Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 207 abonnés

Billet de blog 4 avr. 2017

Je te vois, de Clare Mackintosh, un polar qui vous laisse le cœur en vrac

Lorsqu’un premier roman (« Te laisser partir ») a été un succès, traduit dans plusieurs langues, l’auteur est forcément attendu au tournant lorsqu’un deuxième opus paraît. Soit le lecteur est à nouveau séduit, soit il se dit qu’il aurait dû en rester à sa première rencontre… Une chronique de Cassiopée.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

je te vois, Clare Mackintosh

Une chronique de Cassiopée.

Portraits de femmes…

Lorsqu’un premier roman (« Te laisser partir ») a été un succès, traduit dans plusieurs langues, l’auteur est forcément attendu au tournant lorsqu’un deuxième opus paraît. Soit le lecteur est à nouveau séduit, soit il se dit qu’il aurait dû en rester à sa première rencontre….

J’étais à la fois très heureuse de retrouver la plume de Clare Mackintosh et parallèlement j’avais très peur d’être déçue. Et bien, bravo à elle. Ce nouveau récit est addictif, différent de ce qu’elle avait déjà écrit, bien mené, rythmé, et l’approche psychologique des protagonistes est très intéressante.

La construction alterne les chapitres où l’on croise Zoe (elle s’exprime à la première personne) et ceux où il y a Kelly (là, c’est un narrateur). Bien sûr, elles finiront par se rencontrer. Ces deux portraits de femmes sont réalistes, très bien présentés et surtout bien ancrés dans la vie d’aujourd’hui.  Elles travaillent toutes les deux et doivent, comme beaucoup d’entre nous, être vigilantes pour que le boulot ne prenne pas toute la place, non seulement dans le quotidien mais aussi dans la tête !

Zoe Walker, une femme ordinaire « métro-boulot-dodo », voit sa photo dans les petites annonces du journal  et ne comprend pas ce qui se passe. De recoupements en recoupements, elle sent bien que quelque chose de pas net se met en place mais à qui en parler ? Elle va passer pour une originale qui s’invente des histoires… Où chercher du soutien ? Son compagnon minimise les faits et elle se tourne alors vers la police. L’agent Kelly Swift la reçoit et lui prête une oreille attentive. Rien ne sera simple et au fil des pages, l’atmosphère devient de plus en plus menaçante. Tout semble se liguer contre Zoe. Dans sa vie familiale, les choses ne sont pas telles qu’elle le souhaiterait. Au bureau, ce n’est guère mieux. En plus, elle s’est mis en tête de comprendre cette histoire de photos et la voilà qui se met à jouer au détective amateur…. C’est sans compter sur les angoisses qu’elle va ainsi générer et qu’elle aura de plus en plus de mal à appréhender….

Je ne sais pas de quels faits s’est inspirée Clare Mackintosh pour créer cette intrigue mais à notre époque où les caméras pullulent –pour notre sécurité évidemment-, les voir détournées de leur rôle fait peur. On vit dans une société où l’intimité n’existe plus beaucoup, si on ne prend pas de précautions (je pense aux photos postées sur Facebook qui peuvent être vues ou copiées si la personne n’a pas fait les bons réglages) et les dérives peuvent être légion.

« Je te vois » porte bien son nom, j’ai pensé à la phrase « L’œil était dans la tombe et regardait Caïn »…. Ce regard extérieur, non souhaité, pèse sur Zoe et Kelly, elles ne savent pas comment agir pour que ça cesse.... Ce sont deux femmes, chacune à leur manière, fortes et fragiles, capables de soulever des montagnes pour réussir la mission qu’elles se sont fixée, mais également, capables de s’effondrer sous le poids de la culpabilité….

J’ai beaucoup aimé ce thriller. L’auteur a réussi à me captiver, à me faire poser des questions sur l’utilisation de toutes ces vidéos qui gouvernent notre quotidien, sur les relations fortuites ou non, sur la vie de famille et bien d ‘autres encore. L’écriture est toujours soignée (bravo à la traductrice), précise, les dialogues apportent du rythme. De plus, les personnages ont des caractères bien déterminés (je pense notamment aux enfants) et approfondis.  Et ce qui est très fort, c’est que lorsqu’on croit avoir tout compris, on s’aperçoit que ce n’est pas le cas… La conclusion vous laisse le cœur en vrac sur votre canapé….

Je te vois
Auteur : Clare Mackintosh
Traduit de l’anglais (Grande Bretagne) par Françoise Smith
Éditions : Marabout (22 Mars 2017)
ISBN : 978-2501114516
462 pages

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Le ministère du travail abuse de la précarité pour ses propres salariés
Plusieurs agents contractuels n’ont récemment pas été payés comme ils l’auraient dû. La CGT dénonce l’augmentation de la précarité au sein de l’institution censée veiller à la bonne application du droit du travail, et lutter contre l’explosion des contrats courts.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin