Faites qu'il soit trop tard de H. S Chandler (Degrees of Guilt)

"Faites qu'il soit trop tard", prie Maria. Elle a appelé la police et a avoué le meurtre de son mari, étendu dans la cuisine. Mais celui-ci a survécu... Lottie, quant à elle, se passerait bien de devoir assister au procès de Maria, auquel elle est convoquée comme jurée.

trop-tard
Maria vient d’appeler la police, elle explique qu’elle a tué son mari. Elle sait qu’elle risque la prison mais elle assume son acte. Lottie est, pour l’instant, mère au foyer, au service de son mari, aux petits soins pour leur fils. Elle est convoquée comme juré pour le procès de Maria mais son époux trouve que ce n’est pas pratique. Cela va désorganiser leur quotidien, compliquer la garde de leur enfant. Il est prêt à tout pour qu’elle s’abstienne et il lui demande de dire non avec insistance. Mais ce n’est pas possible et elle y va. Hésitant entre l’idée d’échapper à la morosité de ses journées identiques, à la maison, et le souhait de faire son devoir de citoyenne, et puis ce sera peut-être une expérience intéressante ?

En répondant à cette convocation, en se rendant au tribunal, Lottie n’imagine pas un instant tous les bouleversements qui vont en découler. Non seulement dans sa vie extérieure mais aussi dans sa vie intérieure, dans son esprit. C’est une autre femme qui repartira au bout des douze jours d’audience.

C’est en plein été que se déroule ce procès, il fait chaud, les jurés sont fatigués par les conditions météo. Ils doivent, au bout des diverses plaidoiries et témoignages, se mettre d’accord sur la culpabilité (ou pas) de Maria. Que va-t-il se passer pendant ses auditions ? Quelles preuves seront apportées ou pas ? Comment les recevront ceux qui doivent donner un verdict ? Les femmes seront-elles plus sensibles, plus compréhensives ? Est-ce que l’histoire personnelle des jurés peut les influencer ?

Cet excellent roman, bien traduit, alterne entre les séances dans le tribunal et ce qui se passe après ou avant à l’extérieur. On découvre ainsi le quotidien de Maria, celui de Lottie et on ne peut pas s’empêcher d’établir quelques parallèles. Les préjugés ont la vie dure. Il est difficile de les oublier. Qu’est-ce qu’un mariage équilibré, quelle doit être la place de chacun dans le couple ? Jusqu’où aller dans les concessions en restant « soi » malgré tout ? Toutes ces questions et bien d’autres sont évoquées dans ce recueil. La responsabilité lorsqu’on n’a pas vu, pas compris, ce qui se passait… Le mensonge, la corruption, la manipulation, la soumission, les formes de pouvoir …. Toutes ces interrogations résonnent en nous, on se demande comment on aurait réagi, ce qu’on aurait fait, pensé….

J’ai trouvé ce récit très intéressant. La construction en alternant les points de vue, les lieux, en montrant les liens qui se tissent entre les protagonistes, est bien pensée. On ne se lasse pas car il y a souvent un nouvel élément, une approche d’un même fait, vu sous un autre angle. Comme ceux qui siègent au jury, nos certitudes vacillent, nous sommes troublés….. C’est tout l’art de l’auteur de nous embarquer à la suite de ses protagonistes sans qu’on ne soit jamais sûrs de rien. Ce n’est pas un thriller judiciaire, ni un thriller domestique, c’est un mélange des deux avec beaucoup d’autres thèmes. Il y a une réelle réflexion sur la vie des femmes, leurs choix qui sont parfois imposés par la société,  et sur notre propension à nous fier aux apparences…

J’ai apprécié cette lecture, je n’ai ressenti aucun temps mort. J’ai été captivée par le contenu, me demandant à chaque fois ce que j’allais encore découvrir de Maria ou de Lottie, et des autres personnes…. C’est un texte vraiment abouti, avec un style addictif, une belle réussite !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.