Les patrons de la Caisse d'épargne Ile-de-France portent plainte contre des militants de Sud BPCE

À la caisse d'épargne Ile-de-France être syndicaliste: c'est un crime! Gagner une grève: c'est une circonstance aggravante!

À la caisse d'épargne Ile-de-France être syndicaliste: c'est un crime! Gagner une grève: c'est une circonstance aggravante!

 

Communiqué de presse de Sud Banques Populaires Caisses d'Épargne

En avril 2010, les salariés grévistes de la caisse d'épargne Ile-de-France remportaient une victoire sans précédent au terme d'un mois de grève motivée par la défense de l'emploi, des rémunérations et des conditions de travail. Un an après ce conflit, deux militants Sud et un militant Cgt viennent de découvrir que le président de la caisse, Bernard Comolet, et son DRHS, Jean-Pierre Deck, ont déposé une plainte contre eux pour, excusez du peu : « séquestration, tentative d'extorsion de signature et... tapage ».Il y a quelques jours, nos camarades ont été convoqués et entendus dans les locaux de la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne (BRDP).

Des trois chefs d'accusation, seul le tapage est assumé et revendiqué non seulement par nos trois camarades, mais également par les 200 salariés réunis un bel après-midi d'avril 2010 sous les fenêtres du domicile du président Comolet pour l'inviter bruyamment, mais dans un esprit bon enfant, à rejoindre la table de négociation... ce que l'intéressé a fini par faire quelques jours plus tard devant la détermination du personnel.

Aujourd'hui, dans un climat délétère marqué par une vague de suicides dans le Groupe BPCE et de tentatives de suicides (5 en 2010 pour la seule caisse des sieurs Comolet et Deck), les patrons de la caisse d'épargne Ile-de-France choisissent délibérément l'agression, la provocation, l'intimidation et le mensonge, au lieu de s'attacher à respecter leurs obligations légales en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l'entreprise. Les salariés qui ont participé à la grève ou l'ont soutenue, notamment avec la caisse de grève, savent tout ce qu'ils doivent à la pugnacité et à l'esprit de responsabilité des militants des syndicats Sud et Cgt, en première ligne dans les luttes, et sont scandalisés à l'annonce de la plainte contre trois d'entre eux.

Sud, première force syndicale de l'entreprise, ne se laissera pas intimider et ne permettra pas que s'instaure la criminalisation de l'activité syndicale. Dans l'éventualité où ces poursuites scandaleuses seraient maintenues et sans présumer de la décision du Procureur de la République en charge de ce dossier, Sud met d'ores et déjà en garde la direction d'une riposte à la mesure de son agression.

Le 1er juin 2011, l'exécutif national de Sud BPCE

Contacts : Jérôme BONNARD (06.62.82.98.90)

Patrick SAURIN (06.62.88.05.17)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.