petit nuage
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Je me souviens....

Suivi par 283 abonnés

Billet de blog 21 janv. 2020

De la face nord au bilboquet

Cette montagne, nous ne l'avons pas vaincue, elle nous a simplement accepté sur ses flancs et nous a dit gentiment qu'en convoquant ses amis les nuages, elle pourrait facilement nous faire rouler à ses pieds. L'arrogance ici doit faire place au respect et à l'humilité. La nature se venge toujours des offenses...

petit nuage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quatre heures du matin, on n'avait guère dormi. Pourtant on avait un peu l'habitude de ces réveils à la nuit, mais comme à chaque fois avec cette excitation de gravir une voie nouvelle pour nous, cette petite appréhension des risques à encourir et la révision des gestes qu'il ne faudrait surtout pas manquer, Morphée avait dû batailler pour avoir le dernier mot. 

J'avais vingt deux ans, mes activités sportives avaient jusque là beaucoup donné à la compétition, foot et aussi tennis qui occupait les saisons d'été à grappiller dans les tournois, quelques points pour apparaître dans le classement des plus médiocres joueurs de France. Cette minable satisfaction d'avoir battu un plus mauvais et surtout cette amertume de voir la tristesse du vaincu qui semblait conditionner sa survie à une victoire que je n'avais pas eu la délicatesse de lui octroyer sur le cours, ces états d’âme ont eu raison de ce travers pourtant humain de vouloir prouver sa supériorité en toutes choses. Alors j'avais troqué tout ça pour des activités qui, tout en étant parfois aussi exigeantes, faisaient la part plus belle à l'amitié, la solidarité et le sentiment gratifiant du dépassement de soi sans prendre quoi que ce soit à autrui : la nature pyrénéenne nous offrait tout cela, des randonnées enchanteresses dans des vallées encore sauvages à la conquête sans prétention de sommets que des semelles vibram avaient déjà mille fois foulés.

Et puis plus tard les grisants sports de glisse : funboard et monoski qui eux non plus ne devaient rien à personne.

Mais revenons à notre refuge au pied de cette montagne fascinante pourtant déjà gravie plusieurs fois par d'autres itinéraires : un petit déjeuner vite englouti pour ne pas partir le ventre vide, un minimum de matériel basique pour grimper « léger », un piolet pour deux pour le retour par le glacier et un départ avant 5 heures pour notre conquête de la face nord. Les muscles sont froids, l'estomac se noue et une heure plus tard je gerbe mon maigre petit déjeuner sur ce qui était encore à l'époque le glacier des Oulettes de Gaube. En tête de la deuxième cordée, au pied de la voie, je considère d'un œil interrogateur les deux premières longueurs verticales.

 Le Vignemale se gravit par une vingtaine de voies mais cette face nord, la plus prestigieuse, hormis quelques tracés classés ED, est à la portée de grimpeurs moyens un peu entraînés. En principe, la voie doit être vierge, la déontologie du grimpeur exige de n'y laisser aucun piton ni anneau de corde. Mais parfois, on profite quand même d'un piton « oublié » au milieu d'un passage difficile pour y accrocher son mousqueton. À notre gauche, la glace vive de l'impressionnant couloir de Gaube, un peu plus haut sur la droite, une cordée à l'aise sur la voie difficile dite « des autrichiens ». On renforce les assurances dans les passages pointus, le temps s'écoule, le soleil vient lécher les rochers 200 mètres plus haut, on ne prend pas le temps de regarder le refuge minuscule d'où on suit peut-être notre progression. Sept heures déjà qu'on est partis, le ciel s'assombrit, il fait plus froid. Une heure plus tard, à 50 mètres du sommet, il neige ! Les gros flocons heureusement n'adhèrent pas encore au rocher qui reste sec. On se hâte. La sortie au sommet de la Pique longue est plus facile, on prend le temps de savourer. Malgré la neige, le retour par le glacier que l'on connaît bien sera une formalité.

