Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 262 abonnés

Billet de blog 23 mai 2022

Face aux doctrines de haine

La réédition des « Doctrines de haine » d’Anatole Leroy-Beaulieu nous permet de replacer dans l’histoire la situation actuelle et d’approfondir cette notion qui a précédé celle de « phobie ».

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La France passe, aujourd’hui, par la crise la plus grave qu’elle ait traversée ». Anatole Leroy-Beaulieu écrivait ces lignes dans un livre « Les doctrines de haine » paru en 1902. Il y a rassemblé la transcription d’une série de conférences données l’année précédente. Cet ouvrage est aujourd’hui réédité en Petite Bibliothèque Payot grâce à l’heureuse initiative des historiennes  Valentine Zuber et Géraldine Vaughan. Elles l’ont doté d’une préface qui le met en relation avec la situation actuelle, nous permet d’approfondir cette notion de doctrine de haine et de la mettre en perspective de la notion de « phobie » depuis quelque temps en vogue. Anatole Leroy-Beaulieu est un intellectuel atypique. A la fois catholique et libéral, il incite les évêques français à souscrire à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1906. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment d’une remarquable et toujours utile enquête de dix ans sur « L’Empire des tsars et les Russes » en trois volumes, et d’essais contre l’antisémitisme dont « Israël chez les nations ».

Le titre complet du livre « Les doctrines de haine. L’antisémitisme, l’antiprotestantisme et l’anticléricalisme » surprend le lecteur contemporain. Est-il légitime d’amalgamer ces trois courants ? Quels critères l’auteur utilise-t-il pour fonder sa qualification ? Il vise ce qu’il appelle « l’esprit de secte ». Il décrit ainsi une mentalité sectaire. Il souligne : « Jamais, peut-être, depuis la Révolution, l’esprit de liberté, disons plus, l’esprit de tolérance n’a été plus bas… Le libéral, le vrai, celui qui veut la liberté pour tous semble une espèce en voie d’extinction… Le sens même de la liberté politique s’est oblitéré ; pour la sauver, nombre de ses prétendus défenseurs veulent supprimer la liberté religieuse, la liberté d’enseignement, la liberté d’association… comme si toutes les libertés n’étaient pas solidaires ». Voilà des lignes qui pourraient à juste titre être écrites aujourd’hui.

Anatole Leroy-Beaulieu

Anatole Leroy-Beaulieu identifie des ingrédients, des éléments, communs aux trois « anti » : l’intolérance des croyances d’autrui ; les antipathies de race et les préjugés nationaux ; les rivalités économiques et les rancunes politiques. Selon lui, l’antisémitisme se veut le vengeur du christianisme, le champion de l’unité nationale, le défenseur de la fortune publique et de la morale sociale. L’antiprotestantisme relève de la rivalité confessionnelle, d’un nationalisme étroit et de la compétition pour les places et les emplois publics. L’anticléricalisme revendique aussi un certain patriotisme, et pousse sa critique du cléricalisme jusqu’à la critique du catholicisme en tant que tel, et même à la critique de toutes les religions. Les trois « anti » ne se définissent pas eux-mêmes comme des doctrines de haine, mais, au contraire, comme des doctrines d’affranchissement face à des pouvoirs illégitimes.

Face à ces trois « anti », qui seraient plus ou moins consciemment inspirés par la mentalité coercitive de l’Ancien régime, Anatole Leroy-Beaulieu affirme : « L’Etat moderne ne doit être ni antisémite, ni philosémite, ni antiprotestant, ni protestant, ni clérical, ni anticlérical. Il doit être libéral… de façon que ce ne soit ni un avantage ni un désavantage d’être juif ou protestant, d’être catholique ou libre penseur ». Si on peut adhérer sans réserve à ce principe libéral, le tableau à trois entrées symétriques est inacceptable. D’autant plus que, au fil du livre, l’auteur ajoute à ces doctrines de haine « le socialisme qui glorifie la lutte des classes ». L’histoire, les fondements théoriques, les motivations, les méthodes, les conséquences de l’antisémitisme, l’antiprotestantisme et de l’anticléricalisme sont différents. Et ils se présentent chacun sous bien des formes distinctes.

Toutes les religions sont critiquables, sans haine...

Par ailleurs, Valentine Zuber et Géraldine Vaughan posent dans leur préface la question : doit-on considérer l’islamophobie comme une doctrine de haine ? D’autres font de toutes les religions monothéistes des doctrines de haine vis-à-vis de ceux qui n’en sont pas membres. Nous avons critiqué dans la présente édition « Laïcité » les manœuvres visant à cataloguer le « blasphème » comme un discours de haine. En distinguant la critique (légitime) d’une religion de l’injure (prohibée) envers un groupe de personnes en raison de leur religion.  Ce travail d’analyse des notions de « doctrine de haine » et de « phobie » est non seulement légitime mais nécessaire. Il doit être mené dans le cadre d’un débat public libre et rationnel.

Notes:

Valentine Zuber est l'auteure, avec Jean Baubérot de "Une haine oubliée. L' antiprotestantisme avant le "pacte laïque" (1870-1905)" Editions Albin Michel. 

Jacqueline Lalouette a écrit une "Histoire de l'anticléricalisme en France" Que sais-je ? 

Une autre édition de la Ligue de l'enseignement sur Médiapart:

Les Cercles Condorcet accompagnent la vie intellectuelle et militante des fédérations départementales de la Ligue de l'enseignement, grand mouvement d'éducation populaire laïque. Une cinquante de Cercles rassemblent environ 2.000 personnes. 
Ils animent une édition sur Médiapart Ne manquez pas de la consulter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef