D'un visage à l'autre

Au collège Léon Blum de Villiers-le-Bel (95), Renaud Farella, professeur d’histoire-géographie, Alain Degenne, professeur de lettres, Nadine Guillaneuf, secrétaire, et une quinzaine d’élèves de 3e ont travaillé à l’exposition D’un visage à l’autre, regards croisés sur l’histoire de France et d’Algérie, d’hier et d’aujourd’hui. Ils ont rencontré une dizaine de témoins dont Fellag, Mourad Merzouki, Akli Tadjer, etc. Le photographe Guillaume Lecoque a pris des photos, à partir desquelles les élèves ont écrit de courts textes.

Au collège Léon Blum de Villiers-le-Bel (95), Renaud Farella, professeur d’histoire-géographie, Alain Degenne, professeur de lettres, Nadine Guillaneuf, secrétaire, et une quinzaine d’élèves de 3e ont travaillé à l’exposition D’un visage à l’autre, regards croisés sur l’histoire de France et d’Algérie, d’hier et d’aujourd’hui. Ils ont rencontré une dizaine de témoins dont Fellag, Mourad Merzouki, Akli Tadjer, etc. Le photographe Guillaume Lecoque a pris des photos, à partir desquelles les élèves ont écrit de courts textes.

 

Cette exposition (29 photos légendées avec des textes de 4 ou 5 lignes des élèves) a reçu le Prix Evens pour l’éducation interculturelle. Elle a été présentée à l'UNESCO du 20 au 27 mars 2008, dans le cadre de la seconde édition du Pari(s) du Vivre-Ensemble.

 

Pour accéder à un diaporama, cliquer ici.

 

Présentation de l'initiative / Alain Degenne, Renaud Farella et Nadine Guillaneuf


Le temps d'une recette

 

 

Prenez quelques collégiens de troisième, tous volontaires. Ajoutez-y deux enseignants de lettres et d’histoire, un photographe, une secrétaire, liez le tout et vous obtenez un atelier artistique. Incorporez ensuite délicatement, une à une, des personnalités connues ou inconnues, mais toutes en rapport étroit avec l’Algérie d’hier et d’aujourd’hui. Mélangez le tout et vous verrez se lever peu à peu des portraits singuliers et attachants. Accompagnez ces portraits d’une pincée de mots choisis et vous obtiendrez cette exposition pétrie de sensibilité et relevée de poésie. Ainsi avons-nous travaillé, semaine après semaine, en dehors du temps scolaire, à créer cette série de photos-textes.

 

 

 

Le temps des rencontres

 

 

 

Plutôt que d’imposer à nos interlocuteurs des exposés complexes autour des immigrations, nous avons préféré les petites questions personnelles – À quoi rêvez-vous encore ? Quel est votre plus grand regret ?... – imaginées par nos jeunes élèves et posées face à face, les yeux dans les yeux. Ainsi se sont révélés des parcours inattendus, des expériences profondes – la guerre, l’enfance, l’écriture, la prison, la musique,… – loin des clichés et des simplifications. Le choix des personnes rencontrées s’est trouvé grandement facilité par un précédent travail de fiction sur la dernière année de la guerre d’Algérie : Lettres croisées Oran-Villiers-le-Bel aux éditions L’Harmattan (mention spéciale du Prix René Cassin pour la Paix). Cette démarche nous avait alors permis de rencontrer des témoins à l’itinéraire complexe et avait éveillé en nous l’envie d’en savoir plus sur la vie de ces hommes et femmes « issus de l’immigration », pour reprendre l’expression consacrée. Choix arbitraire certes, mais choix guidé par notre volonté d’approcher au plus près des réalités contrastées de l’immigration par les chemins croisés de l’image, de l’entretien, de l’histoire et de la poésie.

 

Le temps des photos-textes

 

 

 

 

Lors de ces rencontres-conversations au collège ou ailleurs – salle de spectacle, local associatif, Sénat, chantier de la nouvelle Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration– le photographe Guillaume Lecoque a su saisir l’inquiétude d’un regard, l’envol d’une main, la bonté d’un sourire… et nos jeunes auteurs ont ensuite choisi des photos pour créer de courts textes poétiques en s’imprégnant à la fois du souvenir de leurs rencontres et des sensations suscitées par les portraits. À la manière de haïkus en liberté, ils ont égrené des mots simples et forts, toujours originaux mais, nous semble-t-il, jamais infidèles aux propos des personnes rencontrées.

 

Le temps de la visite

 

 

 

La transmission de chaque parcours de vie a permis à nos élèves de s’approprier à leur tour la parole en devenant auteurs. « D’un visage à l’autre » est devenu « D’une parole à l’autre », comme un passage de témoin qu’ils ont saisi avec toute cette sensibilité et ce talent dont nous sommes fiers. Ce témoin, c’est à vous, visiteur, qu’ils le transmettent à présent. C’est à vous qu’il revient de regarder ces photos-textes et de vous y promener au hasard des visages et des mots. Puissent-ils, les uns comme les autres, ne pas vous laisser indifférents, c’est là notre unique souhait puisque dans « D’un visage à l’autre », l’Autre, désormais, c’est vous.

 

Liste des personnes rencontrées par les élèves

 


Mourad Merzouki, danseur et chorégraphe, auteur du spectacle « Terrain vague », directeur artistique de la Compagnie Kafig.
Fellag, artiste et comédien, rencontré à l’occasion de son spectacle « Le dernier chameau »
Belkacem Smaili, témoin de la manifestation du 17 octobre 1961, a été expulsé et interné en Algérie avant de revenir en France en 1962, a fondé à Sarcelles l’association « Au nom de la mémoire du 17 octobre 1961 »

 

Boumédienne Bereksi-Reguig, médecin responsable de la Santé Publique au Conseil Général de la Seine Saint Denis.

 

Pierre Becvort, ancien appelé du contingent, a servi à l’ouest d’Alger et en Kabylie.

 

Kheira Deffane, parisienne depuis 1974 a fondé l’association « Les quatre horizons » dans le 10earrondissement.

Akli Tadjer, écrivain auteur, parmi d’autres livres, de Le Porteur de cartable et de Bel-Avenir,Prix du Roman populiste 2006.

 

Adolfo Kaminsky,chimiste et photographe, a contribué à sauver des Juifs durant l’Occupation et des Algériens pendant la guerre d’Algérie

Rocé, chanteur et musicien en tournée pour son dernier disque «Identité en crescendo»

Lydia Meziani, chargée de mission à la Citoyenneté et aux Affaires sociales au cabinet de la Présidence du Sénat

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.