Dans la descente que l'on trace un peu mécaniquement, on a tout le temps de réfléchir : l'épisode neigeux nous rappelle que cette montagne, nous ne l'avons pas vaincue, elle nous a simplement accepté sur ses flancs et nous a dit gentiment qu'en convoquant ses amis les nuages, elle pourrait facilement nous faire rouler à ses pieds. L'arrogance ici doit faire place au respect et à l'humilité. La nature se venge toujours des offenses ...

Le soir même, lors de notre soirée traditionnelle autour d'un feu que notre petite communauté entretenait en permanence au centre de ce qu'on appelait pompeusement le camp de base, notre ascension fut à peine évoquée parce que c'était le temps précieux où le présent s'efface pour laisser libre cours au monde des étoiles, du rêve, de la musique douce ou endiablée de notre guitariste maison, des chansons de l'époque ou d'avant que l'on tentait de rendre mélodieuses malgré la contribution de quelques interprètes mal dégrossis. Le rythme décalé et les notes inopportunes menaient l'entreprise au bord du précipice. Pourtant quand s'élevait la voix claire des filles, ce n'était ni le vertige ni la petite bise du soir qui nous faisait frissonner ...

Bien plus tard dans la vie, avec toujours cet impérieux besoin de dépense physique, j'avais choisi un sport exigeant à pratiquer toute l'année, le badminton, sport à priori convivial, sport de gentlemen s'il en est comme en témoigne son origine britannique : on raconte qu'un jour de 1873, des officiers anglais revenus des Indes se trouvant réunis dans le château du Duc de Beaufort à Badminton se mettent en tête de jouer au jeu indien du « poona », qui se pratiquait avec une raquette et une balle légère. Ils se mettent alors en tête d'y jouer. Mais n'ayant pas de balle sous la main, ils décident d'utiliser un bouchon de Champagne, auquel ils attachent quelques plumes, l'objectif du jeu consistant à garder ce volant en l'air le plus longtemps possible.

Mais au fil du temps, ce sport élégant et ludique est devenu sport de combat. Je retrouvais hélas cet esprit de compétition exacerbé que j'avais fui dans ma jeunesse. Le partenaire de jeu, même médiocre, est devenu adversaire puis pour certains, quasiment ennemi. Pour une grande majorité, le charme esthétique des longs échanges a fait place à la jouissance quasi orgasmique de l'agresseur impitoyable pressé de mettre à genou celle ou celui sans lequel pourtant ce jeu n'aurait pas lieu. (Dans les joutes expéditives du jeu de double, la dépense énergétique minime ne m'assure plus ce que j'étais venu chercher : un apport cardio-vasculaire indispensable à la survie de mon greffon.)

Est-ce là l'image de la société du nouveau monde où le plaisir de l'un ne se conçoit que dans la défaite de l'autre ? Après 25 ans de pratique, je me cantonne maintenant à dégrossir les débutants qui le souhaitent … et puis sans doute bientôt un abandon définitif de cette activité collective si décevante pour d'autres individuelles plus exigeantes, le vélo, la course, la marche ...

Et puis dans pas longtemps, dans une dernière fuite, je pense choisir yoyo et bilboquet comme ultimes activités sportives de mes vieux jours.

Il faudra garder le jarret ferme et le bras souple. Quand j'aurai la maîtrise parfaite de ces deux techniques, je tenterai le simultané, un instrument dans chaque main, performance sportive mais également cognitive qui vous garantit des neurones de première jeunesse, sans oublier une permutation régulière pour la symétrie du développement musculaire.

Les défis suivants seront d'une autre nature, la performance individuelle se heurtera à la solitude qu'une défaite impitoyable ne saura démentir. Comment faire comprendre aux individualistes que les victoires d'aujourd'hui creusent inexorablement la fosse commune dans laquelle ils seront eux aussi engloutis ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat