Monsieur Paul et les bateaux...

Paul Bocuse - juin 1973 © Gilles Walusinski Paul Bocuse - juin 1973 © Gilles Walusinski

Je me souviens du printemps 1973.

Jean Pierre Montagne venait d'être nommé directeur artistique de la revue Réalité. Je l'avais connu à la revue Zoom et on me disait que sa nomination visait à redonner un nouveau souffle à Réalité, mensuel déclinant qui avait eu son heure de succès en publiant des reportages de photographes comme Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier ou encore Gilles Ehrmann – mes amis et inspirateurs...

Jean-Pierre Montagne m'avait demandé :

  • connais-tu le chef étoilé Paul Bocuse ?

  • Il vient d'ouvrir un port de plaisance sur les bords de la Saône, à Collonges-au-Mont d'Or.

  • Je connais tes photographies « à la chambre », tu vas me faire une imagegrandiose, une vue du restaurant, depuis le port et ses yachts luxueux !

  • Je compte sur toi !

Me voilà parti dès potron-minet au volant de mon Alfasud, toute neuve, achetée grâce au concours des économies de ma grand-mère Léontine, le poste à cartouches dernier cri distillant les derniers enregistrements de Léonard Cohen...

  • Jeune journaliste, nous sommes en plein service ! me dit Monsieur Paul, assieds toi là, je te fais servir mon Loup en croûte sauce Choron, pour le port, on verra cet après-midi !

Monsieur Paul aimait les journalistes et Réalité était une revue que sa clientèle pouvait apprécier. Il me pardonnait cette arrivée au moment où il passait de table en table demander d'un mot aimable, cela vous a plu ?

Après un repas, comme je n'en avais jamais goûté, du Loup jusqu'au café, sans que je me souvienne du vin non moins somptueux qu'il m'avait fait servir, Monsieur Paul, un peu contrit, m'accompagnait , nous descendîmes quelques marches, traversèrent le parking devant le restaurant, traversèrent la Nationale qui longe la rive gauche de la Saône, pour descendre un petit escalier en bois, une peu branlant, pour constater qu'en bas de ce talus, des bidons supportaient quelques planches et m'entendre dire :

  • tu vois, d'ici pas moyen de voir le restaurant !

  • écoute, pas grave, demain je vais faire venir des copains avec leur bateau, je mettrais ma toque et je ferai un peu de cinéma avec un Loup sur un plateau...

  • et maintenant, je vais te faire visiter la maison, ma collection de limonaires. Tu tombes bien, ce soir il doit y avoir un mariage dans la salle de bal attenante au restaurant.

Le tutoiement de Monsieur Paul traduisait son affection pour les journalistes et mon inquiétude de ne pas pouvoir réaliser l'imagegrandiose espérée à Paris, tentait une compensation en réalisant une photo de la salle de bal. Il fallut installer le trépied, la chambre « 4x5inches » et mettre en scène les mariés, le chef et quatre enfants endimanchés.

Salle de bal de Paul Bocuse en 1973 © Gilles Walusinski Salle de bal de Paul Bocuse en 1973 © Gilles Walusinski

Monsieur Paul m'avait trouvé une petite table pour un diner léger à sa manière, me soignant particulièrement avant de me conseiller un hôtel, un peu plus haut sur la rive droite, tu verras c'est juste au bout du pont à Rochetaillée. Belle demeure, chambre luxueuse, lit à baldaquin, soupçon d'être invité à passer la nuit dans une maison sans qu'un rendez-vous ne m'y rejoigne...

Le matin, il me démangeait de rejoindre Monsieur Paul qui m'avait promis de m'emmener faire le marché avec lui, dans Lyon.

  • Tu ne rentreras pas à Paris sans un petit en-cas dans un bouchon ! Et nous voilà attablés sans que le pot de Beaujolais compte dans l'addition que Monsieur Paul honorait ni pour mon futur retour au volant...

    Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski
    Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski

    Le bateau était arrivé, la famille posait devant mon installation flottante, Monsieur Paul tenait le Loup , aidé d'un commis, son sommelier se prêtait au jeu des trois photos que je prenais, me fendant même d'une diapositive « 13x18 cm », gage de l'effort que je faisais pour tenter d'approcher l'imagegrandiose... Si j'ai gardé un souvenir ému du bar qui figure sur les photos, partagé avec la famille du modeste esquif, invité une dernière fois par Monsieur Paul, je n'ai pas conservé la parution de Réalité qui se contenta d'une « brève » illustrée de mon « 13x18 » reproduit en timbre poste !

    C'était une nouvelle déception pour mon état provisoire de photo-journaliste que le souvenir de l'accueil chaleureux et délicieux de Monsieur Paul compense et pérennise !

    Adieu Monsieur Paul !

    Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski Paul Bocuse et ses amis - juin 1973 © Gilles Walusinski

 

 

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.