nous fait nous demander jusqu'où on peut connaître ceux qu'on aime, ceux que pourtant on aimera toujours. Qui sont vraiment nos parents ? Et dès lors qui sommes-nous pour nos enfants ? .../...»

Jaco Van Dormael

Quartier lointain, histoire d'un homme qui revient sur son passé pour vivre autrement son présent...

images?q=tbn:ANd9GcR-sIjhKWqCSHiZ2eFbP_XTPLOExuBoZ5nKKw03YBkRhg6wSgff

Hiroshi Nakahara, 48 ans, a l'âge qu'avait son père, Yoshio Nakahara, quand celui-ci a disparu, quittant, en train, sa femme et ses enfants avec un billet aller simple.

Ce jour, au retour de son travail, Hiroshi vient de prendre un train pour rejoindre sa femme et ses enfants et ne tarde pas à s'apercevoir qu'il s'est trompé de train. Mais où ce train l'emmène-t-il ? Surprise..., ce train va à Kurayoshi, sa ville natale.

Arrivé à Kurayoshi, Hiroshi a deux heures avant de prendre le train de retour vers sa famille, deux heures pour flâner dans sa ville natale qui a bien changé. La « façade entièrement refaite » de sa maison natale lui semble « étrangère » et ses pas ne tardent pas à le porter au cimetière, sur la tombe de sa mère. « Maman... A quoi pensais-tu au moment de rendre ton dernier soupir ? J'étais en 2e année de collège quand papa a disparu. Il est parti subitement sans laisser de traces, on n'a jamais su pourquoi. Aujourd'hui encore, personne ne peut dire où il se trouve... Ni même s'il est en vie ou s'il est mort. »

Ffff... souffle de vent, vol éphémère d'un improbable papillon... Au milieu du silence des tombes, comme s'éveillant d'un profond sommeil, Hiroshi émerge soudain, se lève et trébuche. Il a perdu l'équilibre et découvre avec stupeur son corps, la légèreté de son corps de... 14 ans auquel il lui faut tenter de s'habituer à nouveau. Hiroshi, affolé, court et rejoint les rues de sa ville natale. Il croise son reflet dans une vitrine et s'y découvre, dans ce reflet d'un adolescent, autre que ce qu'il avait crû. Il se pince, est-ce un rêve, voire un cauchemar ? Il court, « si ce n'est pas un rêve... si c'est... ».

Hiroshi court vers sa maison natale. Elle est là et chacun y est à sa place, sa mère, sa grand-mère, sa sœur et son père. « Alors, tu as fait une petite promenade ? » lui demande sa grand-mère. « Hiroshi ! Tu en as mis du temps ! Où est-ce que tu as pu aller pour rentrer si tard ? » demande sa mère. Empli de stupeur, au bord de l'évanouissement, Hiroshi pleure. « Bon, Hiroshi ! ça suffit les singeries ! viens t'asseoir ! personne ne t'a disputé... tu n'as aucune raison de pleurer. » dit son père. Mais c'est un fait, Hiroshi n'est pas pas 'comme d'habitude'.

images?q=tbn:ANd9GcQgaQ8u0NSsnQuLgz27J38dM1eIMxYWxe5mFeRbidaip8j7Yywx

Passé le temps nécessaire à apprivoiser sa nouvelle 'réalité', Hiroshi s'y fait et redécouvre avec plaisir sa vie d'adolescent, sa vie d'écolier, ses amis, mais... cette adolescence-là n'est pas pareille à celle qu'il a vécu. Tomoko Nagasé, par exemple, tombe amoureuse de lui... et Hiroshi de s'y découvrir adolescent amoureux.

Une question - celle du couple de ses parents - hante pourtant Hiroshi et trouble sa joie des retrouvailles avec la jeunesse du corps. Comment ses parents se sont-ils rencontrés ? Et où va son père quand il quitte la maison familiale ? Sûrement, sa mère l'ignore. Mais non, elle est au courant.

images?q=tbn:ANd9GcTF8x_qzCUqYK6G4q3UL75djg1XEoRlA9-SOXCPyGmPWs2REtcR&t=1

Tout ce savoir insu à lui-même, Hiroshi le découvre alors au travers de cette adolescence 'rêvée' où il pose ses questions et cherche ses réponses.

images?q=tbn:ANd9GcRyH1YIsMTVzDMqHUgDkPNI1qqBrc3xCflnbi-1xtFG5thE_MvaQg

Où va donc ainsi Hiroshi ? Il va à la recherche du désir de son père, un homme qui a connu la guerre... mais pas seulement la guerre.

images?q=tbn:ANd9GcSMKnl5M1IsWZuUn1qgTiTpmueuT9Hac9yMWFr5HTV8WDksc9x3

Et ainsi, Hiroshi finit par se confronter à son père, alors qu'il n'avait pas pu le faire lors de son adolescence : « Peut-on abandonner comme ça ceux qui vous aiment ? » reproche Hiroshi à son père sur le quai de gare où celui-ci attend le train qui l'emmènera à jamais. Son père lui répond en tant qu'homme... avant de partir. Sur le quai de la gare, au moment où - comme il l'aurait désiré - Hiroshi embrasse son père qui lui a délivré son message, à ce moment lui vient cette pensée : « Ne suis-je pas moi aussi sur le point d'oublier pour toujours ma vraie famille ? »

En son adolescence revisitée, Hiroshi, qui n'a pu empêcher le départ de son père, conclut momentanément : « Moi qui savais pourtant tout du passé... J'avais été incapable d'en changer le cours... Ainsi, dans une nouvelle vie, il semblait impossible d'influer sur les évènements majeurs, touchant à la vie et à la mort d'un homme. » Impossible en effet d'influer sur le passé et sur les cartes alors données au sujet - qui n'a pas d'âge. Mais possible d'en faire usage autrement.

Passé un dernier temps pour comprendre, Hiroshi qui avait interprété le départ de son père comme 'fuite' et avait, par conséquent, fuit ses choix de vie en étant absent au nom de son travail, se réveille soudain réellement... sur la tombe de sa mère. Il a retrouvé ses 48 ans.

Au sortir de cette étrange temporalité, entre rêve et réalité, la question du désir est à nouveau vivante pour lui. Il décide alors de prendre son train de retour vers la famille qu'il a fondée et y revient 'pas comme d'habitude' : « Quand est-ce que tu me le présentes ton ami... le jeune Yamada ? » dit-il à sa fille qui ne savait comment parler de son désir à un père qui semblait n'avoir pas entendu sa question. Désormais, Hiroshi a choisi, il n'est plus sourd au désir, ni au sien et à celui de sa femme, ni à celui de sa fille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.