Grain de Sel
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Je me souviens....

Suivi par 283 abonnés

Billet de blog 30 août 2016

J'aurais voulu pouvoir te dire adieu

Apprendre le décès de quelqu'un qu'on aimait bien, c'est toujours horrible. Mais l'apprendre trop tard pour avoir pu lui dire au revoir, c'est carrément insupportable. Voilà. Il y a trois jours, juste à mon retour, j'ai appris la mort, il y a plusieurs mois, d'un "collègue et néanmoins ami". Un des rares. Depuis je le revois. Je pense à lui. Ça ne sert à rien de lui écrire. Alors j'écris aux nuages...

Grain de Sel
http://www.decitre.fr/livres/quand-les-pylones-auront-des-feuilles-9791093554150.html
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DR (montage avec photo d'origine inconnue)

C’est la première fois que je ressens avec autant de violence à quel point, lorsqu’on a quitté une entreprise, on ne fait définitivement plus partie de la « famille ». On n’a plus aucun contact. Ou seulement presque par hasard.  Et c’est justement par l’un de ces « hasards » que je viens d’apprendre, avec dix bons mois de retard, la mort d’un de mes anciens collègues, l’un des rares pour lesquels je ressentais une réelle affection… Et à qui, j’en suis sûre, je regretterai à jamais de n’avoir pas pu dire adieu.

Philippe est mort, en octobre dernier, de la maladie de Charcot, cette SLA (sclérose latérale amyotrophique) inéluctable qui allait progressivement paralyser tout son corps, dont il se savait atteint mais dont, élégance suprême, il avait eu jusqu’au bout la pudeur de ne jamais se plaindre, de ne jamais même parler. Ironie des ironies, c’est  lors des obsèques d’un autre de nos collègues que nous nous étions rencontrés la dernière fois, il y a à peine quelques années. La salle du funérarium du Père Lachaise était pleine, mais c’était à côté de lui que je me suis retrouvée. A un moment de très forte émotion (toute la famille et les proches camerounais du défunt s’étaient lancés dans un immense chant qui emplissait la grande salle funèbre), nous nous étions simplement serré très fort la main. Et puis, comme on dit, « la vie a repris »…

Voilà. Philippe, je n’aurai pas pu te dire au revoir avant ton départ, je n’aurai pas pu dire à ton épouse, tes enfants, tous tes proches, à quel point je me sentais proche d’eux dans leur deuil. Surtout, à toi, je n’aurai jamais pu dire combien ton calme, ta discrétion, ton humour, ce regard amusé que tu portais aux gens et au monde, et par dessus tout cette bienveillance, ce sourire apaisant, généreux, étaient des denrées rares dans ce milieu et combien ils m’ont touchée. Pendant les presque 15 années que nous nous sommes côtoyés, je ne t’ai jamais entendu proférer la moindre critique, la moindre médisance, même à la pire époque, celle des guerres de tranchées où les couteaux sifflaient et où les crimes de bureau étaient devenus quotidiens. Je te revois arriver le matin, ton cartable de cuir à la main. Tu le laissais tomber à tes pieds. Et la journée commençait.

Par deux fois (le supplément Procès de Papon et le supplément Sang contaminé), nous avons travaillé vraiment en tandem et ce fut un vrai bonheur : aucun « tirage », aucune rivalité, aucune compétition, pas un seul accroc, même si ces collaborations s’étiraient sur de longues semaines. Avec toi, tout coulait de source, tout s’apaisait, même nos rythmes personnels, ainsi que ceux des autres interlocuteurs, apprenaient à s’accorder. Mes inquiétudes ou mon manque d’assurance fondaient tout simplement au soleil de ton calme olympien. Je peux te le dire aujourd’hui, c’est même l’un des rares très bons souvenirs que je garde de cette époque.

De toi, je savais que tu aurais aimé être architecte et que l’urbanisme te passionnait. Comme l’astronomie, d’ailleurs. Ou la géographie. Je sais que tu aimais les voyages, le rugby, la musique, la lecture, la peinture, les planètes… Rien de plus. Tu étais si taiseux, si réservé, doux, presque secret. Mais pas sauvage : tu étais là, tu assurais, tu souriais, ça suffisait. Je me souviens que nous avions tous ri aux éclats, à la cafétéria, un matin, lorsque tu nous as annoncé ton mariage prochain avec ta compagne. C’était une période où il pleuvait tellement que nous vous avions vêtus de scaphandres blancs, de bottes d’égoutiers, d’un rideau de douche en guise de voile pour la mariée… Il y avait toujours un atlas ouvert sur ton bureau , sous les tonnes d’épreuves, de papiers, de copies, de journaux, les dictionnaires, tout ce qui faisait notre univers quotidien. Tu voyageais en rêve. Tu semblais toujours dans les nuages. Tu étais là.

On m’a dit que les derniers temps, sentant la paralysie totale te gagner, tu avais téléchargé toutes les images, les musiques, les cartes, les photos que tu aimais sur ton ordinateur et qu’à l’aide des deux derniers doigts dont tu pouvais encore te servir, les seuls morceaux de toi avec ton cerveau qui fonctionnaient encore, tu voyageais toujours. On m’a dit que tu visitais la Sardaigne et t’étais même mis à apprendre l’italien de ton lit médicalisé. On m’a dit que tu étais resté souriant, pudique, élégant et digne jusqu’à la fin. Ce qui ne m’étonne pas. Tu es parti rejoindre les nuages dont tu venais sûrement et que tu n’avais jamais quittés totalement.

Philippe Perin. Avec un seul r, contrairement au spationaute. Avec un seul r, mais beaucoup de p. Beaucoup de paix.

RIP, Philippe. Je n’ai pas eu le temps de te le dire, mais je t’aimais vraiment bien.

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2015/10/09/deces-de-philippe-perin-journaliste-au-monde_4786575_3382.html

http://vih.org/20151009/fin-voyage-philippe/136154

http://www.scoopnest.com/fr/user/PasseurSciences/654939481171210240

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale