Le Guêpier, chapitre 10 : 8 juillet : fête des Edgard, des Killian et des ...

Chapitre 10 de l’épopée à suspense inspirée des méandres de l’« affaire » DoublO

 

 

 

 

Le guêpier1

 

 

Pas de noisettes pour les pigeons

(L’antimirage des chaumières)

 

 

Épopée2 à suspense
née de l’imagination de

Jean-Pierre Lamargot

 

1 « Endroit dangereux, situation complexe et délicate dont on arrive difficilement à sortir sans dommage. Synonymes : pétrin (familier), piège, souricière, traquenard. Donner, tomber dans un guêpier. »

« Ce n'est pas la peine de nous donner tant de mal pour tirer Albert du guêpier où il s'est fourré »  (François de Curel, La nouvelle idole, 1899, I, 1, p. 163), selon Le Trésor de la Langue Française informatisé (cf. http://atilf.atilf.fr/)

2 Long poème ou récit « de style élevé » où la légende se mêle à l'histoire pour « célébrer un héros ou un grand fait ». On pourrait sans doute à bon droit aussi bien parler de prétérition (« figure par laquelle on attire l'attention sur une chose en déclarant n'en pas parler »)

 

- 10 -

8 juillet : fête des Edgard, des Killian, des Thibault, des Thibaut et des Thiebaud

 

Nous aurions pu à bon droit ajouter DP à cette puissante cohorte, car la clôture de la période de souscription fut réellement un jour de fête pour lui.

 Viaduc était un homme de parole (et ce singulier suffisait à le distinguer d’autres dirigeants, réputés plus charismatiques car plus diserts).

 Il honora donc le rendez-vous convenu. Et il ne le regretta pas un seul instant, car son incrédulité eut quelque peine à assumer la réalité : à l’heure de la clôture des souscriptions, plus de 3.000.000 de parts de Duplex avaient été souscrites, sur les 3.168.506 qui avaient été proposées.

 « - Dites moi, mon cher, cela fait 94,8 % ! Je reconnais que j’avais tort de mettre en doute votre pronostic, « proche de 100 % », s’excusa-t-il.

Mais il n’était pas de ces pleutres prêts à sombrer à tout propos dans la repentance. Il tourna donc la puissance de sa mécanique cérébrale vers d’autres horizons.

 « Et si je ne m’abuse, à 150 euros le titre, c’est plus de 454 millions d’euros1 que nous avons collecté, en une lunaison à peine2 !

- Président, je reconnais bien là votre art incomparable de calculer les ordres de grandeur3 (un « art », et non pas un vulgaire « don » ; c’est à cela qu’on reconnaît l’élite de nos dirigeants…)

Me permettez-vous d’ajouter qu’il nous faudra cependant bien nous résoudre à les restituer dans 6 ans, puisque telle est la règle du jeu… »

Il regretta presqu’aussitôt de s’être laissé aller au défaitisme de mettre en lumière cette trop cruelle lapalissade ; pour ne pas laisser le temps au soupir qui soulevait déjà les poumons de Viaduc de s’exprimer, il enchaîna sur le champ :

- Mais a contrario, les quelque 4 millions et demi d’euros que cumulent les commissions de souscription (au taux pourtant modeste de 1 %) sont, eux, définitivement acquis à Squirrel.

Dé-fi-ni-ti-ve-ment ! »

 

Sur ce, il s’éclipsa discrètement, laissant Viaduc, béat, flotter sur son nuage. Il l’entendit cependant ânonner à haute voix les certitudes qu’il tenait de sa science si nouvellement acquise :

- Nous donc allons placer 340 millions d’euros au taux sans risque afin d’« assurer la garantie ».
Et nous disposerons des 114 autres à des fins déjà soigneusement préparées, j’en suis certain.

Du moins tant que nos souscripteurs ne décideront pas de récupérer avant le terme tout ou partie de leur mise ! » 

DP n’avait nullement l’intention de laisser cette journée s’achever autrement que dans la béatitude la plus sereine. Il tourna donc les talons pour revenir auprès de Viaduc :

- S’il est vraisemblable que l’idée leur en viendra tôt ou tard, il est en revanche très improbable qu’ils la mettent à exécution.

- Décidément, « très improbable » devient chez vous un leitmotiv, une expression fétiche !
D’où tenez-vous cette certitude péremptoire ?

- Du simple constat qu’ils ne manquent pas de bon sens.

Lorsque l’idée leur en sera venue (car vous avez raison : elle leur viendra un jour ou l’autre), mais pas avant, ils reliront leur contrat (sur la suggestion de leur conseiller, peut-être) pour y découvrir un détail auquel ils n’avaient jusqu’alors d’autant moins prêté attention qu’elle ne figure que très indirectement sur leurs bulletins de souscription, par simple référence à la notice COB… qui leur aura été remise … peut-être.

Un détail que l’on saura leur rappeler, si nécessaire.

- Un détail ? Vous m’intriguez…

- Les commissions de sortie (le terme technique est « commission de rachat »), qui s’élèvent à 6 % (six pour cent !...) en cas de sortie anticipée, avant le terme des 6 ans.

- Dans ces conditions, en effet, il me parait à moi aussi « très improbable » qu’ils ne fassent pas preuve de toute la patience requise. »

 

 

 

  

 

 

Prochain épisode : Chapitre 11 – L’envol des Palombe

 

1 J’avoue avoir toujours eu pour ma part un peu de mal à mesurer ce que représentent les grands chiffres. Alors, je me suis donné un outil dont le copyleft (l’absence de copyright) vous accorde l’usage sans restriction : les mesurer à l’aune de mes propres finances.

Ainsi, en l’occurrence Squirrel avait rassemblé en 28 jours seulement près de 500 fois ce que mon ménage avait réussi à rassembler au terme d’un demi-siècle d’épargne (soit 18.250 jours).

Une élémentaire règle de trois démontre que Squirrel avait en la matière été 325 000 fois plus efficace que notre ménage !

Cela me parle davantage que la montagne de millions…

2 Un peu de romantisme ne saurait-il pas se nicher, même au sein des thèmes les plus sérieux ?

3 Un coup de brosse à reluire n’est jamais investi en vain, à condition de venir au bon moment.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.