Billet de blog 25 oct. 2011

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

La dosimétrie des neutrons, un problème dans le nucléaire

«Je suis chef d'équipe pour la société Westinghouse, en sous-traitance pour EDF. Je peux témoigner que la dosimétrie neutronique est un problème en centrale nucléaire.» Mediapart publie le témoignage inédit et anonyme d'un sous-traitant de l'atome.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

«Je suis chef d'équipe pour la société Westinghouse, en sous-traitance pour EDF. Je peux témoigner que la dosimétrie neutronique est un problème en centrale nucléaire.» Mediapart publie le témoignage inédit et anonyme d'un sous-traitant de l'atome.

-------------

Je suis chef d'équipe pour la société Westinghouse, concurrent direct de Areva, en sous-traitance pour EDF. Je peux témoigner que la dosimétrie neutronique est un problème en centrale nucléaire. Je travaille sur l'ouverture et la fermeture de la cuve refermant les éléments combustibles ainsi que sur les différentes machines permettant la manutention du combustible. Ce qui nous demande de descendre en fond de la piscine du réacteur, une fois la cuve ouverte et vide (j'entend par là, la cuve sans combustible). Je suis amené à travailler sur plusieurs sites nucléaires français.
Afin de travailler en zone controlée, il est nécessaire d'avoir un « RTR » (Régime de Travail Radiologique) spécifiant les débits de doses individuelles et collectives maximales. Sur ces même RTR, il est précisé s'il y a un danger neutronique, c'est-à-dire si la tâche que nous avons à effectuer risque ou non de nous exposer à un rayonnement de neutrons. Edf, ou des soutraitants, établissent ainsi des cartographies des « points chauds » : ils repèrent à l'aide de dosimètres atmosphérique les endroits les plus irradiants à éviter. Il nous revient ensuite de suivre leurs instructions.
Ce qui nous étonne, mes collègues et moi, c'est que concernant les tâches que nous devons effectuer, les RTR affichent toujours un debit neutronique nul. Autrement dit, on nous affirme qu'il n'y a pas de risque d'exposition aux neutrons (alors qu'il est avéré que le combustible usagé peut-être très émetteur de rayonnement neutronique, voir ici l'article consacré à ce sujet sur Mediapart, ndlr). Nous avons demandé des explications, et des documents prouvant l'absence de danger, mais en vain. La réponse est toujours identique : « il n'y a pas de danger ».
Il existe également d'autre anomalie dans les relevés de dosimétrie dite « classique ». Lors d'une activité à proximité d'un point chaud (très irridiant), les mains des intervenants sont en contact direct avec ces points chauds (pouvant atteindre de très gros débit de dose de l'ordre de 50mSv/h et plus encore). Pour ce faire, il existe des bagues « dosimètre » afin de relever les doses prises par les mains. Elles sont utilisées quand un exécutant doit réaliser une opération à proximité d'un point chaud (supérieur à 2mSv/h). Le but étant de vérifier les doses prises par les mains au moment de l'activité. A ce jour, toutes les demandes de mes collégues ou moi même pour avoir accès à ces bagues sont vaines. Elles nous sont refusées pour cause de dépenses trop importantes.
Ces problèmes de dosimétrie neutronique sont un secret de polichinelle dans le nucléaire. Je n'en parle pas au médecin du travail car je n'ai plus vraiment confiance dans le système. Je ne suis pas syndiqué. A Westinghouse, nous sommes plutôt moins mal lotis que les autres, pour nos conditions de travail et de rémunération. Si je travaille un mois complet, je gagne environ 4500 euros (salaires + primes). Avec mes collègues, on se pose des questions mais on n'a pas non plus cherché plus loin.
Je crois qu'en général dans le nucléaire, les risques d'irradiation et de contamination exterieurs aux centrales sont faibles. Les conditions de sûreté me paraissent plutôt de bon niveau. Par contre, les règles de sécurité des personnes qui y travaillent sont parfois aberrantes. Par exemple, quand on travaille en hauteur, à proximité du vide, le harnais de sécurité ne comporte qu'une seule longe. Ce n'est pas normal. Avec une seule longe, pour se déplacer, cela nous oblige à être au-dessus du vide sans protection. Quand on bataille pour avoir un deuxième harnais, on l'obtient. Mais il faut batailler.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol