Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 251 abonnés

Billet de blog 7 janv. 2020

Le combat pour la liberté d’expression

Cinq ans après les attentats djihadistes, le combat pour la liberté d’expression est plus que jamais d’actualité. Il se concrétise notamment dans la brochure « Caricature, mode d’emploi » publiée par Charlie hebdo, par un site et des expositions de Guillaume Doizy dédiées aux caricatures et par les nombreuses activités de Cartooning for peace.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le combat pour la liberté d’expression est condensé dans l’affirmation « Nous sommes Charlie ». La Ligue de l’enseignement l’a souligné d’emblée dans un texte intitulé « Etre Charlie. Pour que l’histoire ne se répète pas ». Des manifestations, partout en France, le réaffirment. En toute indépendance, avec les organisations laïques, mais dans l'orbite d'aucune d'entre elles. Ce fut la caractéristique du vaste rassemblement du 11 janvier 2015. La grande loi républicaine du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse affirmait « L’imprimerie et la librairie sont libres » dans son article premier. Elle a bien souffert depuis son vote. Le mouvement laïque a été moins vigilant dans sa protection que dans celle de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905. Les Rencontres laïques organisées par la Ligue de l'enseignement y ont consacré une journée. Toutes les vidéos sont en ligne. Une prise de conscience s’opère. Les actions violentes ne sont qu’un aspect de multiples et parfois subtiles tentatives de censure, avouées ou non, réussies ou non. De plus, la censure d’Etat est concurrencée, voire accompagnée, par divers pôles politico-ethnico-religieux évoqués lors des Rencontres laïques.  On peut penser que ce sujet crucial sera désormais autant intégré au combat laïque que celui de l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous proposons ici la présentation de trois engagements concrets dans ce domaine. 

Charlie hebdo : « Caricature, mode d’emploi »

Cinq ans après le massacre opéré par des djihadistes, les dessinateurs et rédacteurs de Charlie hebdo persistent et signent.  Avec un Hors-série de 64 pages intitulé « Caricature, mode d’emploi » diffusé en kiosque. L’ensemble est ouvert avec une question décisive : « Quel avenir pour le dessin de presse ? Au New York Time : aucun ». Gérard Biard et Riss rappellent l’autocensure à laquelle s’est livré le célèbre quotidien américain. Celui-ci a publié le 25 avril 2019 une caricature du dessinateur Antonio Moreira Antunes. Elle représentait Donald Trump, aveugle, guidé par Benjamin Netanyahou, portraituré en basset. A la suite d’une polémique où s’affrontent partisans et opposants à la politique menée au Proche Orient par les USA, le journal, qui fut un des symboles de la liberté d’expression, décide de ne plus publier de dessin de presse ! Dénonçant cette abdication, Riss souligne que « le dessin satirique est un langage dont la grammaire est différente de l’écrit… Le dessin satirique propulse immédiatement à la conclusion qu’un texte n’atteindra qu’au bout de quatre pages. C’est cette brutalité consentie, cette rudesse amicale que cherche le lecteur ». Les soixante pages suivantes illustrent ce propos, avec des témoignages de dessinateurs, un panorama international, des démonstrations de la légitimité à caricaturer politiques, religieux, le sexe, la violence, la mort… mais aussi les faibles, les minorités, parfois eux-mêmes cruels, voire les enfants quand il s’agit de dénoncer les violences qu’ils subissent. La meilleure page est assurément celle de Luz sobrement intitulée « Le dessin satirique expliqué aux cons (et en particulier aux médias) ». Deux pages bienvenues  proposent un entretien avec la journaliste Agathe André qui intervient pour l’association « Dessinez, Créez, Liberté́ » dans les établissements scolaires, les centres sociaux et les prisons. De la vraie éducation populaire qui considère comme des acteurs les personnes auxquelles elle s’adresse. Un hors-série à ne pas manquer, complété par la parution ce 7 janvier 2020 du numéro spécial « Cinq ans après » consacré aux « nouvelles censures », les censures privées qui se substituent, s’affrontent ou se combinent avec la censure d’Etat. Un collector et un outil de réflexion et d'action.

https://charliehebdo.fr/

Dessin de Antonio Moreira Antunes. New York Times Edition internationale 25 avril 2019

A la suite de la décision du New York Times, le dessin de Antonio Moreira Antunes a fait le tour du monde

Guillaume Doizy : pour tout savoir sur l’histoire et l’actualité des caricatures

Charlie 5 ans déjà Une exposition en 22 paneaux de Guillaume Doizy

Chercheur reconnu et prolifique, Guillaume Doizy est à la tête d’une belle bibliographie d’une quinzaine de titres. Nous y relevons deux recueils publiés aux Editions Alternatives avec Jean-Bernard Lalaux, enseignant retraité et libre penseur militant : « Et Dieu créa le rire, caricature et satire de la Bible » et « À bas la calotte ; la caricature anticléricale et la séparation des Églises et de l’État ». A ces honorables faits d’armes (tous pacifiques et intellectuels)  il faut notamment ajouter la publication de « Les Corbeaux contre la calotte – La lutte anticléricale par l’image à la Belle époque » aux Editions Libertaires et la co-organisation d’un colloque « Caricature et religion(s) » à l’université de Bretagne occidentale en 2008. Guillaume Doizy a fondé le site Caricatures&caricature.com en janvier 2007. C’est une mine d’or pour celles et ceux qui s’intéressent au sujet. Environ 1500 articles sont en ligne. Livres, revues, dossiers, émissions de radio et de télé, colloques, polémiques, débats… rien n’échappe à l’attention de Guillaume Doizy. Qui, de plus, travaille sur plusieurs autres sujets présentés grâce à des expositions pédagogiques itinérantes sur Courbet, Gambetta, Hugo, Jaurès, Blum… la République, plusieurs sur la Grande Guerre, l’Europe, l’impressionnisme, l’Europe, la loi de séparation des Eglises et de l'Etat. et bien sûr plusieurs sur les caricatures dont la dernière en date dédiée à « Je suis Charlie. Cinq ans déjà ». Les fichiers et les droits d’usage de ces expositions sont présentés sur le site. Aux expositions, citoyens !

www.caricaturesetcaricature.com

Cartooning for peace: un combat mondial

« Désapprendre l'intolérance », tel était l’intitulé  d’un colloque qui s’est déroulé au siège de l'ONU à New York le 16 octobre 2006. Il était organisé par Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies et Plantu, journaliste caricaturiste au Monde. Un an après la publication de la série de douze dessins intitulée « Les visages de Mahomet » dans le quotidien danois « Jyllands-Posten » (Le courrier du Jutland), le 30 septembre 2005. Né à la suite de ce colloque, Cartooning for Peace est un réseau international (représenté par une association à Paris et une Fondation à Genève) de plus de 200 dessinateurs et dessinatrices engagés à promouvoir, par le langage universel du dessin de presse, la liberté d’expression, les droits de l’Homme et le respect mutuel entre des populations de différentes cultures ou croyances.La Fondation décerne tous les deux ans un prix et réalise une exposition sur les rives du lac Léman. C’est l'association parisienne qui organise la plupart des –très nombreuses- activités. Son fondateur et président durant 13 ans, Plantu, est aujourd’hui président d’honneur. Depuis octobre 2019 c’est le dessinateur Kak qui est le président. Une veille des atteintes à la liberté d’expression des dessinateurs s’accompagne d’alertes de l’opinion publique et des organisations internationales. Cartooning for Peace propose une sélection de dessins de presse internationaux dans des médias partenaires (Le Temps, France24, Valeurs mutualistes, France Culture…). Elle propose des kits pédagogiques, des expositions, des rencontres de dessinateurs et  des ateliers aux publics jeunes (scolaires et étudiants), des grandes conférences… et organise des actions ponctuelles ou durables avec le monde associatif. Les plus récentes publications sont "L’année en cartoons - une année noire pour le dessin de presse" en collaboration avec Courrier International, et un Guide pratique pour la protection des dessinateurs de presse

www.cartooningforpeace.org

« Les visages de Mahomet »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose